Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
802
Abonnés
Du même auteur
Plus d'articles

Le bouton "baisse" a disparu

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
03/06/2020 | 09:06

Je partage ce matin avec vous quelques réflexions sur l'apparente décorrélation entre la trajectoire des marchés financiers et le chaos économique provoqué par le Covid-19, en espérant ne pas tomber dans la psychologie de comptoir. Les marchés financiers poursuivent leur ascension dans un monde d'après qui ressemble furieusement au monde d'avant.

Un coup d'œil à la page Zonebourse dédiée aux indices permet de constater qu'une vingtaine de "benchmarks" affichent des performances supérieures à -5% par rapport au 1er janvier, du S&P500 américain (-4,6%) au Nasdaq 100 américain aussi (+10,6%), en passant par l'indice TecDax des valeurs technologiques allemandes (+6,5%) ou l'indice large suisse SPI (-4,6%). Vous serez probablement d'accord avec moi pour dire que cette fermeté tient quasiment du miracle, après les semaines que nous venons de vivre. Certains esprits forts en profiteront sûrement pour répliquer qu'ils l'avaient bien dit et que le Covid-19 n'était qu'une sorte de gros délire planétaire qui a fait perdre son sang-froid à la population et à ses dirigeants. Ironie du sort, nous avons beau être bardés d'outils de suivi et d'analyse, nous ne saurons probablement jamais quel aurait été le bilan du Covid-19 sans les mesures de confinement.

Il est toutefois probable que la situation aurait dégénéré. En tout cas, elle aurait fortement accru la longueur de la période d'incertitude. Or l'incertitude est l'ennemie jurée de l'investisseur. Paradoxalement, les financiers ont une assez bonne vision de l'avenir désormais. Ils savent que les statistiques macroéconomiques vont rester mauvaises pendant des semaines voire des mois. Ils savent que parmi les scénarios de catastrophe sanitaire, c'est l'un des plus modérés qui a eu lieu. Ils savent aussi que les banques centrales et les gouvernements vont inonder durablement les économies de liquidités, et ils savent qu'une certaine mansuétude règnera concernant les déficits publics pendant une période de temps prolongée. Enfin, ils savent qu'en dépit de la montée du chômage, une reprise marquée fait consensus dans les mois à venir.

Mis bout-à-bout, ces éléments permettent de justifier - à défaut d'expliquer – le rebond constaté ces dernières semaines. La puissance du "ouf" de soulagement est telle que les grandes tensions actuelles, comme les relations entre la Chine et les Etats-Unis ou la dislocation de la société américaine, passent au second plan. Et la remontée a été récemment accentuée par les "rachats à bon compte" opérés sur les sociétés cycliques et les entreprises présumées décotées. Une prise de risque qui paraît audacieuse au vu des niveaux de valorisation, mais qui illustre aussi un certain opportunisme : difficile d'entrer actuellement sur les valeurs "Covid" ou sur les grandes technologiques, ces sociétés au parcours boursier remarquable depuis que la crise a éclaté.

Bon, force est quand même de constater que tous les indices ne sont pas logés à la même enseigne et que de profondes failles ont été creusées en quelques semaines. Le CAC40 perd encore près de 19% (-17,7% dividendes réinvestis) et l'IBEX ou l'iBovespa plus de 20%. Pour paraphraser le bon mot d'un footballeur britannique, "la bourse, c'est assez simple. On investit sur des valeurs et à la fin, les technologiques gagnent".

Le CAC40 gagnait encore 1,18% à 4916 points peu après l'ouverture. 

Les temps forts économiques du jour

La lecture finale des PMI des services du mois de mai sera publiée tout au long de la journée, en matinée en Europe et dans l'après-midi en Amérique du Nord. L'emploi allemand (9h55) et de l'UE (11h00) sont aussi au programme. Aux Etats-Unis, l'enquête sur l'emploi d'ADP (14h15), les commandes d'usines (16h00) et les stocks pétroliers (16h30) sont attendus.

L'euro flirte désormais avec 1,12 USD. L'once d'or est stable à 1728 USD. Le pétrole est reparti à la hausse, à 40 USD le baril de Brent et à 37,47 USD le baril de WTI. Le Bitcoin se dégonfle un peu, à 9492 USD. Le rendement du 10 ans américain remonte à 0,7%.

