Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Patrick
Rejaunier

Analyste marchés

229
Abonnés
Du même auteur
Plus d'articles

Le point hebdo de l'investisseur : Les actions gardent la cote

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
14/02/2020 | 16:26
Vendredi 14
février
Le point hebdo de l'investisseur
intro
Malgré le retour passager des craintes concernant l'évolution du coronavirus, avec une nette progression des cas contaminés (plus de 63000), les places financières ont pour la plupart poursuivi leur mouvement de reprise, portées notamment par des publications de sociétés globalement qualitatives, le rebond du pétrole et des valeurs financières. L'appétit pour le risque demeure donc intact, même si l'impact de l'épidémie sur l'économie mondiale est peut-être sous estimé.
Indices

Sur la semaine écoulée, en Asie, le Nikkei perd 0.6% tandis que le Hang Seng gagne 1.6% et le Shanghai Composite 1.4%.

En Europe, à l'heure de la rédaction de ce point, le CAC40 est revenu au contact de ses records annuels, enregistrant une performance hebdomadaire de 0.7%. Le Dax évolue, quant à lui, à son zénith et gagne 1.7% alors que le Footsie s'effrite de 0.6%. Pour les pays périphériques de la zone euro, le Portugal engrange 0.7% et l'Espagne 1.5%.

Aux Etats-Unis, le Dow Jones s'adjuge 1.1%, le S&P500 1.4% et le Nasdaq100 progresse de 2.2%.
Matières premières

L'OPEP et l'Agence internationale de l'énergie (AIE) ont conjointement révisé à la baisse leurs prévisions de croissance de la demande de pétrole en 2020, en raison des mesures de confinement prises par les autorités chinoises. L'AIE estime que les conséquences seront « significatives » sur la consommation de pétrole en Chine et table sur une baisse de la demande sur le premier trimestre, une première depuis plus de dix ans. Les cours se sont toutefois redressés sur la semaine, les opérateurs espérant un geste fort de l'OPEP+ pour réguler l'offre mondiale. Le Brent remonte à 56.4 USD, de même pour le WTI à 51.5 USD le baril.

Le prix de l'or se stabilise proche de ses sommets à 1575 USD, toujours recherché par les investisseurs. L'argent continue son surplace à 17.7 USD.

L'atmosphère reste pesante sur le compartiment des métaux industriels, en première ligne face à la crise du coronavirus. Les principales composantes s'offrent néanmoins un timide rebond cette semaine, à l'image de l'avancée du cuivre (+1.1% à 5716 USD), du nickel (+2.31% à 13065 USD) ou du plomb (+2.29% à 1877 USD).

Nouvelle tentative de rebond du CRB

image
Marchés actions

Lonza Group

A l'image de son indice de référence en hausse presque perpétuelle, Lonza Group accumule déjà 18% depuis le début d'année et se positionne en tête des hausses du SMI.
Le groupe, localisé à Bale, figure parmi les leaders mondiaux du développement, de la fabrication et de la commercialisation de produits chimiques.

Déjà largement sollicitée en 2019, l'action gagne ainsi plus de 50% sur un an glissant. La croissance des marges constitue un des atouts de l'entreprise historique suisse, créée il y a 120 ans. Pesant à ce jour 31 milliards de dollars, elle ne représente pourtant que 2.7%, en termes de pondération indicielle.

Les résultats annuels sont convaincants, avec une croissance des ventes de 6.8% et une marge opérationnelle de 27.4%. Le moteur de cette performance provient du segment Pharma Biotech et Nutrition (80% du CA), avec une hausse de 11% des ventes pour une marge d'Ebitda à 32.9%. Ses niveaux de valorisation (37x les BNA escomptés de 2020) s'expliquent par son taux de croissance et par sa profitabilité, en parallèle à une forte réduction de son endettement. Les investisseurs saluent largement ces bons critères fondamentaux.

Progression du titre Lonza Group

image
Marché obligataire

Le marché des obligations d'État continue d'être soumis aux aléas du coronavirus. En réaction à sa propagation, les investisseurs se sont précipités vers des valeurs refuges, telles que les titres de la dette publique de la zone euro. Les rendements se sont donc détendus une nouvelle fois sur le Vieux-continent, à l'image du Bund, avec un rendement à -0.4% ou encore de l'OAT française, à -0.15%. Cet environnement fragile a encore été perturbé par l'évaluation de la Commission européenne dans ses prévisions économiques stables à 1.2%, ce qui a aussi profité aux pays du sud. Les taux principaux, italien (0.90%), espagnol (0.28%) et surtout grec (0.91%) ont connu des trajectoires baissières.
En effet, le rendement de l'emprunt d'Etat grec à 10 ans a touché un nouveau plus bas historique. Il y a un an seulement, cette même référence avoisinait encore 4% (voir graphique). Fin janvier, Athènes a pu se financer sur 15 ans, une première depuis 2009.

