La Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis a supprimé certaines de ses exigences les plus ambitieuses en matière de divulgation des émissions de gaz à effet de serre des règles sur le risque climatique des entreprises qu'elle s'apprête à adopter, ont déclaré jeudi des personnes familières avec le dossier.

La SEC a abandonné l'obligation pour les entreprises cotées en bourse aux États-Unis de divulguer les émissions dites "Scope 3", qui figurait dans son projet initial de règles publié en mars 2022, ont indiqué les sources.

La réduction de ces règles porterait un coup au programme du président Joe Biden, qui souhaite que les agences fédérales s'attaquent aux menaces liées au changement climatique. M. Biden, un démocrate, a subi des pressions de la part de nombreux législateurs de son parti pour qu'il en fasse plus et qu'il agisse plus rapidement.

Les émissions de type 3 représentent les gaz à effet de serre, tels que le dioxyde de carbone, libérés dans l'atmosphère par la chaîne d'approvisionnement d'une entreprise et la consommation de ses produits par ses clients. Pour la plupart des entreprises, ces émissions représentent plus de 70 % de leur empreinte carbone, selon le cabinet de conseil Deloitte.

S'il était adopté, le nouveau projet représenterait une victoire pour de nombreuses entreprises et leurs associations professionnelles qui ont fait pression pour que les règles soient édulcorées. Mais il s'écarterait également des règles de l'Union européenne qui rendent obligatoire la divulgation des émissions de type 3 pour les grandes entreprises à partir de cette année, ce qui pourrait compliquer la mise en conformité de certaines sociétés internationales.

Le projet initial de la SEC proposait la divulgation obligatoire des émissions dont les entreprises sont plus directement responsables, appelées "Scope 1" et "Scope 2". Certains lobbyistes ont poussé la SEC à n'exiger de telles divulgations que si elles sont importantes pour l'activité d'une entreprise. Reuters n'a pas pu déterminer si le dernier projet modifiait le seuil d'exigence des champs d'application 1 et 2.

Une fois que la SEC aura arrêté son projet final, celui-ci devra être soumis au vote de ses cinq commissaires. La date de ce vote n'est pas claire, et il est possible que le projet soit révisé d'ici là.

Les sources ont requis l'anonymat car l'affaire est confidentielle. Un porte-parole de la SEC a déclaré que l'agence avait envisagé d'apporter des ajustements à son projet de règles sur la base des réactions du public, mais a refusé de commenter le contenu du dernier projet de règles sur les risques climatiques.

"La Commission n'adopte des règles que lorsque le personnel et la Commission pensent qu'elles sont prêtes à être examinées", a déclaré le porte-parole de la SEC.

La proposition de la SEC de mars 2022 exigerait des entreprises cotées en bourse qu'elles divulguent une série de risques liés au climat susceptibles d'affecter leurs activités. Elle a fait valoir que la divulgation des émissions de gaz à effet de serre est importante pour la diligence raisonnable des investisseurs. Les entreprises se sont opposées à cette proposition, arguant que les données sont difficiles à produire et qu'elles sont juridiquement litigieuses.

Reuters a rapporté en novembre que la SEC avait déclaré à des lobbyistes et à des dirigeants d'entreprise qu'elle envisageait d'édulcorer les règles.

Certains fonctionnaires de la SEC s'inquiètent du fait que l'obligation d'information générale pourrait rendre la règle plus vulnérable aux contestations juridiques qui, si elles aboutissent, pourraient lier les mains de l'agence lors de l'élaboration d'autres règles, a rapporté Reuters à l'époque.

Ces inquiétudes ont été alimentées par une décision de la Cour suprême des États-Unis en 2022, qui a réduit le pouvoir de l'Agence de protection de l'environnement de réglementer les émissions de gaz à effet de serre. Cette décision a soulevé des doutes quant à la capacité des règles de la SEC à survivre à une contestation judiciaire.

Certains groupes d'entreprises et législateurs républicains ont également fait valoir que le fait de s'attaquer aux questions liées au changement climatique dépassait l'autorité de la SEC et que les règles seraient indûment contraignantes pour les entreprises et obscurciraient des informations réellement importantes pour les investisseurs.

RISQUE DE LITIGE

Gary Gensler, président de la SEC, a déclaré lors d'un événement organisé par la Chambre de commerce des États-Unis en octobre qu'il espérait que les règles de divulgation des émissions, qui ont fait l'objet de quelque 16 000 commentaires publics, survivraient à toute contestation juridique une fois qu'elles auraient été finalisées et adoptées.

"Je m'attends à ce que, quel que soit le contenu de la règle, à moins qu'elle ne soit considérablement édulcorée, il y ait des litiges", a déclaré John Coffee, professeur à la Columbia Law School et expert en réglementation des valeurs mobilières, lors d'une interview.

L'année dernière, la Californie a adopté une loi qui obligera les entreprises actives dans l'État à divulguer les émissions de Scope 3 dès 2027. Les lobbyistes d'entreprise ont déclaré que les entreprises seraient toujours réticentes à divulguer les émissions de Scope 3 dans les documents déposés auprès de la SEC, même si elles les produisaient pour la Californie, parce que l'inclusion de ces informations dans les documents déposés auprès de la SEC donne lieu à davantage de poursuites de la part des investisseurs.

Certaines initiatives volontaires, telles que l'International Sustainability Standards Board, précisent déjà que la divulgation des émissions de Scope 3 constitue une bonne pratique.

"Il ne fait aucun doute qu'il est important de communiquer les émissions de Scope 3, car sinon vous risquez de présenter une image quelque peu trompeuse des émissions de gaz à effet de serre de l'entreprise", a déclaré Ben Schiffrin, directeur de la politique des valeurs mobilières à Better Markets, un groupe de défense des consommateurs et des investisseurs basé à Washington, dans le district de Columbia. (Reportage de Chris Prentice et Isla Binnie à New York et de Jarrett Renshaw et Douglas Gillison à Washington, D.C. Reportage complémentaire de Ross Kerber à Boston Rédaction de Michelle Price, Greg Roumeliotis et Aurora Ellis)