Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     

Anthony BONDAIN

Rédacteur en Chef
Suivre
Suivre sur
Parce que les informations financières se consomment comme les viennoiseries, chaudes et à l'heure du petit déjeuner, Anthony Bondain se lève à l'aube pour vous servir le Morning Meeting tous les matins.
Journaliste financier et boursier depuis plus de deux décennies, inimitable éditorialiste et leader flegmatique, il est rédacteur en chef de ZoneBourse.

Le consommateur américain sur le gril

15/08/2022 | 09:01
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Recevoir par email

La semaine débute doucement sur un 15 août qui est férié dans certains pays, mais pas chômé en bourse. Les investisseurs sont parvenus à effacer peu ou prou la moitié des pertes accumulées en bourse depuis le début de l'année, grâce à un début d'été marqué par un regain d'appétit pour les actions, en dépit d'indicateurs économiques difficiles à dompter.

Je prêtais vendredi en début de journée un certain manque d'énergie aux investisseurs, mais ils m'ont fait mentir. Surtout aux Etats-Unis où les valeurs technologiques ont repris leur rebond de plus belle, pour terminer en hausse de plus de 2%. Le Nasdaq et le S&P500 en sont désormais à quatre semaines consécutives de hausse et si leur déficit 2022 affiche encore deux chiffres, il s'est réduit de moitié. L'Europe en a aussi profité pour atténuer ses pertes annuelles. Le Stoxx Europe 600 ne cède plus que -9,6% depuis le 1er janvier, et même -7,7% en intégrant les dividendes versés. Pour le CAC40 français, la baisse s'établit à -8,4% en données brutes et à -5,8% en comptant les dividendes. C'est mieux que la moyenne, mais pas aussi bien que les deux marchés européens stars de l'année, le Portugal et la Norvège, pour des raisons que j'avais déjà expliquées il y a quelques temps.

La litanie des indicateurs macroéconomiques continue cette semaine, dans un contexte où, il faut bien l'avouer, même les économistes les plus chevronnés en perdent leur latin. Il faut s'y faire, les outils de suivi classiques de la performance sont à la peine. Pendant que les experts bataillent un peu stérilement pour savoir si, oui ou non, les Etats-Unis sont en récession, le marché du travail renvoie une toute autre image puisque les créations de postes se sont encore envolées en juillet et que le taux de chômage n'avait jamais été aussi bas depuis 1969. Pour un repère temporel, en 1969, les Jackson 5 sortaient "I Want You Back" et "Il était une fois dans l'Ouest" cartonnait au box-office en France. Bref, chaque statistique publiée entraîne les habituels débats entre les exégètes des deux camps. Mais les articuler entre elles est une autre paire de manches. Ce qui complique en dernier ressort la tâche des banques centrales. Banques centrales qui s'étaient copieusement savonné la planche en se trompant de diagnostic sur l'origine et les conséquences de l'inflation.

C'est dans ce contexte que tomberont mercredi les ventes de détail américaines de juillet. L'intérêt "classique" de cette statistique est de prendre le pouls du consommateur étasunien, sachant que la consommation privée représente environ 68% du PIB. A titre de comparaison, c'est 55% en France et un peu moins en Allemagne. Tant que le consommateur américain tient, la Fed est censée avoir quelques latitudes pour tenter de courber la flambée des prix à coups de tatane, ou de hausse de taux en version plus académique. Le chiffre tombera au lendemain des derniers résultats trimestriels de Walmart et The Home Depot, qui sont aussi des indicateurs importants du monde réel.

Comme il est écrit que vous n'échapperez pas aux statistiques cette semaine, il y en a déjà eu tôt ce matin. Au Japon d'abord, où le PIB du pays a rebondi de 0,5% au T2, ce qui est un peu moins que prévu par les spécialistes. En Chine ensuite, où les données publiées ont été étonnamment faibles. Les ventes de détail sont nettement moins dynamiques que prévu et la production industrielle n'a pas accéléré par rapport à juin comme escompté. Une situation qui peut s'expliquer par les restrictions liées au covid et par la profonde crise immobilière qui frappe le pays. Toutefois, la PBOC, la banque centrale chinoise, a réduit deux de ses taux directeurs pour la première fois depuis janvier. Les amateurs de verre à moitié plein y verront un moyen de donner un petit coup d'accélérateur à l'économie. Mais les aficionados du verre à moitié vide concluront que le pays répond par des mesurettes à ses soucis économiques du moment.

