Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Actualités
Toute l'actualitéSociétésIndicesDevises / ForexMatières PremièresCryptomonnaiesETFTauxÉconomieThématiquesSecteurs 

La Fed est prête pour une forte hausse des taux alors que les eaux deviennent agitées pour les banques centrales du monde.

21/09/2022 | 07:22
Federal Reserve chair Jerome Powell holds a news conference on today’s interest rate hike in Washington

Mercredi, la Réserve fédérale devrait relever ses taux d'intérêt de trois quarts de point de pourcentage pour la troisième fois consécutive et indiquer dans quelle mesure les coûts d'emprunt devront encore augmenter et à quelle vitesse pour maîtriser une flambée d'inflation potentiellement corrosive.

La décision politique, qui devrait être annoncée à 14 heures EDT (1800 GMT), marquera la dernière étape d'un changement de politique synchronisé par les banques centrales mondiales qui met à l'épreuve la résilience de l'économie mondiale et la capacité des pays à gérer les chocs de taux de change alors que la valeur du dollar s'envole.

Alors que les investisseurs s'attendent largement à ce que la Fed relève son taux directeur de 75 points de base pour le porter dans la fourchette 3,00 %-3,25 %, les marchés pourraient être perturbés par les projections économiques trimestrielles mises à jour qui seront publiées en même temps que la déclaration de politique générale.

Ces projections montreront où les décideurs de la Fed pensent que les taux d'intérêt se dirigent, combien de temps il faudra à l'inflation pour baisser et combien de "douleur" est susceptible d'être infligée à l'emploi et à la croissance économique des États-Unis en cours de route.

Si l'on en croit les derniers mois, le scénario économique réécrit laisse présager un combat plus difficile que prévu, avec un taux des fonds fédéraux qui pourrait dépasser les 4 % d'ici la fin 2022, contre les 3,4 % prévus lors de la dernière série de projections en juin, et un chômage en hausse.

"Avec peu de preuves en main que les pressions inflationnistes s'atténuent, (le président Jerome Powell) est susceptible de remettre l'accent sur l'engagement de la Fed à faire ce qui est nécessaire pour amener l'inflation à l'objectif, même si cela signifie risquer une récession", ont écrit les économistes de la Deutsche Bank à la fin de la semaine dernière. "Ils (...) prévoiront un resserrement de la politique monétaire et une plus grande douleur sur le marché du travail."

La Deutsche Bank s'attend à ce que la banque centrale américaine doive finalement relever son taux directeur aux alentours de 5,00 %, un niveau proche du pic de 5,25 % observé entre mi-2006 et 2007, lorsque les décideurs de la Fed s'inquiétaient d'une bulle sur le marché immobilier américain, et qui pourrait amplifier les tensions dans l'ensemble du système financier mondial.

M. Powell doit tenir une conférence de presse à 14 h 30 pour expliquer la dernière décision politique, et son ton déterminera si elle est interprétée comme une prochaine étape hawkish avec plus de la même chose à venir, ou comme une dernière partie de la hausse des taux avant que la Fed ne revienne à des augmentations de taux plus conventionnelles de 50 ou 25 points de base alors qu'elle se dirige vers un point d'arrêt.

Powell a dû se corriger en temps réel sur la trajectoire probable de la Fed à deux reprises cette année. En juin, après qu'il ait largement exclu de relever les taux de trois quarts de point de pourcentage, un bond surprise de l'inflation a troublé le Comité fédéral de l'open market et a poussé ses membres vers une hausse plus importante. En juillet, le commentaire de Powell selon lequel la Fed pourrait passer à des hausses de taux progressives plus petites a été lu comme indiquant un pivot politique imminent.

Depuis lors, le ton du chef de la Fed est devenu ardemment belliciste et, avec la mesure préférée de l'inflation de la banque centrale dépassant de trois fois son objectif de 2 %, une autre dose de discours dur est attendue.

"Les risques sont toujours orientés vers des taux directeurs terminaux plus élevés et nous nous attendons à une réunion du FOMC relativement hawkish", ont écrit les économistes de Citi mardi.