Les principaux changements de recommandations

  • BASF : Jefferies passe de conserver à acheter avec un objectif de cours relevé de 45 à 66 EUR.
  • Beiersdorf : sort de la liste Equity Long de DZ Bank.
  • Cairn Energy : Morgan Stanley passe de surpondérer à pondération en ligne en visant 131 GBp.
  • Codemasters : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 340 à 400 GBp.
  • Dufry : Santander passe de conserver à acheter en visant 46 CHF.
  • Flatex : MainFirst démarre le suivi à l'achat en visant 47 EUR. Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 36 à 41 EUR.
  • Iliad : Morgan Stanley passe de surpondérer à pondération en ligne en visant 165 EUR.
  • LVMH : RBC reste à surperformance avec un objectif de cours relevé de 390 à 400 EUR.
  • Meggitt : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 635 à 375 GBp.
  • Nordea : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 65 à 72 SEK.
  • Renault : Goldman Sachs passe de neutre à l'achat en visant 28 EUR.
  • Rocket Internet : Deutsche Bank reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 30 à 27 EUR.
  • RWE : Citigroup démarre le suivi à l'achat en visant 34 EUR.
  • Sandvik : Morgan Stanley passe de souspondérer à surpondérer en visant 186 SEK.
  • Signify : Société Générale passe de conserver à acheter en visant 25 EUR.
  • SKF : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 190 à 200 SEK.

L’actualité des sociétés

En France

Finalement, AXA réduit sa proposition de dividende de 1,43 à 0,73 EUR. Des membres du conseil d'administration de LVMH auraient émis hier des doutes sur l'opportunité de mener à bien le rachat de Tiffany, croit savoir WWD. L'Etat a signé hier le prêt garanti de 5 Mds€ en faveur de Renault, pour aider le constructeur à traverser la crise. Bouygues, Saipem et Boskalis ont remporté un contrat de 552 M€ pour réaliser les fondations et les socles du parc éolien de Fécamp, en Normandie. Electricité de France a notifié la résiliation des contrats Arenh d'Alpiq, Gazel et Total Direct Energie, à titre conservatoire afin de préserver les droits du groupe. BNP Paribas, China Investment Corporation et Eurazeo lancent le Fonds France-China Cooperation. Conformément à ce qui était prévu, Technicolor bénéficie d'une procédure de conciliation ouverte par le tribunal de commerce de Paris pour renégocier sa dette. JCDecaux signe un partenariat mondial avec S4M pour renforcer l’efficacité de son média et la complémentarité entre OOH et mobile. Goldman Sachs prend à bail plus de 80% des bureaux du 83 Marceau appartenant à Société Foncière Lyonnaise. Le paiement en actions du dividende de Covivio plébiscité par les actionnaires. Grâce au succès mondial de ses tests Covid-19, Novacyt peut solder sa dette long terme. GTT, Albioma, Horizontal Software et DBV Technologies ont publié les comptes-rendus de leurs assemblées générales. Inventiva, Erytech, DBV Technologies participent à des conférences médicales et financières de fin de printemps. Karl Toko Ekambi s'engage pour quatre ans avec l'Olympique Lyonnais pour 11,5 M€. Le Lancet publie l'intégralité des résultats de phase I du candidat vaccin de Valneva contre le chikungunya. Assystem acquiert Corporate Risk Associates. Wavestone a publié ses comptes.

Dans le monde

La pression reste forte sur Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, après sa prise de position controversée sur le maintien en ligne des posts de Donald Trump. Une action collective assortie de 5 Mds$ de revendications a été lancée aux États-Unis contre Google, accusé d'utiliser des données d'utilisateurs de chrome en navigation privée. Zoom Video a relevé ses objectifs annuels après le coup d'accélérateur fournit à ses services par le coronavirus. Innogy va quitter la cote après le rachat des derniers minoritaires par E.ON. Bloomberg a appris la mise en vente d'un gros bloc de titres Virgin Galactic. Lyft a constaté une reprise de la demande en mai. Air Canada a levé près de 1,6 MdCAD (1 Md€) par l'émission d'une combinaison d'actions et de dette, pour renforcer ses capacités financières mises à mal par la pandémie. La FDA rallonge la période d'examen pour l'Ofatumumab (OMB 157) de Novartis. Sulzer prend 25% du finlandais Tamturbo, spécialiste des systèmes de compresseurs d'air industriels sans huile. SGS rachète le français CTA Gallet. Lonza va accélérer la mise au point de deux nouvelles lignes de production dédiées au candidat vaccin contre le Covid-19 de Moderna.

Ça publie. Campbell Soup, Wizz Air, Voestalpine, Canada Goose

 Lectures :

