Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie & Forex

Actualités : Toute l'info
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Le coronavirus assombrit les perspectives de l'industrie du luxe pour 2020

07/02/2020 | 14:09
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
LE CORONAVIRUS ASSOMBRIT LES PERSPECTIVES DE L'INDUSTRIE DU LUXE POUR 2020

De Burberry à Estée Lauder, les grandes maisons de luxe tentent de chiffrer le coût de l'épidémie de coronavirus en Chine, fermant des boutiques et révisant à la baisse leurs perspectives financières tandis que leur premier marché mondial est pratiquement à l'arrêt.

"Les centres commerciaux sont fermés, quelques boutiques restent ouvertes mais sur des plages horaires réduites et, par-dessus tout, il n'y a pas de circulation", note Stefano Sassi, patron de la maison italienne Valentino.

"Depuis la mi-janvier, ajoute-t-il, toutes les marques du luxe ont été touchées."

Après Estée Lauder, Capri - la holding coiffant Michael Kors, Versace et Jimmy Choo -, et Tapestry, Burberry a ajouté vendredi son nom à la liste de plus en plus longue des entreprises du secteur ayant alerté les marchés financiers sur l'impact significatif que l'épidémie de 2019-nCoV aura sur ses comptes. Le groupe britannique a retiré ses perspectives pour 2020 et annoncé la fermeture d'un tiers de ses 64 magasins en Chine continentale.

Pour l'heure, les dépenses en Europe de touristes chinois n'ont pas été trop affectées. Mais avec l'accroissement des restrictions de déplacement, Burberry s'attend à ce que la situation se dégrade sur ce front aussi dans les semaines à venir.

Jean-Paul Agon, le PDG de L'Oréal, a souligné vendredi que le géant mondial des cosmétiques avait connu un bon mois de janvier avant que les choses ne deviennent plus difficiles avec le coronavirus. Le commerce en ligne, qui représente 50% de ses ventes en Chine, devrait toutefois amortir le choc.

SECONDE LAME

L'épidémie partie de Wuhan, dans le Hubei, a eu l'effet d'une seconde lame pour ce secteur d'activité qui avait déjà payé son écot aux troubles politiques à Hong Kong, l'une des cinq principales plateformes mondiales du luxe.

A des degrés divers, la plupart de ces marques avaient réussi à compenser par une forte croissance en Chine continentale les effets négatifs de la contestation dans l'ex-colonie britannique.

L'apparition du coronavirus a brutalement coupé cette voie de contournement. Avec un effet d'autant plus spectaculaire que l'épidémie a éclaté au moment du Nouvel an lunaire, période de consommation effrénée - l'an dernier, les Chinois ont dépensé 150 milliards de dollars pour ces fêtes.

"Cette période va être très difficile pour les marques de luxe qui devraient assister à une chute significative de leurs ventes sur leur trimestre à venir", indique Ben Cavender, directeur général du China Market Research Group à Shanghai.

Analyste chez Jefferies, Flavio Cereda a réduit de 5 à 1% son anticipation de croissance sur l'année du secteur, à changes constants. "Le manque à gagner est de l'ordre de 12 milliards d'euros et le risque est de faire de cette année une année blanche", écrit-il dans une note prédisant un effondrement de 35% des dépenses chinoises dans le luxe sur le premier trimestre 2020.

A l'échelle de la planète, les acheteurs chinois comptent pour plus d'un tiers des dépenses en produits de luxe. Ils effectuent pour l'essentiel leurs achats quand ils sont en déplacement à l'étranger.

Ces dix dernières années, c'est eux qui ont servi de moteur à la croissance échevelée du secteur. La firme de consultant Bain & Company leur attribue 90% de l'accroissement des ventes du secteurs l'an dernier, passées à 281 milliards d'euros.

(version française Henri-Pierre André, édité par Jean-Michel Bélot)

par Silvia Aloisi


© Reuters 2020
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
BURBERRY GROUP PLC -1.01%1821.5 Cours en différé.2.74%
CHINA U-TON FUTURE SPACE INDUSTRIAL GROUP HOLDINGS LTD. 0.00%0.19 Cours en clôture.-26.92%
COMPAGNIE FINANCIÈRE RICHEMONT SA 0.20%89.5 Cours en différé.11.39%
ESSILORLUXOTTICA -0.51%135.85 Cours en temps réel.7.06%
KERING SA 0.69%551.1 Cours en temps réel.-7.94%
L'ORÉAL 0.95%308.8 Cours en temps réel.-1.64%
LVMH MOËT HENNESSY - LOUIS VUITTON SE 0.17%538 Cours en temps réel.5.13%
PRADA S.P.A. 0.43%46.35 Cours en clôture.-9.47%
SINA CORPORATION 0.00%43.17 Cours en différé.1.86%
THE SWATCH GROUP SA -0.32%279.2 Cours en différé.15.90%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie & Forex"
11:01Après le Brexit, chute de 30% des exportations allemandes vers le Royaume-Uni
AW
10:59LA MINUTE MACRO  : Tensions sino-américaines, cryptos-mineurs et coûts de financement
10:44ALLEMAGNE  : le taux de chômage reste stable à 6,0% en février
AW
10:34Acheter un appartement devient une sinécure en Suisse (étude)
AW
10:25Les marchés boursiers européens ouvrent timidement avant l'inflation
AW
10:21La tendance au renchérissement du marché immobilier se poursuit
AW
10:13La BCE armée pour contrer la hausse des rendements, selon De Guindos
RE
09:09Au Royaume-Uni, un budget axé sur la relance, hausses d'impôt à l'horizon
AW
09:00Edenred perd 1,06% après ses résultats annuels
RE
07:37Boeing et l'armée australienne ont bouclé le premier test d'un chasseur sans pilote
RE
Dernières actualités "Economie & Forex"