Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex
Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Le régime Assad est "encore solide", estime un ministre russe

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
10/09/2012 | 19:25

PARIS, 10 septembre (Reuters) - Le régime syrien de Bachar al Assad est toujours solide et on risque d'ouvrir la porte aux islamistes si on arme les rebelles qui le combattent depuis plus d'un an et demi, estime Mikhaïl Bogdanov, vice-ministre des Affaires étrangères russe, chargé du dossier.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, basé à Londres et proche des rebelles, environ 23.000 personnes sont mortes dans la révolte contre le président Bachar al Assad depuis mars 2011 et quelque 200.000 Syriens ont trouvé refuge en Turquie, Jordanie, Irak ou au Liban.

"Le régime est encore solide. Il jouit d'un soutien important de la population. Ce soutien n'est pas motivé par l'amour des Syriens envers Bachar el-Assad, mais plutôt par la crainte de ceux qui lui succéderaient", dit le ministre russe.

"Se pose alors la question à laquelle personne en Occident n'est capable de répondre. Quel pouvoir après Assad ? Et comment assurer la stabilité et la sécurité, y compris des minorités ? On ne peut pas prétendre régler le drame syrien simplement en donnant plus d'armes aux rebelles. Quelle Syrie comptez-vous faire émerger, en offrant des armes aux extrémistes islamistes?", ajoute-t-il.

Il voit un risque de "somalisation de la Syrie", une allusion au conflit qui a fait sombrer dans le chaos ce pays africain dans les années 1990.

"Il faut tout faire pour éviter cette désagrégation d'un Etat centralisé, et son éclatement entre communautés, qui se retrancheraient dans leurs bastions pour se défendre", dit-il.

Il propose donc aux Occidentaux l'organisation d'une 'conférence de Taëf' entre tous les acteurs du conflit, du type de celle qui a permis la fin de la guerre civile libanaise en 1990, dit-il. (Thierry Lévêque)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
01:35Brexit-L'UE prévoit une aide pour l'Irlande en cas de "no deal"-presse
RE
01:16PO-Kushner en tournée pour finaliser le volet économique de son plan de paix
RE
00:58Washington salue les efforts de Mexico dans la lutte contre l'immigration
RE
21/07En Syrie, les raids se poursuivent à Idlib, 18 morts
RE
21/07L'armée américaine signale un incident aérien avec le Venezuela
RE
21/07En Syrie, les raids se poursuivent à Idlib, onze morts
RE
21/07Bercy réclame une amende de 117 millions d'euros contre Leclerc
RE
21/07Bercy réclame une amende de 117 millions d'euros contre Leclerc
RE
21/07En Ukraine, le parti présidentiel rafle la mise aux législatives
RE
21/07L'armée américaine signale un incident aérien avec le Venezuela
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"
Publicité