Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Actualités
Toute l'actualitéSociétésIndicesDevises / ForexMatières PremièresCryptomonnaiesETFTauxÉconomieThématiquesSecteurs 

Les banques canadiennes sont confrontées à des accusations de "blanchiment écologique" alors que les entreprises pétrolières et gazières obtiennent des financements durables.

12/05/2022 | 13:31
FILE PHOTO: A male elk crosses the Yellowhead Highway in Jasper National Park, Alberta

Pour les banques du Canada, l'un des plus grands producteurs de pétrole au monde, il n'est pas facile d'être vert.

Au cours des deux dernières années, les banques canadiennes ont augmenté le montant du financement lié à la durabilité (SLF) qu'elles accordent aux clients du secteur pétrolier et gazier. Le SLF désigne un financement dont le coût change lorsque certaines exigences environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) sont satisfaites au niveau de l'entreprise, mais qui n'exige pas que les fonds eux-mêmes soient utilisés à des fins respectueuses du climat.

Cela a donné lieu à des accusations d'"écoblanchiment", certains groupes environnementaux et investisseurs affirmant que les banques utilisent les SLF simplement pour prétendre réduire leur empreinte carbone plutôt que de prendre des mesures significatives dans ce sens.

Si l'utilisation d'instruments de financement qui n'exigent pas une réduction des émissions globales de carbone continue de croître, cela pourrait retarder l'état de préparation des banques pour la transition du Canada vers une économie à faible émission de carbone, ce qui entraînerait un risque plus élevé et des exigences accrues en matière de capital pour les compenser.

La banque centrale et le régulateur financier ont déjà averti qu'un manque de préparation des banques pourrait les exposer, ainsi que les investisseurs, à des "pertes soudaines et importantes."

"C'est une voie dangereuse à emprunter", a déclaré Angus Wong, stratège de campagne au groupe environnemental à but non lucratif SumOfUs, qui représente des milliers d'investisseurs de banques canadiennes. "Ce ne sont que des prêts et des obligations et le fait d'ajouter un mot comme 'durabilité' et de l'ajouter aux chiffres du financement durable ... sent vraiment le greenwashing."

La question est particulièrement pertinente au Canada, où le FSL représente une plus grande proportion de l'ensemble du financement durable que dans le monde, car il propose une option verte aux industries extractives du pays qui ne peuvent généralement pas utiliser des outils plus spécifiques comme les obligations dites vertes.

Le financement durable se compose principalement de deux types de produits : Le FSL, et les outils d'utilisation des produits comme les obligations vertes, qui doivent être utilisés pour des activités respectueuses de l'environnement.

Mais la flexibilité du premier produit signifie que les conditions de financement peuvent même permettre d'augmenter les émissions, ce qui, selon de nombreux critiques, permet aux grands émetteurs d'appliquer un faux vernis de durabilité sur les activités habituelles.

De nombreuses banques - dont la Banque Royale du Canada, la Banque Toronto-Dominion et la Banque de Montréal - ont déclaré qu'une transition ordonnée vers une économie nette zéro pourrait prendre des années et que l'industrie pétrolière et gazière a besoin d'un soutien permanent pour répondre à la demande continue alors que des alternatives énergétiques telles que l'éolien et le solaire sont développées.

L'expression "émissions nettes zéro" fait référence à l'objectif de n'émettre aucun gaz à effet de serre par le biais des activités humaines ou de les compenser par des processus ou des technologies qui les capturent avant qu'ils ne soient libérés dans l'atmosphère.

Avec l'accent accru sur la transition vers les émissions nettes zéro, l'utilisation à l'échelle mondiale des instruments liés à la durabilité (ISD) a plus que quadruplé en 2021, selon les données de Refinitiv. Sur le marché naissant du Canada, leur utilisation a été multipliée par près de 20 par rapport à 2020.

Les obligations liées à la durabilité (SLB) représentent 11,2 % de toutes les obligations durables au Canada depuis le début de 2021, contre 9,8 % à l'échelle mondiale, selon les données de Refinitiv. Les entreprises du secteur de l'énergie en ont émis un tiers.

Les près de 31 milliards de dollars de prêts liés à la durabilité (PLD) des entreprises canadiennes ont représenté 90 % de tous les prêts durables au cours de la même période, contre 85 % à l'échelle mondiale. Les entreprises énergétiques traditionnelles en ont représenté 10 % au Canada, alors qu'elles n'en représentaient aucun en 2020.

Bien que les banques canadiennes ne fassent pas actuellement l'objet d'accusations pour avoir financé des émetteurs élevés, les autorités ont déclaré que les divulgations climatiques seront exigées à partir de 2024 et ont laissé entrevoir de futures exigences en matière de capital.

MENTALITÉ DE RUÉE VERS L'OR

Le Canada est le quatrième plus grand producteur de pétrole et le sixième plus grand producteur de gaz naturel au monde, l'industrie représentant environ 5 % du produit intérieur brut.