La dette suisse reste très prisée par les investisseurs bien qu'elle génère un intérêt débiteur de -0.70% et de son côté, le Tbond américain voit également son rendement se réduire à 1.59%.

Evolution du rendement de l'emprunt d'Etat grec à 10 ans

image
Marché des changes

Au plus bas depuis 3 ans, la monnaie unique souffre, plombée par des inquiétudes grandissantes sur la santé de l'économie européenne et la situation de l'Allemagne. L'autre facteur baissier de la parité EUR/USD a été la hausse du billet vert, qui poursuit sur sa lancée de la semaine dernière. La parité majeure se traite sous 1.0850 USD et ouvre d'autres cibles baissières.
Toujours en Europe, la livre sterling réagit positivement, à l'annonce d'un plan de relance, le couple GBP/CHF progresse de 200 points de base à 1.28 CHF. Cet élan haussier se vérifie également contre le dollar, à 1.305 USD ou contre la monnaie unique à 0.83 GBP, un plus bas de 4 ans.

Le dollar termine donc la semaine en hausse face aux autres grandes devises, à la faveur de données montrant que l'économie américaine se porte bien mieux qu'ailleurs dans le monde. Cette dernière à une nouvelle fois fait preuve de dynamisme en janvier, à l'image des fortes créations d'emplois et d'une reprise de l'activité manufacturière. La hausse du billet vert se confirme sur tous les fronts, comme face à la devise brésilienne à 4.36 BRL, qui marque un record historique ou comme face à d'autres monnaies refuges comme le yen (-140 points de base à 109.8 JPY) et le franc suisse à 0.97 CHF (+150 pts).
Statistiques économiques

Fragilisée par des chiffres décevants sur la production industrielle en Allemagne ainsi qu'en France et en Espagne, l'Europe conserve une croissance atone. Ces statistiques relancent les craintes de récession, malgré la politique de taux d'intérêt négatifs menée par la BCE pour stimuler l'économie. Les investisseurs dans la zone euro ont, par ailleurs, perdu de leur optimisme en janvier. L'indice Sentix du moral des investisseurs a reculé à 5,2 sur le mois après 7,6 en décembre. La décélération du commerce mondial, la crise sanitaire chinoise et le Brexit pèsent sur le Vieux Continent. Les dernières prévisions institutionnelles tablent sur un rythme de croissance de 1.2% pour cette année et la suivante.

Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté moins qu'attendu (210k) et l'inflation de base (core CPI), en rythme annuel, progresse de 2,3%, un chiffre inchangé par rapport à ceux des trois mois écoulés.

La semaine prochaine sera chargée, avec les minutes des banques centrales (Fed et BCE). Plus tard, les publications des « Flash PMI » indicateurs, établis par l'institution IHS Markit auprès des directeurs d'achats, apporteront une vue pertinente de l'économie depuis leurs entreprises.
Les actions gardent la cote

Les éventuelles répercussions économiques du coronavirus restent un sujet de discussion sur les marchés financiers, même si le risque sanitaire n'exerce pas spécialement de pression particulière sur les prix des actions. Et pourtant, lors des publications, les sociétés n'oublient pas d'évoquer les conséquences possibles du virus sur leur activité. La Fed l'a rappelé cette semaine, en stigmatisant l'impact probable sur l'économie chinoise.

La résilience des marchés reste pour le moins surprenante et peut trouver une explication dans sa valorisation comparative. En effet, la prime de risque qui mesure l'attractivité d'une classe d'actifs (actions) par rapport au taux des emprunts souverains se situe proche des plus hauts historiques et se veut, par conséquent, rassurante pour les marchés. L'originalité réside dans l'élévation de cette prime de risque alors que les indices battent des records. La persistance de taux négatifs en Europe n'y est pas étrangère et prolonge, de ce fait, la vertu attrayante des actions.
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
CAC 40 0.28%6070.19 Cours en temps réel.1.93%
CHINA-SHANGHAI COMP 0.38%2917.01 Cours en clôture.-4.87%
DAX 0.17%13764.89 Cours en différé.3.74%
DJ INDUSTRIAL -0.09%29398.08 Cours en différé.3.01%
HANG SENG 0.55%27975.57 Cours en temps réel.-1.30%
NASDAQ 100 0.29%9623.580482 Cours en différé.9.88%
NASDAQ COMP. 0.20%9731.17573 Cours en différé.8.40%
NIKKEI 225 -0.69%23523.24 Cours en temps réel.0.72%
S&P 500 0.18%3380.16 Cours en différé.4.62%
SMI 0.32%11146.39 Cours en différé.4.48%

Patrick Rejaunier
© Zonebourse.com 2020
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader