(.)

JERUSALEM, 3 mars (Reuters) - Les forces armées israéliennes n'ont pas visé jeudi dernier le camion d'aide alimentaire dans la bande de Gaza et la plupart des Palestiniens sont morts dans une bousculade, a indiqué dimanche un porte-parole de l'armée israélienne, au terme d'un examen préliminaire de cet incident.

L'armée a par ailleurs lancé un examen plus approfondi de l'incident, qui sera confié à "un organisme indépendant, professionnel et spécialisé", lequel communiquera ses conclusions dès les prochains jours, a précisé le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de l'armée israélienne.

La pression s'est accrue sur Israël à la suite de la mort de Palestiniens, tués jeudi lors d'une distribution d'aide alimentaire près de la ville de Gaza, dans le nord de l'enclave. Les autorités sanitaires de Gaza avaient alors accusé les forces israéliennes d'avoir ouvert le feu sur la population, faisant selon le ministère de la Santé de Gaza 104 morts et 280 blessés.

"Les forces de défense israéliennes ont conclu un premier examen de l'incident malheureux au cours duquel des civils gazaouis ont été piétinés à mort et blessés alors qu'ils se dirigeaient vers le convoi d'aide", a déclaré Daniel Hagari.

L'examen, a-t-il ajouté, qui s'est appuyé sur informations recueillies auprès des commandants et des troupes sur le terrain, a déterminé qu'aucune frappe n'avait été effectuée en direction du convoi d'aide.

"La majorité des Palestiniens ont été tués ou blessés à la suite de la bousculade", a-t-il ajouté.

"Après les tirs de sommation effectués pour disperser la bousculade et après que nos forces ont commencé à battre en retraite, plusieurs pillards se sont approchés de nos forces et ont constitué une menace immédiate pour elles. D'après l'examen initial, les soldats ont réagi en s'attaquant à plusieurs individus", a-t-il ajouté.

"Nous avons ouvert une enquête pour examiner l'incident de manière plus approfondie, ce qui nous aidera à réduire le risque qu'un incident aussi tragique ne se reproduise au cours de l'une de nos opérations humanitaires", a-t-il ajouté.

"L'incident sera examiné par le mécanisme de recherche et d'évaluation des faits, un organe indépendant, professionnel et expert. Dans un souci de transparence, nous partagerons une actualisation de cet examen au fur et à mesure de l'évolution de notre analyse, dans les jours à venir, nous l'espérons". (Reportage Ari Rabinovitch; version française Claude Chendjou)