Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Actualités
Toute l'actualitéSociétésIndicesDevises / ForexMatières PremièresCryptomonnaiesETFTauxÉconomieThématiquesSecteurs 

Le FMI et Moody's censurent la politique du Royaume-Uni, la Banque d'Angleterre déclare qu'elle agira en grand.

28/09/2022 | 08:47
Economy illustrations in London

Le Fonds monétaire international (FMI) et l'agence de notation Moody's ont critiqué la nouvelle stratégie économique de la Grande-Bretagne, alors que les investisseurs se préparent à de nouveaux bouleversements sur les marchés obligataires qui ont déjà forcé la Banque d'Angleterre à promettre des mesures "significatives".

Les déclarations faites cette nuit par le FMI et Moody's ont accentué la pression sur le nouveau ministre des finances Kwasi Kwarteng pour qu'il réévalue sa politique, qui a provoqué un effondrement de la valeur des actifs britanniques ces derniers jours.

La nouvelle première ministre britannique, Liz Truss, du parti conservateur, est entrée en fonction le 6 septembre en déclarant qu'elle voulait sortir l'économie de plusieurs années de croissance stagnante grâce à d'importantes réductions d'impôts et à la déréglementation.

Vendredi, M. Kwarteng a présenté un plan visant à réduire les impôts en augmentant considérablement les emprunts qui, selon lui, seront remboursés en doublant le taux de croissance économique de la Grande-Bretagne. Dans le même temps, le gouvernement subventionne les factures d'énergie des ménages et des entreprises pour un coût de 60 milliards de livres (64 milliards de dollars) rien que pour les six prochains mois.

Le FMI a déclaré que ces propositions, qui ont fait chuter la livre à un niveau historiquement bas de 1,0327 $ lundi, augmenteraient probablement les inégalités et a remis en question leur sagesse.

"Compte tenu des pressions inflationnistes élevées dans de nombreux pays, y compris le Royaume-Uni, nous ne recommandons pas de mesures budgétaires importantes et non ciblées à ce stade, car il est important que la politique budgétaire n'aille pas à l'encontre de la politique monétaire", a déclaré un porte-parole du FMI.

Jim Reid, stratège de recherche à la Deutsche Bank, a qualifié la "réprimande" d'"assez cinglante".

Le FMI revêt une importance symbolique dans la politique britannique : son renflouement de la Grande-Bretagne en 1976 à la suite d'une crise de la balance des paiements a longtemps été considéré comme un point bas de l'histoire économique moderne du pays.

Dans un communiqué sans détour, Moody's a déclaré que les importantes réductions d'impôts non financées étaient "négatives pour le crédit" du Royaume-Uni.

"Un choc de confiance durable découlant des inquiétudes du marché quant à la crédibilité de la stratégie fiscale du gouvernement et se traduisant par des coûts de financement structurellement plus élevés pourrait affaiblir de manière plus permanente l'accessibilité de la dette du Royaume-Uni", a déclaré Moody's.

BUDGET

Le FMI a déclaré que le budget que doit présenter M. Kwarteng le 23 novembre offrirait au gouvernement britannique "une occasion précoce d'envisager des moyens de fournir un soutien plus ciblé et de réévaluer les mesures fiscales, en particulier celles qui profitent aux personnes à revenu élevé".

M. Kwarteng a déclaré que le gouvernement s'engageait à faire preuve de responsabilité fiscale à moyen terme et que le budget complet qu'il présentera en novembre exposera des plans de réduction de la dette.

Mardi, l'économiste en chef de la Banque d'Angleterre, Huw Pill, a déclaré que la banque centrale était susceptible de procéder à une augmentation "significative" des taux lors de sa prochaine réunion en novembre, ajoutant que les bouleversements sur les marchés financiers auraient un impact important sur l'économie et seraient pris en compte dans ses prochaines prévisions.

Les obligations d'État britanniques se sont vendues à un rythme féroce ces derniers jours, les coûts d'emprunt à 10 ans étant en passe de connaître leur plus forte hausse pour un mois civil depuis au moins 1957, selon un calcul de Reuters.

La livre était en baisse de 0,4 % pour s'échanger à 1,0690 $ à 6 h 28 GMT.

"Il est difficile de ne pas tirer la conclusion que cela nécessitera une réponse significative de la politique monétaire", a déclaré M. Pill au CEPR Barclays Monetary Policy Forum.

Alors que les analystes continuent de spéculer sur l'orientation financière future de la Grande-Bretagne, et que les marchés sont volatils, un nombre croissant de fournisseurs de prêts hypothécaires, incapables de fixer le prix des prêts, ont suspendu les ventes.

(1 $ = 0,9330 livre)


© Zonebourse avec Reuters 2022
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
BARCLAYS PLC -0.04%161.27 Cours en différé.-13.78%
DEUTSCHE BANK AG -0.20%10.102 Cours en différé.-8.13%
MOODY'S CORPORATION 3.02%298.27 Cours en différé.-25.87%
UK 10Y CASH -0.01%3.1158 Cours en différé.243.73%
Dernières actualités "Économie"
11:08Europe/PMI: En Allemagne, le repli de l'activité manufacturière s'atténue en novembre
RE
11:06Les gens ont besoin de chocolat en période de récession, selon le PDG d'Hotel Chocolat
ZR
11:06J.P.Morgan réduit de 9% les prévisions de bénéfices du S&P 500 pour 2023
ZR
11:04GB/PMI-La contraction du secteur manufacturier assombrit l'horizon
RE
11:03Swiss Re estime à $122 mds les pertes dues aux catastrophes en 2022
RE
10:57Italie: le taux de chômage recule à 7,8% en octobre
AW
10:48Les PME industrielles veulent garder espoir en novembre
AW
10:48Paris à l'équilibre, prudente face au discours de la Fed
AW
10:41Les ventes au détail de Hong Kong augmentent en octobre, mais les perspectives sont difficiles.
ZR
10:39Ukraine-Kherson privée d'électricité après des bombardements russes - gouverneur
RE
Dernières actualités "Économie"