Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Actualités
Toute l'actualitéSociétésIndicesDevises / ForexMatières PremièresCryptomonnaiesETFTauxÉconomieThématiquesSecteurs 

La poussière retombe sur l'envolée des actions, l'OPEP+ négocie des réductions d'offre

05/10/2022 | 13:40
Les actions mondiales se sont accrochées à des sommets de deux semaines mercredi, bien qu'une autre augmentation agressive des taux de la Nouvelle-Zélande ait tempéré l'idée que les banques centrales pourraient être proches de ralentir le rythme du resserrement monétaire rapide.

Les prix du pétrole ont légèrement augmenté avant une réunion des producteurs de l'OPEP+ pour discuter d'une importante réduction de la production de brut, après avoir gagné plus de 3 % lors de la session précédente.

Les actions asiatiques se sont redressées, mais les marchés boursiers européens ont reculé et les contrats à terme sur actions américaines ont laissé présager un faible départ pour Wall street.

L'indice S&P 500 a enregistré mardi son plus grand rallye en une journée depuis deux ans, après que des données économiques américaines plus faibles et une hausse des taux d'intérêt plus faible que prévu en Australie aient ravivé l'espoir d'un resserrement moins agressif de la Réserve fédérale.

Les rendements des bons du Trésor américain à 10 ans, qui évoluent à l'inverse des prix, ont baissé de 12 points de base cette semaine, alors que les espoirs d'un ralentissement du resserrement rapide de la Fed se sont installés.

Mais un ton plus prudent a fait surface mercredi, avec une forte hausse des taux en Nouvelle-Zélande qui a atténué les espoirs d'une pause ou d'un ralentissement des hausses agressives des autres grandes banques centrales.

"On a de plus en plus l'impression que le marché a peut-être pris de l'avance en pensant que l'inflation a atteint son pic et que les banques centrales vont commencer à réduire leurs positions bellicistes", a déclaré Stuart Cole, Head Macro Economist chez Equiti Capital.

"Tant que nous ne verrons pas de baisses significatives de l'IPC, je pense que les banques centrales resteront en mode faucon et seront prêtes à accepter une modération de la croissance - c'est-à-dire une légère récession - si c'est le prix à payer pour remettre le génie de l'inflation dans la bouteille", a-t-il ajouté.

Les actions européennes ont chuté, envoyant l'indice STOXX 600 de la région en baisse de 0,9 % à 1114 GMT après une reprise de 5 % au cours des trois sessions précédentes. Les contrats à terme du S&P 500 ont baissé de 0,8%.

L'indice MSCI le plus large des actions de la région Asie-Pacifique, hors Japon, a progressé de 2,4 %, rattrapant les forts gains enregistrés à Wall street au cours de la session précédente.

L'indice mondial des actions MSCI a donc progressé d'environ 0,1 %, après avoir atteint son plus haut niveau depuis environ deux semaines en début de séance.

EN ATTENDANT L'OPEP

Les investisseurs attendaient de près une décision cruciale de l'OPEP+ en matière d'approvisionnement, prévue plus tard mercredi, qui pourrait avoir des implications mondiales sur les prix déjà élevés de l'énergie et l'inflation.

Après avoir enregistré de forts gains la veille, le brut américain a progressé de 0,6 % à 87,08 $ le baril et le brut Brent a gagné 0,7 % à 92,43 $ le baril.

L'OPEP+, qui comprend la Russie et l'Arabie saoudite, pourrait réduire de 1 à 2 millions de barils par jour, selon un rapport de Reuters.

Les rendements du Trésor américain sont repartis à la hausse et le dollar s'est stabilisé, après avoir subi mardi son plus lourd revers en plus de deux ans. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a augmenté de 6,6 points de base à 3,6828 %.

Le dollar a progressé de 0,2 % à 144,4 yens, tandis que l'euro a reculé d'environ 0,7 % à 0,9920 dollar, après avoir gagné 1,7 % mardi, soit sa plus forte hausse en pourcentage sur une journée depuis mars.

"Malgré le rebond assez marqué des actifs européens, il est difficile de mettre en évidence un changement important dans les perspectives de la zone euro qui justifierait un retour significatif de l'appétit du marché pour l'euro pour le moment", a déclaré Francesco Pesole, stratège des devises chez ING.

Ailleurs, l'or au comptant < XAU= > s'est négocié à environ 1 709 $ l'once, en baisse d'environ 1 %.


© Zonebourse avec Reuters 2022
Dernières actualités "Économie"
13:38Téhéran rejette l'enquête de l'Onu sur la répression des manifestations
RE
13:37Point marchés-Les actions en Europe et le pétrole reculent avec la Chine
RE
13:32Europol démantèle un "super-cartel" de la cocaïne, 49 arrestations
RE
13:32France-Caroline Cayeux démissionne en raison d'un désaccord avec la HATVP
RE
13:31Lavazza accepte d'acheter l'entreprise française Maxicoffee
ZR
13:23Philip Morris franchit 93% du capital de Swedish Match, retrait de la cote en vue
RE
13:04Macron en visite d'État à Washington pour relancer l'amitié franco-américaine
RE
13:03France-La ministre déléguée Caroline Cayeux quitte le gouvernement
RE
13:03France-caroline cayeux quitte le gouvernement et elle est rempla…
RE
13:03Zone euro-Le crédit aux entreprises stable en octobre malgré les craintes de récession
RE
Dernières actualités "Économie"