Dans le reste de l'actualité, le voyage législatif du plan Biden pour la santé et le climat s'est achevé avec succès au cours du weekend devant la chambre des représentants. Il est donc adopté, même si les marchés ont déjà largement anticipé cette issue positive. La mi-août ne sera pas exempte de publications de résultats. Il faudra donc compter avec Walmart et The Home Depot demain, deux importants marqueurs des tendances de consommation aux Etats-Unis. Tencent, Cisco, Analog Devices, The Estée Lauder Companies et Applied Materials sont aussi sur les tablettes hebdomadaires. En Europe, Henkel, Straumann, Delivery Hero, Carlsberg, Geberit et Adyen sont au programme de la semaine.

En Asie en fin de parcours, le Japon clôture sur un gain de plus de 1% du côté du Nikkei 225, tandis que les progressions sont plus mesurées en Australie, en Inde ou en Corée du Sud. En Chine, le cœur des investisseurs balance autour de l'équilibre à Hong Kong comme à Shanghai. Le CAC40 a démarré la séance en hausse de 0,45% à 6583 points.

Les temps forts économiques du jour

L'indice Empire Manufacturing d'août (14h30) et le dernier indice des prix immobilier de la NAHB (16h30) sont les deux statistiques américaines à suivre aujourd'hui. Tout l'agenda macro ici. Ce matin, le Japon a fait état d'une croissance du T2 inférieure aux attentes (+2,2% versus +2,6% attendu sur un an). En Chine, les ventes de détail et la production industrielle de juillet sont toutes deux inférieures aux attentes.

L'euro a reperdu du terrain, à 1,0251 USD. L'once d'or se rapproche du cap des 1800 USD. Le pétrole recule, avec un Brent de Mer du Nord à 97,22 USD le baril et un brut léger américain WTI à 91,24 USD. Le rendement de la dette américaine à 10 ans évolue autour de 2,83%. Le bitcoin évolue juste sous 25 000 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • Auto1 : J.P. Morgan passe de souspondérer à surpondérer en visant 13,70 EUR.
  • Compagnie Financière Richemont : Bernstein reste à surperformance avec un objectif de cours relevé de 299 à 324 CHF.
  • Deliveroo : Jefferies reste à l'achat avec un objectif réduit de 240 à 190 GBp.
  • EssilorLuxottica : Bernstein reste à surperformance avec un objectif de cours relevé de 192 à 198 EUR.
  • Fastned : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 62 à 55 EUR.
  • Hermès International : Bernstein reste la performance de marché avec un objectif de cours relevé de 1180 à 1303 EUR.
  • Interroll : UBS reste neutre avec un objectif de cours réduit de 3300 à 2720 CHF.
  • Kering : Bernstein reste à surperformance avec un objectif relevé de 645 à 689 EUR.
  • LVMH : Bernstein reste à surperformance avec un objectif relevé de 781 à 811 EUR.
  • Moncler : Bernstein reste à surperformance avec un objectif relevé de 54 à 61 EUR.
  • Schibsted : J.P. Morgan passe de souspondérer à neutre en visant 231 NOK.
  • Sixt : Stifel passe d'acheter à conserver en visant 122 EUR.
  • Trainline : J.P. Morgan passe de surpondérer à neutre en visant 420 GBp.
  • Va-Q-Tec : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 36 à 25 EUR.
  • Vontobel : Julius Bär reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 87 à 68 CHF.
  • Zurich Insurance : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 470 à 450 CHF.

En France

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Crédit Agricole Assurances (Crédit Agricole) et F2i acquièrent des parcs éoliens en Espagne.
  • Ipsen a finalisé le rachat de la société américaine Epizyme spécialisée en oncologie.
  • Valneva lance un programme ATM aux Etats-Unis, l'équivalent d'un financement en fonds propres (financement dilutif) de 75 M$, réservé à des investisseurs spécialisés.
  • Innelec a publié ses comptes.

Dans le monde

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Saudi Aramco dégage un bénéfice net record à 48,4 Mds$ au T2.
  • Peloton va supprimer 800 postes, externaliser ses livraisons et fermer des magasins.
  • Contemporary Amperex Technology (CATL) a prévu jusqu'à 7,34 Mds€ pour créer une usine de batteries pour véhicules électriques en Hongrie.
  • Prada cherche à se faire coter à Milan en plus de Hong Kong, selon Bloomberg.
  • ENBW a confirmé au cours du weekend, en réponse à des rumeurs, des discussions "concrètes" en vue de la vente de son réseau à haute tension TransnetBW.
  • La compagnie aérienne scandinave SAS AB, en faillite aux Etats-Unis, a obtenu un prêt de 700 M$ avec des fonds gérés par Apollo Global Management.
  • Nordex maintient ses prévisions de baisse des ventes pour 2022.
  • Echec pour Novartis avec canakinumab contre le cancer du poumon.
  • Bâloise vend son portefeuille en run-off allemand.
  • Facebook (Meta Platforms) s'allie à DoorDash pour les livraisons de sa "Marketplace".
  • Principales publications du jour : Henkel, CureVac, HelloFreshTout l'agenda ici.

