Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Taux

Actualités : Taux
Toute l'infoSociétésMarchésForexCryptomonnaiesMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

La BCE voit se dégrader les perspectives d'inflation et de croissance

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
25/07/2019 | 15:34

Francfort (awp/afp) - La Banque centrale européenne a brossé jeudi un sombre tableau des perspectives de croissance et d'inflation, une situation justifiant selon elle une baisse prochaine des taux et un nouveau programme de rachats d'actifs pour soutenir l'économie.

"Les anticipations d'inflation se sont dégradées" et les pressions des salariés pour augmenter leurs rémunérations "tardent" à se refléter dans la hausse des prix, a souligné face à la presse le président de l'institution, Mario Draghi.

L'inflation se traînait d'ailleurs à 1,3% en juin en zone euro, loin du niveau légèrement inférieur à 2% visé par la BCE sur le moyen terme, et devrait reculer dans les prochains mois en raison de la baisse des prix du pétrole.

Par ailleurs, a insisté M. Draghi, "les perspectives sont de pire en pire dans le secteur manufacturier, et c'est de pire en pire pour les pays où l'industrie est très importante", entraînant une contagion à "l'ensemble de la zone euro".

Ce secteur clé, en particulier en Allemagne, souffre à la fois du ralentissement mondial et de la moindre demande chinoise, des tensions commerciales persistantes et "maintenant du risque d'un Brexit sans accord", a énuméré le banquier italien.

Il a néanmoins réaffirmé qu'il jugeait "assez faible" le risque d'une récession en zone euro, et que le marché du travail montrait toujours "des signes de résistance".

La BCE avait pris les observateurs par surprise dans son traditionnel communiqué de politique monétaire, à 11H45 GMT: non seulement elle a préparé les esprits à une baisse de taux, comme attendu, mais elle a aussi évoqué une panoplie de mesures supplémentaires intégrant de nouveaux rachats d'obligations.

Mario Draghi, qui s'apprête à passer la main fin octobre à la Française Christine Lagarde, a cependant mis une nouvelle fois la pression sur les Etats-membres pour qu'ils coordonnent leurs politiques de relance économique.

"La politique monétaire a fait beaucoup, et continue à le faire, pour soutenir la zone euro. Mais si les perspectives continuent à se dégrader, les politiques budgétaires vont devenir essentielles", a-t-il martelé.

afp/rp

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Taux"
21/02TAUX : les T-Bonds US affichent des rendement historiques
CF
20/02BONDS EUROPE : le marché de la dette attire toujours
AW
20/02TAUX : nette détente,marchés obligataires au zénith de 4 mois
CF
20/02BONDS : la France a emprunté 10,244 milliards d'euros à moyen et long terme
AW
20/02BCE : le dollar fort et les rachats d'actifs dopent le bénéfice en 2019
AW
20/02CHINE : la banque centrale réduit un taux de référence en pleine épidémie
AW
19/02La dette de l'Argentine "n'est pas soutenable" selon le FMI (communiqué)
AW
19/02TAUX : bien orientés avant minutes FED malgré record boursier
CF
19/02BONDS EUROPE : le statu quo se prolonge sur un marché focalisé sur le coronavirus
AW
18/02TAUX : légère détente, recul IFO mais envol de l'Empire State
CF
Dernières actualités "Taux"