Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Patrick
Rejaunier

Analyste marchés

152
Publicité
Du même auteur
Plus d'articles

Le point hebdo de l'investisseur : Ping Pong entre Washington et Pékin

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
06/07/2018 | 15:57
Vendredi 06
juillet
Le point hebdo de l'investisseur
intro En dépit des craintes d'une escalade des tensions commerciales, avec l'entrée en vigueur ce jour, des droits de douane américains et chinois (pour un montant de 34 milliards de dollars), les places financières ont, pour la plupart, repris des couleurs cette semaine. La santé, l'automobile et la distribution ont été recherchées contrairement au luxe qui a subi des prises de bénéfices.
La volatilité devrait perdurer dans les séances à venir, avec la perspective de nouvelles répliques tarifaires et les éventuelles tractations concernant le secteur automobile européen, pour lequel D. Trump pourrait revenir sur les barrières douanières de véhicules importés, si l'Union européenne lève celles sur les voitures américaines.
Indices

Sur la semaine écoulée, à l'heure de la rédaction de ce point hebdomadaire, tous les indices américains ont progressé. Le Dow Jones enregistre un gain de 0.3% en 4 séances. Le S&P500 gagne 0.8% et le Nasdaq100 s'adjuge 1.3%.
En Europe, le CAC40 enregistre une performance hebdomadaire de 0.4%, le DAX gagne 1.1%.
Concernant les pays périphériques de la zone euro, l'Ibex grimpe de 2.5%, le PSI gagne 0.9%, l'indice italien 1.2%.

A contre tendance, on retrouve les places asiatiques, avec le Nikkei qui cède 2.3%, malgré un gain de 1.1% ce vendredi, alors que la Chine décroche encore de -3.5%, tout comme le Hang Seng avec -2.2% (voir graphique).

Repli de l'indice de Hong Kong

image
Fonds EUROPA ONE

Le fonds Europa One est géré par Commerzbank sur nos conseils exclusifs.

Le fonds a subi la contre performance de notre plus forte pondération, Trigano, dont les résultats ont déçu. Le secteur des semi-conducteurs a également contribué à cette baisse de performance sur la semaine. Ce secteur reste néanmoins particulièrement bien noté et nous restons confiants au niveau des perspectives.

Fonds Europa One
Performances 1 semaine Historique
EUROPA ONE -2.24% 33.38%
STOXX600 NR 0.06% 16.05%
ECART -2.3% 17.33%
Encours sous gestion : 42,5M?
Performances calculées sur la base de la Valeur Liquidative au 04/07 - Source Morningstar
Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.
Matières premières

Les cours pétroliers ont reculé sur cette séquence hebdomadaire, pénalisés par une hausse surprise des stocks américains (+1.2M vs. -4.4M). Par ailleurs, les opérateurs scrutent de près les données émanant de l'offre mondiale, l'Arabie Saoudite s'apprêtant à augmenter sa production pour compenser la baisse des exportations iraniennes, visées par les sanctions américaines. Dans ce contexte, le baril de Brent cède un peu de terrain pour se traiter autour de 77 USD.

Les séances se suivent et se ressemblent pour les métaux précieux. L'once d'or se négocie à 1255 USD tandis que l'argent reste fixé autour de 16 USD.

Les prises de bénéfices évoluent en réels dégagements sur le compartiment des métaux de base. Toujours minés par les tensions commerciales, qui pourraient mettre à mal la croissance mondiale, les cours du cuivre continuent de se déprécier à 6400 USD la tonne métrique (voir graphique).

A Chicago, les prix du blé trouvent un soutien du côté des risques de production en mer Noire, tandis que le soja évolue sur des plus bas de 10 ans, grandement pénalisé par les ripostes chinoises qui mettent en place des barrières douanières. Les boisseaux de blé et de soja se traitent ainsi respectivement autour de 504 et 835 cents.

Graphique du cuivre

image
Marchés actions

Fever-Tree (FEVR): la trouvaille Zonebourse, un produit « premium »

L'accumulation de data opérée par l'équipe de recherche de Zonebourse a permis de détecter une valeur anglaise qui a eu un parcours boursier exceptionnel, Fever-Tree. Intégrée dans le fonds Europa One en juillet 2016, la valeur, deux ans après, a plus que doublé.
La société basée à Londres, et lancée en 2005, fabrique et fournit des mélanges carbonatés (boissons gazéifiées additives aux spiritueux ou cocktails). Elle vend ces mélangeurs aux hôtels, restaurants et bars. Il s'agit d'eaux toniques, bières, limonades et sodas haut de gamme. La qualité premium de ces produits émane des ingrédients de fabrication en provenance du monde entier (Afrique, Caraïbes, Inde, etc.)