Lectures


© Zonebourse.com 2022
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Recevoir par email
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ADYEN N.V. 7.06%1406.6 Cours en temps réel.-43.16%
ANALOG DEVICES, INC. 3.89%150.5718 Cours en différé.-20.73%
APPLIED MATERIALS, INC. 3.33%89.02 Cours en différé.-47.93%
AUTO1 GROUP SE 2.47%6.635 Cours en différé.-66.69%
BÂLOISE HOLDING AG 2.65%131.6 Cours en différé.-14.02%
CARLSBERG A/S 3.73%923 Cours en différé.-21.22%
CISCO SYSTEMS, INC. 1.99%41.7 Cours en différé.-36.88%
COMPAGNIE FINANCIÈRE RICHEMONT SA 5.45%101.4 Cours en différé.-29.78%
CONTEMPORARY AMPEREX TECHNOLOGY CO., LIMITED -4.32%400.89 Cours en clôture.-31.82%
CRÉDIT AGRICOLE S.A. 4.24%8.823 Cours en temps réel.-32.56%
CUREVAC N.V. 4.22%8.28 Cours en différé.-76.86%
DELIVEROO PLC 4.69%92.92 Cours en différé.-57.67%
DELIVERY HERO SE 8.29%40.5 Cours en différé.-61.84%
DOORDASH, INC. 6.08%53.53 Cours en différé.-66.07%
ENBW ENERGIE BADEN-WÜRTTEMBERG AG 1.74%82 Cours en différé.6.05%
ESSILORLUXOTTICA 6.96%152.15 Cours en temps réel.-24.03%
FASTNED B.V. 3.35%30.84 Cours en temps réel.-39.23%
GEBERIT AG 3.42%444.6 Cours en différé.-42.31%
HELLOFRESH SE 7.26%23.79 Cours en différé.-67.16%
HENKEL AG & CO. KGAA 2.06%62.38 Cours en différé.-14.08%
HERMÈS INTERNATIONAL 6.11%1303 Cours en temps réel.-20.05%
INNELEC MULTIMÉDIA -1.01%4.88 Cours en temps réel.-31.15%
INTERROLL HOLDING AG 2.03%1906 Cours en différé.-54.49%
IPSEN 2.15%99.55 Cours en temps réel.21.06%
KERING 5.65%480.5 Cours en temps réel.-35.66%
LVMH MOËT HENNESSY LOUIS VUITTON SE 6.38%646.8 Cours en temps réel.-16.37%
META PLATFORMS, INC. 1.11%139.9991 Cours en différé.-58.79%
MONCLER S.P.A. 8.07%45.79 Cours en différé.-33.82%
NORDEX SE 6.90%8.92 Cours en différé.-35.71%
NOVARTIS AG 1.30%76.97 Cours en différé.-5.36%
PAX DOLLAR (USDP/USD) -0.47%0.995 Cours en clôture.-0.49%
PELOTON INTERACTIVE, INC. 16.13%8.685 Cours en différé.-79.11%
PRADA S.P.A. 0.82%36.7 Cours en différé.-26.45%
SAS AB (PUBL) -4.92%0.4526 Cours en différé.-62.68%
SCHIBSTED ASA 3.52%159 Cours en temps réel.-54.84%
SIXT SE 4.58%86.8 Cours en différé.-46.66%
STRAUMANN HOLDING AG 6.60%96.62 Cours en différé.-53.21%
TENCENT HOLDINGS LIMITED -0.98%263.8 Cours en différé.-42.25%
THE ESTÉE LAUDER COMPANIES INC. 3.29%226.3101 Cours en différé.-41.68%
THE HOME DEPOT, INC. 1.65%288.38 Cours en différé.-31.64%
TRAINLINE PLC 5.54%331.7 Cours en différé.12.65%
VA-Q-TEC AG 3.79%10.4 Cours en différé.-60.32%
VALNEVA SE 8.35%5.76 Cours en temps réel.-78.30%
VONTOBEL HOLDING AG 4.43%56.6 Cours en différé.-32.17%
WALMART INC. 0.96%133.72 Cours en différé.-10.36%
ZURICH INSURANCE GROUP LTD 2.60%409.8 Cours en différé.-0.25%
Plus d'actualités
Le marché essaie une nouvelle partition
Le marché essaie une nouvelle partition
Bye-bye Septembre
Bye-bye Septembre
Les investisseurs en PLS
Les investisseurs en PLS