Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Sociétés  >  Toute l'info

Actualités : Sociétés
Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs

Le secteur hypothécaire suisse en passe de connaître "des temps difficiles"

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
15/10/2018 | 15:02

Zurich (awp) - Le marché immobilier helvétique est actuellement confronté à de nombreux changements, dont les grands perdants pourraient être les différents instituts de crédit régionaux et cantonaux, ainsi que ceux faisant partie du réseau de la coopérative bancaire Raiffeisen.

Selon l'agence de notation Moody's les banques actives dans ce segment sont en passe de connaître "des temps difficiles", si les changements réglementaires sont appliqués comme prévu. Dans un rapport publié lundi, l'expert Mathias Külpmann souligne que la mutation structurelle atteindra les instituts concernés à un moment critique du cycle conjoncturel.

Les grandes banques UBS et Credit Suisse devraient être moins affectées, du fait de leur diversification et de la diminution de leur présence sur le marché hypothécaire au cours des dernières années.

Valeur locative et Postfinance

Les raisons de ce signal d'alarme sont la suppression prévue de la valeur locative et de la déduction fiscale des intérêts hypothécaires, ainsi que la possible irruption de Postfinance dans le marché hypothécaire.

A en croire l'expert de l'agence de notation, la suppression de la déduction fiscale des intérêts risque de se traduire par une accélération du rythme des amortissements, avec pour corollaire des "conséquences considérables" sur le modèle d'affaires des instituts essentiellement orientés sur le marché indigène, dont les créances hypothécaires représentent plus de 90% des crédits octroyés.

Une extension de la licence bancaire de Postfinance aux crédits et aux hypothèques serait de nature à accroître la pression concurrentielle sur les banques. Avec une part de marché de 9% des dépôts en Suisse, on peut raisonnablement supposer que le bras financier de la Poste devrait atteindre avec le temps une part similaire sur le marché hypothécaire, même si dans une interview, son patron Hansruedi Köng, avait affirmé ne pas vouloir "assommer le marché".

Début septembre, le Conseil fédéral avait proposé d'octroyer à Postfinance une licence bancaire complète, notamment pour lutter l'érosion des revenus de la banque postale en raison des taux négatifs. Le projet du gouvernement a cependant été largement décrié dans les chambres fédérales.

Pas de changements dans l'immédiat

La plupart des observateurs s'accordent à dire que la situation ne va pas changer du jour au lendemain, un grand nombre de propriétaires étant liés encore des années par la durée de leurs hypothèques.

La situation est similaire pour le financement immobilier. Les analystes d'UBS s'attendent à l'entrée en vigueur de nouvelles dispositions au plus tôt en 2022. Date qui pourrait encore être reportée en cas de référendum.

Contrairement à l'expert de Moody's, ses homologues d'UBS ne tablent pas non plus sur une déferlante de remboursements d'hypothèques anticipés. En effet, l'incitation de maintenir un certain endettement et d'investir les moyens disponibles dans des placements exempts d'impôts devrait continuer d'exister.

Selon les économistes de la banque aux trois clés, le taux élevé d'endettement hypothécaire en Suisse n'est pas le seul fruit d'avantages fiscaux. Il est également la conséquence du niveau élevé des actifs fonciers et immobiliers par rapport à l'activité économique et de l'inflation relativement faible mais stable, qui a rendu possible l'octroi d'hypothèques sans obligation d'amortissement.

Il semble donc que le marché immobilier helvétique reste un contexte attrayant pour les instituts financiers, malgré les propositions politiques. Ainsi la banque d'investissement américaine Goldman Sachs a fait savoir qu'elle examinait la possibilité d'y faire son entrée.

rw/uh/buc/rp

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Sociétés"
23:10IAMGOLD accroît ses réserves de 23 % par rapport à l'exercice précédent et annonce des réserves de 17,9 millions d'onces et des ressources mesurées et indiquées de 27,9 millions d'onces en 2018
NE
23:05IAMGOLD dépose un rapport technique 43-101 concernant la mise à jour de l'estimation des ressources au projet aurifère Diakha-Siribaya
NE
22:23Wall St avance avec Walmart, suspense sur le commerce
RE
22:17TECHNIPFMC : Annonce Un Dividende Trimestriel
BU
21:47Ford ferme une usine au Brésil, 3000 personnes concernées
AW
21:47Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre et commerce
AW
21:07NEXITY : Résultats annuels 2018
GL
20:42FORD MOTOR : renonce à son activité de poids lourds en Amérique du Sud
RE
20:35Une enquête sur des diamants vise 4 banques en Italie
RE
20:29DERICHEBOURG : Déclaration des transactions sur actions propres réalisées du 11 février 2019 au 15 février 2019 transaction par transaction
PU
Dernières actualités "Sociétés"
Publicité