Le gouvernement sud-coréen a ordonné aux médecins de reprendre le travail mardi, alors que de plus en plus de médecins, y compris des professeurs de médecine, se joignent à la grève qui dure depuis des mois pour protester contre l'augmentation du nombre d'admissions dans les écoles de médecine.

Environ 4 % des quelque 36 000 cliniques privées ont notifié au gouvernement leur intention de fermer leurs portes mardi pour participer au mouvement de protestation, a déclaré le ministre de la santé Cho Kyoo-hong.

"Afin de minimiser les lacunes médicales, l'ordre de reprise du travail sera émis à 9 heures aujourd'hui", a déclaré M. Cho lors d'une conférence de presse.

Le gouvernement avait déjà émis un ordre de reprise du travail pour les médecins stagiaires en grève, avant de le retirer au début du mois en guise de rameau d'olivier.

En vertu de la loi, les médecins qui ne respectent pas l'ordre de reprise du travail s'exposent à la suspension de leur licence ou à d'autres répercussions juridiques.

Le président Yoon Suk Yeol a déclaré que la grève des médecins était "regrettable et décevante".

"Le gouvernement n'a pas d'autre choix que de s'attaquer sévèrement aux actes illégaux qui négligent les patients", a déclaré M. Yoon lors d'une réunion du cabinet, tout en proposant de collaborer avec les médecins s'ils reprennent le travail.

Selon un sondage réalisé la semaine dernière par l'institut de sondage local nownsurvey, près de huit Sud-Coréens sur dix s'opposent à la grève des médecins.

Certains médecins et membres du personnel médical ont ouvertement critiqué l'action collective menée en réponse à la demande du gouvernement d'augmenter le nombre d'admissions dans les écoles de médecine afin de remédier à la pénurie de médecins dans le pays.

D'autres ont fait valoir que l'augmentation du nombre de médecins ne suffirait pas à consolider les services essentiels et les zones rurales confrontées à une pénurie croissante de médecins.

Plus de la moitié des professeurs de médecine des hôpitaux de l'université nationale de Séoul ont entamé lundi une grève illimitée, a rapporté l'agence de presse Yonhap.

L'Association médicale coréenne, l'un des principaux détracteurs des réformes du gouvernement, a promis de se mettre en grève mardi.

Le groupe devrait également organiser une manifestation à Séoul plus tard dans la journée, appelant à reconsidérer l'augmentation des admissions dans les écoles de médecine.