Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Actualités
Toute l'actualitéSociétésIndicesDevises / ForexMatières PremièresCryptomonnaiesETFTauxÉconomieThématiquesSecteurs 

La capitale chinoise se prépare à "revivre" alors que les fermetures sont levées dans tout le pays.

06/12/2022 | 04:14
Coronavirus disease (COVID-19) outbreaks continue in Beijing

La capitale chinoise, Pékin, a supprimé la nécessité pour les personnes de présenter des tests COVID négatifs pour entrer dans les supermarchés et les bureaux mardi, la dernière baisse des restrictions dans tout le pays après les manifestations historiques du mois dernier.

"Pékin se prépare à vivre à nouveau", titrait le journal gouvernemental China Daily, ajoutant que les gens "embrassaient progressivement" le lent retour à la normalité.

D'autres assouplissements sont à venir après une série de manifestations le mois dernier qui ont marqué la plus grande manifestation de mécontentement public en Chine continentale depuis l'arrivée au pouvoir du président Xi Jinping en 2012.

"Cela pourrait être le premier pas vers la réouverture de cette pandémie", a déclaré à Reuters Hu Dongxu, 27 ans, résident de Pékin, alors qu'il glissait sa carte de voyage pour entrer dans une gare de la capitale, qui a également baissé le besoin de tests pour prendre le métro.

Ce changement intervient alors que les hauts responsables ont adouci leur ton sur la gravité du virus, rapprochant la Chine de ce que d'autres pays ont dit depuis plus d'un an en abandonnant les restrictions et en choisissant de vivre avec le virus.

La Chine pourrait annoncer 10 nouvelles mesures d'assouplissement à l'échelle nationale dès mercredi, ont déclaré à Reuters deux sources ayant connaissance de la question, alors que les villes du pays ont levé les mesures de confinement localisées.

Cela a suscité l'optimisme des investisseurs quant à une réouverture plus large de la deuxième plus grande économie du monde qui pourrait stimuler la croissance mondiale.

Mais malgré les assurances des autorités, le trafic de banlieue dans les grandes villes comme Pékin et Chongqing reste à une fraction des niveaux précédents.

Certaines personnes continuent de craindre d'attraper le virus, en particulier les personnes âgées, dont beaucoup ne sont toujours pas vaccinées, tandis que l'on s'inquiète également de la pression que le relâchement pourrait exercer sur le fragile système de santé chinois.

PROCHAINE PHASE

La Chine a signalé 5 235 décès liés au COVID jusqu'à lundi, mais certains experts ont averti que ce bilan pourrait dépasser le million si la sortie est trop hâtive.

Les analystes de Nomura estiment que les zones actuellement sous confinement représentent environ 19,3 % du PIB total de la Chine, contre 25,1 % lundi dernier.

Il s'agit de la première baisse de l'indice de verrouillage COVID de Nomura, très surveillé, depuis le début du mois d'octobre, il y a près de deux mois.

Pendant ce temps, les officiels continuent de minimiser les dangers posés par le virus.

Tong Zhaohui, directeur de l'Institut des maladies respiratoires de Pékin, a déclaré lundi que la dernière variante Omicron de la maladie avait causé moins de cas de maladie grave que l'épidémie mondiale de grippe de 2009, selon la télévision d'État chinoise.

La gestion de la maladie par la Chine pourrait être rétrogradée dès janvier à la catégorie B, moins stricte, contre la catégorie A, actuellement la plus élevée, des maladies infectieuses, a rapporté Reuters en exclusivité lundi.

"La période la plus difficile est passée", a déclaré l'agence de presse officielle Xinhua dans un commentaire publié tard lundi, citant l'affaiblissement de la pathogénicité du virus et les efforts déployés pour vacciner 90 % de la population.

Les analystes prédisent maintenant que la Chine pourrait rouvrir l'économie et baisser les contrôles aux frontières plus tôt que prévu l'année prochaine, certains voyant une ouverture complète au printemps.

Mais plus de la moitié des Chinois disent qu'ils reporteront leurs voyages à l'étranger, pour des périodes allant de plusieurs mois à plus d'un an, même si les frontières réouvraient demain, selon une étude publiée mardi.

La peur d'être infecté par la maladie était la principale préoccupation de ceux qui ont dit qu'ils reporteraient leur voyage dans une enquête menée par le cabinet de conseil Oliver Wyman auprès de 4 000 consommateurs en Chine.


© Zonebourse avec Reuters 2022
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
NOMURA CO., LTD. 1.64%932 Cours en différé.-4.16%
NOMURA CORPORATION -1.34%1032 Cours en différé.2.65%
Dernières actualités "Économie"
01:50Biden dit qu'il n'y a pas de F-16 pour l'Ukraine alors que la Russie revendique des gains.
ZR
01:39Comment le personnel médical de Memphis a-t-il réagi face à Tyre Nichols après avoir été battu par la police ?
ZR
01:17La visite du pape braque les projecteurs sur la RD Congo ravagée par la guerre
ZR
01:13La production industrielle du Japon en baisse, les ventes au détail battent les prévisions
ZR
00:59Le bénéfice du quatrième trimestre de Samsung Electronics chute de 69 % en raison de la baisse de la demande d'appareils.
ZR
00:46Les compagnies aériennes américaines annulent plus de 1 000 vols en raison de la tempête hivernale
ZR
00:41Les Etats-Unis mettent fin aux déclarations d'urgence COVID-19 le 11 mai
ZR
00:30Nike poursuit Lululemon, affirme que les chaussures enfreignent des brevets
ZR
00:26Un ancien cadre d'Allianz veut que les accusations de fraude de Structured Alpha soient rejetées en raison d'un conflit d'intérêts présumé entre les avocats.
ZR
00:17La production manufacturière de la Corée du Sud baisse et manque les prévisions
ZR
Dernières actualités "Économie"