L'indice mondial des actions MSCI a progressé mardi, tandis que le dollar a baissé, après qu'un responsable de la Réserve fédérale a suggéré que la banque centrale américaine avait fini de relever ses taux et qu'elle pourrait même envisager des réductions de taux si l'inflation continuait à se relâcher.

Le dollar américain a atteint son plus bas niveau depuis plus de trois mois et demi face à un panier de devises après que le gouverneur de la Fed, Christopher Waller, ait évoqué la possibilité d'abaisser le taux directeur de la Fed dans les mois à venir si l'inflation continue de baisser.

M. Waller a également déclaré qu'il était "de plus en plus confiant" dans le fait que la fixation actuelle des taux d'intérêt serait suffisante pour ramener l'inflation à l'objectif de 2 % de la Fed.

Michelle Bowman, autre gouverneur de la Fed, a déclaré que la banque centrale américaine devra probablement augmenter davantage les coûts d'emprunt afin de ramener l'inflation à son objectif.

Cependant, les traders semblent prendre exemple sur M. Waller en pariant davantage sur une première baisse des taux dès le mois de mars, la probabilité d'une baisse de 25 points de base s'établissant à près de 33 %, contre 21,5 % lundi, selon les dernières données de l'outil Fedwatch du CME Group. La majorité s'attend à une réduction d'au moins un cran en mai, selon les données du CME. Le marché des actions a été agité, le S&P 500 et le Nasdaq étant parfois dans le rouge dans les échanges de l'après-midi.

Le marché a vu dans les commentaires de Waller le premier signe que la Fed "reconnaît qu'elle pourrait être en mesure de réduire les taux l'année prochaine", tandis que d'autres responsables "ont enlevé une partie de l'euphorie", selon Anthony Saglimbene, stratège en chef du marché chez Ameriprise.

Selon lui, "il est normal de voir les actions se consolider au cours des derniers jours d'un mois très fort ... pour le reste de l'année, la dynamique est orientée à la hausse".

Le Dow Jones Industrial Average a gagné 94,83 points, soit 0,27 %, pour atteindre 35 428,3 points, le S&P 500 a gagné 2,22 points, soit 0,05 %, pour atteindre 4 552,65 points et le Nasdaq Composite a ajouté 13,86 points, soit 0,1 %, pour atteindre 14 254,88 points.

L'indice paneuropéen STOXX 600 a perdu 0,30 % et la jauge MSCI des actions du monde entier a gagné 0,25 %.

Toujours mardi, une enquête a montré que la confiance des consommateurs américains a augmenté en novembre après trois mois de baisse, bien que les ménages anticipent toujours une récession au cours de l'année à venir.

Plus tard dans la semaine, les projecteurs seront braqués sur le rapport américain d'octobre sur les dépenses de consommation personnelle (PCE), qui comprend le PCE de base, qui est la mesure de l'inflation préférée de la Fed. Les chiffres de l'inflation des consommateurs de la zone euro devraient également apporter des éclaircissements sur l'évolution des prix et de la politique monétaire dans cette zone.

Après les commentaires de la Fed, les rendements des bons du Trésor américain ont baissé. Les rendements des obligations de référence à 10 ans ont baissé de 4,8 points de base à 4,340 %, contre 4,388 % lundi dernier.

En ce qui concerne les devises, l'indice du dollar a baissé de 0,398 %, l'euro a augmenté de 0,34 % à 1,099 $.

Le yen japonais s'est renforcé de 0,86 % par rapport au billet vert, à 147,41 pour un dollar, tandis que la livre sterling s'échangeait à 1,2698 dollar, en hausse de 0,58 % sur la journée.

L'affaiblissement du dollar constitue un encouragement,

l'or

ont augmenté de 1,4 %, atteignant leur plus haut niveau depuis le mois de mai et enregistrant leur quatrième hausse consécutive. Le métal précieux s'est échangé pour la dernière fois à 2 040,82 dollars l'once.

Les contrats à terme sur le pétrole ont progressé en raison de la possibilité que l'OPEP+ renforce les réductions de l'offre lors d'une réunion prévue jeudi et en raison d'une baisse de la production pétrolière kazakhe liée à une tempête, ainsi que de la faiblesse du dollar américain.

Le pétrole brut américain s'est établi en hausse de 2,07% à 76,41 dollars le baril et le Brent s'est établi à 81,68 dollars, en hausse de 2,13% sur la journée.