DANGER ACTUEL

L'attitude belliciste est devenue la norme à l'échelle mondiale, les banquiers centraux procédant à des mouvements de taux d'intérêt jamais vus depuis les années 1990, à la fin d'une lutte dans le monde développé contre l'inflation qui s'était enracinée dans les années 1970.

La Banque centrale européenne, à l'instar de la Fed, a relevé au début du mois son taux d'intérêt directeur de trois quarts de point de pourcentage pour la première fois de son histoire ; la banque centrale de Suède a approuvé cette semaine sa première hausse de un point de pourcentage en 30 ans.

La Banque d'Angleterre et les banques centrales de Suisse et de Norvège se réuniront cette semaine, et les marchés s'attendent à ce qu'elles annoncent des hausses de taux importantes.

De telles augmentations des coûts d'emprunt peuvent s'alimenter mutuellement, modifiant la dynamique des devises, des prix et du commerce d'une manière qui incite les autres banques centrales à réagir, en particulier sur les marchés émergents où les fluctuations des taux de change et la hausse des taux d'intérêt en dollars peuvent provoquer des chocs financiers inattendus.

Sous l'impulsion de la Fed, qui se concentre de plus en plus sur la lutte contre l'inflation, le resserrement est devenu si prononcé que certains ont commencé à s'inquiéter de la surenchère.

"Presque partout, les banques centrales se sentent accusées d'être à la traîne", en ne parvenant pas à anticiper pour empêcher le bond de l'inflation en 2021, a écrit Maurice Obstfeld, l'ancien économiste en chef du Fonds monétaire international, dans un essai publié la semaine dernière par le Peterson Institute for International Economics. "Le danger actuel, cependant, n'est pas tant que les mesures actuelles et prévues ne parviendront pas à étouffer l'inflation. C'est qu'elles aillent collectivement trop loin et entraînent l'économie mondiale dans une contraction inutilement dure."

Entre les contrecoups de la pandémie de COVID-19 et l'invasion russe de l'Ukraine, le président de la Banque mondiale, David Malpass, a averti la semaine dernière que l'économie mondiale pourrait approcher "une période prolongée de faible croissance et d'inflation élevée."


© Zonebourse avec Reuters 2022
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ACCENT GROUP LIMITED 1.81%1.685 Cours en différé.-31.22%
AUSTRALIAN DOLLAR / US DOLLAR (AUD/USD) 0.00%0.6748 Cours en différé.-6.82%
BRITISH POUND / US DOLLAR (GBP/USD) -0.15%1.2093 Cours en différé.-10.48%
CANADIAN DOLLAR / US DOLLAR (CAD/USD) 0.04%0.7472 Cours en différé.-5.27%
DEUTSCHE BANK AG 0.19%10.39 Cours en différé.-5.70%
EURO / US DOLLAR (EUR/USD) -0.12%1.0395 Cours en différé.-8.46%
INDIAN RUPEE / US DOLLAR (INR/USD) -0.09%0.012242 Cours en différé.-8.76%
NEW ZEALAND DOLLAR / US DOLLAR (NZD/USD) -0.21%0.6245 Cours en différé.-8.44%
Dernières actualités "Économie"
11:39Chine: Manifestations à Shanghaï contre les mesures anti-COVID
RE
11:37Ukraine: La neige attendue à Kyiv, l'approvisionnement en électricité toujours perturbé
RE
11:31Le président Obiang réélu à la tête de la Guinée équatoriale
RE
11:27La Corée du Nord veut devenir la force nucléaire la plus puissante du monde
RE
11:22L'Ukraine accuse la Russie d'agir comme lors de la famine de 1932
RE
11:20Les bombardements russes ont fait 32 morts dans la région de Kherson depuis la libération, selon la police
RE
11:13Venezuela: Des fonds gelés progressivement débloqués pour l'aide humanitaire
RE
08:50Chine-Manifestations à Shanghaï contre les mesures anti-COVID
RE
07:39Revue de presse du dimanche 27 novembre 2022
AW
05:43Ukraine-La neige attendue à Kyiv, l'approvisionnement en électricité toujours perturbé
RE
Dernières actualités "Économie"