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
AIR CANADA -3.03%16.95 Cours en différé.-65.06%
ALPHABET INC. 1.69%1442 Cours en différé.7.66%
ALPIQ HOLDING AG 0.00%70 Cours en différé.0.00%
ASSYSTEM 2.26%22.65 Cours en temps réel.-31.42%
AXA 3.65%19.198 Cours en temps réel.-26.25%
BEIERSDORF AKTIENGESELLSCHAFT 0.34%102.9 Cours en différé.-3.89%
BNP PARIBAS 6.26%36.93 Cours en temps réel.-34.28%
BOUYGUES 4.30%32.05 Cours en temps réel.-18.90%
CAC 40 2.50%5050.67 Cours en temps réel.-17.58%
CAMPBELL SOUP COMPANY -0.64%49.31 Cours en différé.-0.22%
CANADA GOOSE HOLDINGS INC. 0.61%31.52 Cours en différé.-32.95%
CHINA U-TON HOLDINGS LIMITED 3.45%0.3 Cours en clôture.56.25%
CODEMASTERS GROUP HOLDINGS PLC 0.22%344.74999 Cours en différé.22.64%
DBV TECHNOLOGIES 1.30%8.21 Cours en temps réel.-58.71%
DJ INDUSTRIAL -0.30%25734.97 Cours en différé.-9.55%
DUFRY AG 7.13%29.46 Cours en différé.-71.36%
E.ON SE 2.76%10.2 Cours en différé.4.22%
ERYTECH PHARMA 6.67%8 Cours en temps réel.11.94%
EURAZEO SE 2.86%47.4 Cours en temps réel.-24.46%
EURO / BRITISH POUND (EUR/GBP) -0.04%0.90236 Cours en différé.7.25%
FACEBOOK 4.62%237.55 Cours en différé.15.74%
FLATEX AG 1.43%46.1 Cours en différé.85.51%
GTT - GAZTRANSPORT ET TECHNIGAZ -0.43%70 Cours en temps réel.-17.62%
HORIZONTAL SOFTWARE S.A. 0.59%0.85 Cours en temps réel.-15.84%
ILIAD 0.51%177.2 Cours en temps réel.52.57%
INNOGY SE 0.00%Cours en clôture.-2.24%
INVENTIVA S.A. 11.68%11.86 Cours en temps réel.189.37%
JCDECAUX SA 2.43%16.85 Cours en temps réel.-40.14%
LONDON BRENT OIL 2.16%42.64 Cours en différé.-36.97%
LONZA GROUP 0.28%503 Cours en différé.42.13%
LVMH MOËT HENNESSY - LOUIS VUITTON SE 2.59%401.8 Cours en temps réel.-5.46%
MEGGITT PLC 7.07%327.5 Cours en différé.-53.55%
MORGAN STANLEY -1.43%47.61 Cours en différé.-6.87%
NASDAQ 100 1.21%10279.247837 Cours en différé.17.70%
NASDAQ COMP. 0.95%10154.629308 Cours en différé.13.17%
NORDEA BANK ABP. 2.37%66.07 Cours en différé.-14.67%
NOVACYT -0.34%2.9 Cours en temps réel.1,621.89%
OLYMPIQUE LYONNAIS GROUPE 1.31%2.32 Cours en temps réel.-25.16%
RENAULT 5.30%22.665 Cours en temps réel.-49.03%
ROCKET INTERNET SE 2.28%19.79 Cours en différé.-12.49%
RWE AG 3.50%31.65 Cours en différé.11.81%
S&P 500 0.50%3115.86 Cours en différé.-3.56%
SAIPEM S.P.A. 1.53%2.263 Cours en différé.-48.90%
SAUDI ARABIAN OIL COMPANY 0.62%32.7 Cours en clôture.-7.23%
SGS AG 0.52%2334 Cours en différé.-12.41%
SIGNIFY N.V. 4.48%24.03 Cours en différé.-17.41%
SMITH & WESSON BRANDS, INC. 2.00%21.95 Cours en différé.136.53%
STURM, RUGER & COMPANY, INC. 0.12%76.09 Cours en différé.61.79%
SULZER LTD 2.94%77.05 Cours en différé.-30.69%
TECDAX PERFORMANCE INDEX 9:00-20:00 0.77%2982.12 Cours en différé.-1.86%
THE GOLDMAN SACHS GROUP, INC. -0.03%197.57 Cours en différé.-14.07%
TIFFANY & CO. 0.24%122.23 Cours en différé.-8.54%
TOTAL S.A. 1.77%34.78 Cours en temps réel.-30.57%
WAVESTONE 0.71%19.8 Cours en temps réel.-24.38%
WIZZ AIR HOLDINGS PLC 1.08%3378 Cours en différé.-14.20%

Anthony Bondain
© Zonebourse.com 2020
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Maxsea - Il y a 4 semaines arrow option
N'y a-t-il pas un paradoxe entre la flambée des cours en général et le calme relatif sur les cours des biotechs . Ce calme ne traduirait-il pas des discussions sur le partage du gateau quand un vaccin sera opérationnel. Les turpitudes sur l'hydroxychloraquine ne traduiraient elles pas une "gêne" dans ces discussions ...?
  
  
srinfo - Il y a 3 semaines arrow option
Le vaccin ( où on aura du mal à trouver des cobayes ), on n' en a d' ailleurs plus besoin ; le virus va s' évaporer de lui-même, comme la plupart de ses prédécesseurs . Par contre la crise économique de la zone euro est encore devant nous !
  
  
  • Publier
    loader