Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Le président tunisien prêt à dissoudre le Parlement si l'impasse se prolonge

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
17/02/2020 | 19:38

TUNIS, 17 février (Reuters) - Le président tunisien Kaïs Saïed a prévenu lundi qu'il prononcerait la dissolution du Parlement si le nouveau gouvernement dévoilé ce week-end n'obtient pas la confiance des députés.

Le Premier ministre désigné Elyes Fakhfakh a présenté samedi la liste de ses ministres mais a précisé par la suite que les négociations allaient se poursuivre, les islamistes modérés d'Ennahda, première force parlementaire, l'ayant rejetée.

Estimant que la Tunisie traversait sa pire crise politique depuis son accession à l'indépendance, en 1956, Kaïs Saïed a pris les devants: "Je le dis très clairement: si le gouvernement ne parvient pas à gagner la confiance du parlement, la parole sera rendue au peuple", a-t-il dit dans une allocution vidéo.

Les élections législatives d'octobre dernier ont débouché sur un Parlement divisé et fractionné, sans aucune majorité évidente. Et tandis que la Tunisie connaît un chômage élevé et une croissance faible depuis la révolution de 2011, la classe politique n'arrive pas à s'entendre sur la formation d'un nouveau gouvernement.

Habib Jemli, le précédent Premier ministre désigné - qu'Ennahda avait proposé -, n'a pu obtenir la confiance du Parlement: les députés ont rejeté le 10 janvier dernier par 134 voix contre 72 le cabinet qu'il avait constitué.

Elyes Fakhfakh, ancien ministre des Finances et ex-employé du groupe français Total, a été désigné dix jours plus tard par le président Saïed. (Tarek Amara version française Henri-Pierre André)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
10:54Coronavirus-L'Iran veut relancer les activités économiques "à bas risque"
RE
10:40Grèce-Un deuxième camp de réfugiés confiné après un cas de coronavirus
RE
10:19Coronavirus-Deux TGV transfèrent des malades parisiens vers la Bretagne
RE
10:06Revue de presse de ce dimanche 5 avril 2020
AW
04/04Coronavirus-Journée sombre à New York, l'épidémie s'étend aux Etats-Unis
RE
04/04Coronavirus-Journée sombre à New York, l'épidémie s'étend aux Etats-Unis
RE
04/04Coronavirus-Le nombre de décès diminue en France, les cas graves ralentissent
RE
04/04Coronavirus-Le nombre de décès diminue en France, les cas graves ralentissent
RE
04/04Coronavirus - le nombre total de cas confirmés par test pcr s'élève à 68.605 en france (64.338 vendredi) - dgs
RE
04/04Coronavirus-7.560 décès au total depuis le 1er mars - dgs
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"