A l'échelle internationale, la distribution s'opère dans plus de 60 pays, ce qui représente environ 60% de ses ventes. Avec une capitalisation de 5.1 milliards de dollars, la société se paie relativement cher mais le taux de croissance le justifie à ce jour : +72% en 2016, +68% en 2017 et +28% anticipé sur 2018.

Evolution du titre Fever-Tree

image
Marché obligataire

Le marché obligataire a peu évolué au cours de la semaine. La détente reste de mise pour l'ensemble des taux à dix ans. C'est le cas aux Etats-Unis où le TBond se négocie à 2.83% de rendement. En Europe le même constat s'opère sur l'OAT française et le Bund allemand, avec des taux respectifs à 0.63% et 0.30%.
Les intervenants demeurent attentifs sur les pays comme l'Italie (2.7%), l'Espagne (1.32%) et le Portugal (1.78%), dont les taux se stabilisent.
Seule la Suisse détient toujours une dette à dix ans affichant un taux négatif (-0.15%).
Marché des changes

La semaine fut positive pour la monnaie unique, mouvement de hausse aidé par l'entente politique en Allemagne. L'euro gagne 100 points de base face au billet vert et réalise le même rebond face au yen.
La livre sterling reprend des couleurs à l'heure des négociations sur le Brexit. Les parités EUR/GBP et USD/GBP évoluent à l'avantage de la monnaie britannique.
Les cambistes surveillent toujours la devise chinoise qui reste proche des 6.65 CNY pour un dollar, dans un climat de riposte au niveau du commerce international.
Statistiques économiques

Les investisseurs ont pris connaissance d'un indice des prix en zone euro deux fois plus élevé qu'attendu (0.8% vs. 0.4%), et d'un taux de chômage inférieur aux prévisions (8.4% contre 8.5%). Les ventes au détail sont restées stables et l'indice PMI des services est ressorti au-dessus du consensus (55.2 contre 55.0).
Aux Etats-Unis, les indices PMI publiés par l'ISM ont dépassé les attentes des analystes alors que l'indice ADP des créations d'emplois et les inscriptions au chômage ont déçu. Les stocks de pétrole ont progressé de 1.2 million de barils, contre -4.4M attendu. Enfin, le rapport sur l'emploi s'est avéré mitigé, les créations d'emplois non agricoles étaient supérieures aux attentes, le salaire horaire moyen a progressé de 0.2% (contre 0.3% attendu) et le taux de chômage est remonté à 0.4% (consensus 3.8%).

L'indice Sentix, l'indice ZEW de confiance des consommateurs en Allemagne et la production industrielle seront dévoilés la semaine prochaine en zone euro.
Outre-Atlantique, nous connaitrons les indices des prix à la production et à la consommation, les stocks de pétrole brut, les inscriptions hebdomadaires au chômage et enfin, l'indice du Michigan.


Graphique du chômage en zone euro

image
Ping Pong entre Washington et Pékin

Le climat d'inquiétude se maintient sur les marchés et certains secteurs ont pris de plein fouet la nouvelle donne sur le commerce mondial. Les investisseurs, craignant une surenchère négative des mesures douanières, ont considérablement allégé les semi-conducteurs, l'automobile et les valeurs industrielles ces dernières semaines.
L'accalmie entre les Etats-Unis et l'Europe, principalement sur le compartiment automobile redonne, néanmoins, des espoirs aux intervenants. Quant aux banques centrales, leur processus de normalisation mis en place pourrait, à terme, rendre difficile l'identification des actifs sans risque, le marché obligataire restant susceptible d'être chahuté par une remontée des taux en Europe.
La question actuelle reste de savoir quel est le degré, de cette abondante actualité, assimilé par le marché. La deuxième partie de l'année nous procurera la réponse, elle s'annonce donc très « challenging » concernant cette thématique.


Patrick Rejaunier
© Zonebourse.com 2018
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader