Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

La loi sur les bitcoins n'est que le dernier coup d'éclat du président "millénaire" du Salvador.

12/06/2021 | 01:28
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
FILE PHOTO: El Salvador President Nayib Bukele speaks during a news conference in San Salvador

Le jeune président du Salvador, petite nation d'Amérique centrale, a accédé à la célébrité mondiale cette semaine après que son pays est devenu le premier au monde à adopter le bitcoin comme monnaie légale, mais Nayib Bukele n'est pas étranger à la controverse.

Les amateurs de crypto-monnaies du monde entier se sont réjouis de l'approbation rapide de son projet de loi par les législateurs mercredi, et du fait que le dirigeant de 39 ans a poursuivi avec un plan visant à extraire l'énergie des volcans pour alimenter les centres de données massifs nécessaires à la frappe de la monnaie numérique.

Cette initiative n'a pas échappé à la critique. Le Fonds monétaire international a rapidement signalé les risques économiques et juridiques liés à l'utilisation sans précédent du bitcoin dans la petite économie.

Du licenciement de fonctionnaires via Twitter à l'entrée au Congrès avec des soldats lourdement armés, Bukele a eu tendance à hérisser les plumes de l'establishment depuis qu'il est devenu président en 2019.

Il a balayé les élections législatives et locales en février et bénéficie d'une cote de popularité de plus de 90 % malgré une contraction de l'économie de 8 % l'an dernier. Son alliance a remporté une supermajorité historique, écrasant les deux partis qui avaient dominé la politique salvadorienne pendant 30 ans.

Quelques semaines à peine avant que l'adoption du bitcoin ne lui apporte un nouveau coup de projecteur international, Bukele s'est brouillé avec l'administration Biden après que le nouveau Congrès a sommairement démis le procureur général et les principaux juges de leurs fonctions.

Il affirme que toutes ses actions sont constitutionnelles et soutenues par un mandat populaire.

Le procureur général avait enquêté sur des responsables gouvernementaux. Bukele a également fermé un bureau anticorruption qu'il avait lui-même ouvert.

M. Bukele, qui se présente comme le "président le plus cool du monde", a récemment lancé une compétition internationale de surf dans le pays, coiffé d'une casquette de baseball à l'envers et flanqué d'un officier militaire.

Parmi ses réalisations, on peut citer la réduction du nombre de meurtres dans un pays qui a longtemps été aux prises avec la violence meurtrière des gangs.

Malgré sa jeunesse, Bukele n'est pas un néophyte en politique.

Lorsqu'il travaillait dans l'agence de publicité de son père au début de sa carrière, son client était le Front Farabundo Marti de libération nationale (FMLN), le parti de gauche alors au pouvoir.

Il a rejoint le parti et est devenu en 2012 maire de Nuevo Cuscatlan, une ville productrice de café près de San Salvador. Loin des projecteurs des médias et avec peu de ressources, il a fait connaître son action sur les médias sociaux. Sa réputation de bonne gestion lui a permis d'obtenir le soutien nécessaire pour être élu maire de la capitale en 2015.

À San Salvador, il s'est fait connaître pour son orientation sociale et culturelle et pour avoir fait don de son salaire à des bourses d'études. Mais deux ans après son entrée en fonction, le FMLN l'a exclu, affirmant qu'il avait semé la division, violé les statuts du parti et attaqué un administrateur avec une pomme pendant une séance du conseil.

Il a nié ces accusations.

DÉCISIF

Bukele a uni ses forces à celles du parti de droite Gran Alianza por la Unidad Nacional (GANA) dans sa campagne pour la présidence, qui a été menée par les médias sociaux. Il a fondé un parti appelé New Ideas.

Le plus jeune président des Amériques a pris ses fonctions en promettant de mettre fin à la corruption. Il a lui-même fait l'objet d'une enquête du bureau du procureur général pour blanchiment d'argent, fraude et évasion fiscale pendant ses mandats de maire. Il a nié ces allégations.

L'accession de ses frères et s?urs et de ses cousins à des postes publics ou à des rôles consultatifs en coulisse a également donné lieu à des plaintes pour népotisme, ce qu'il a nié.

La communauté internationale n'a pas prêté beaucoup d'attention jusqu'à ce que le président se présente au Congrès au début de l'année dernière pour demander l'approbation d'un prêt de 109 millions de dollars pour lutter contre la criminalité - accompagné de soldats en tenue de combat.

"Si j'étais un dictateur ou quelqu'un qui ne respecte pas la démocratie, j'aurais pris le contrôle de tout le gouvernement ce soir", a déclaré Bukele au journal espagnol El Pais.

Pendant la pandémie de coronavirus, Bukele a promulgué une série de mesures sanitaires et économiques pour atténuer la crise, mais a ignoré les arrêts de la Cour suprême contre ses mesures de verrouillage et a fait face à des plaintes pour atteinte aux droits.

"Il utilise la presse et les médias sociaux pour menacer, intimider et persécuter des personnes qui pourraient être des adversaires", a déclaré Jose Miguel Vivanco, directeur pour les Amériques de Human Rights Watch.

Pourtant, les Salvadoriens, lassés par des décennies de corruption et d'inefficacité, ont admiré le style confiant et décisif de Bukele, qui a notamment tendance à utiliser Twitter pour donner des ordres aux ministres.

"Nayib fait un excellent travail, nous n'avons jamais eu quelqu'un qui se soucie du bien-être des gens", a déclaré Eduardo Samayoa, 36 ans, chauffeur de taxi.


© Zonebourse.com 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
APPLE INC. -0.28%146.95 Cours en différé.10.75%
AUSTRALIAN DOLLAR / US DOLLAR (AUD/USD) 0.16%0.73956 Cours en différé.-3.87%
BITCOIN - EURO -2.50%32710.94 Cours en temps réel.36.60%
BITCOIN - UNITED STATES DOLLAR -2.54%38699.3 Cours en temps réel.32.47%
BRITISH POUND / US DOLLAR (GBP/USD) 0.11%1.39062 Cours en différé.1.78%
CANADIAN DOLLAR / US DOLLAR (CAD/USD) 0.11%0.79782 Cours en différé.1.60%
EURO / US DOLLAR (EUR/USD) -0.03%1.18336 Cours en différé.-2.82%
INDIAN RUPEE / US DOLLAR (INR/USD) -0.10%0.013469 Cours en différé.-1.64%
NEW ZEALAND DOLLAR / US DOLLAR (NZD/USD) 0.21%0.70559 Cours en différé.-1.89%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie & Forex"
10:29Troisième jour d'incendies en Grèce, Olympie sauvée des flammes
RE
10:20L'Europe en ordre dispersé avec les résultats d'entreprises
RE
10:03Coronavirus-Macron confirme une campagne de 3e doses à la rentrée pour les plus fragiles
RE
09:46ALLEMAGNE : Rebond des commandes à l'industrie en juin
RE
09:37Eurofins grimpe en Bourse après avoir relevé ses prévisions pour 2021
DJ
09:31Credit agricole s'est retourné à la baisse, le titre perd désormais 1,3%
RE
09:15FRANCE : la production industrielle se redresse de 0,5% sur un mois en juin
AW
09:05Zalando perd 5,5% après la publication de ses résultats
RE
09:05Lufthansa gagne 1,7% après publication de ses résultats au t2
RE
09:03ALLEMAGNE : les commandes industrielles repartent à la hausse (+4,1%) en juin
AW
Dernières actualités "Economie & Forex"