Les banques canadiennes, qui comptent parmi les plus gros financeurs de combustibles fossiles au monde, sont sur la corde raide entre leurs engagements de réduction nette à zéro et leurs promesses de continuer à soutenir leurs clients pétroliers et gaziers.

Les banques sont incitées à augmenter les chiffres du financement durable car le plan de réduction des émissions de 9,1 milliards de dollars canadiens du gouvernement et la popularité croissante du financement vert ont créé une mentalité de "ruée vers l'or", a déclaré Matt Price, directeur de l'engagement des entreprises pour Investors for Paris Compliance (IPC).

Les récentes émissions de SLB par l'opérateur de pipeline Enbridge Inc. et le producteur de pétrole Tamarack Valley Energy Ltd. ont braqué les projecteurs sur cette question.

Leurs OLS présentaient deux caractéristiques qui suscitent souvent des critiques : l'accent mis sur la réduction des émissions par unité de production, appelées cibles d'intensité, plutôt que sur les émissions totales, et l'absence de cibles de réduction pour la plus grande source d'émissions, les émissions indirectes de la chaîne de valeur de l'entreprise, appelées émissions de portée 3.

L'émission de Tamarack, ainsi qu'une installation SLL précédente, a financé des acquisitions qui augmenteraient sa production de pétrole.

L'utilisation d'objectifs d'intensité plutôt que d'objectifs absolus est due à la croissance continue de la demande finale dans certains secteurs comme l'électricité, a déclaré Lindsay Patrick, responsable ESG chez RBC Capital Markets.

Les émissions du champ d'application 3 sont omises des objectifs de réduction de nombreuses entreprises en raison du manque de précision des données, des différences de méthodologie et du peu de contrôle sur la demande finale, a-t-elle ajouté.

Au fur et à mesure que l'attention réglementaire s'accroît, "nous allons tous devenir beaucoup plus à l'aise dans le langage des émissions de gaz à effet de serre", ce qui conduira à un meilleur alignement de ce que les investisseurs axés sur les facteurs ESG veulent et de ce que les entreprises fournissent, a déclaré Patrick.

Les autres grandes banques canadiennes ont soit refusé de commenter, soit n'ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Si une société pétrolière s'engage uniquement à réduire l'intensité des émissions de ses activités, ce qui exclurait les émissions du champ d'application 3, "nous ne considérerions pas qu'il s'agit d'un instrument crédible lié à la durabilité", a déclaré Kevin Ranney, premier vice-président des solutions d'entreprise chez Sustainalytics.

"Un SLB crédible doit inclure au moins une (exigence) qui pointe vers la transition du modèle commercial de l'entreprise", a-t-il ajouté.

Les objectifs basés sur l'intensité sont un moyen "valide et reconnu" de réduire les émissions, permettant à l'entreprise de se concentrer d'abord sur l'amélioration de l'efficacité de ses actifs, a déclaré un porte-parole d'Enbridge, ajoutant que son objectif pour 2050 est axé sur les émissions absolues.

Il n'y a pas d'orientation actuelle sur ce qui constitue des émissions de portée 3 pour le secteur intermédiaire, a-t-il dit.

Tamarack n'a pas répondu à une demande de commentaire.

Pour être sûr, la plupart des investisseurs bancaires ne s'opposent pas à l'octroi de financements durables aux entreprises énergétiques traditionnelles. Une proposition d'actionnaire présentée par IPC lors de l'assemblée des actionnaires de la Banque Royale en avril, demandant la fin de cette pratique, n'a reçu que 9 % de votes favorables.

"Le Canada possède une industrie pétrolière et gazière qui a besoin d'une injection importante de capitaux afin de réduire ses émissions", a déclaré Jamie Bonham, directeur de l'engagement des entreprises de NEI Investments.

Néanmoins, "je ne pense pas que tout cela devrait être ... inclus dans le même seau (de financement durable)", a-t-il ajouté. "Le flou actuel des lignes ... est ce qui conduit à des allégations d'écoblanchiment."

(1 $ = 1,3019 dollar canadien)


© Zonebourse avec Reuters 2022
Dernières actualités "Économie"
20:57321 chars lourds promis à l'Ukraine, dit l'ambassadeur en France
RE
20:44Sept morts dans l'attaque d'une synagogue près de Jérusalem
RE
20:42L'Indien Gautam Adani : L'homme le plus riche d'Asie dans l'œil du cyclone
ZR
20:35Cinq morts dans l'attaque d'une synagogue à Jérusalem, selon les médias
RE
20:32Amazon bat en brèche l'affirmation selon laquelle les quotas d'entrepôts défavorisent les travailleurs âgés
ZR
20:25La société allemande d'énergie renouvelable PNE déclare que Morgan Stanley ne cherche plus à vendre sa participation.
ZR
20:25La RTS victime d'une escroquerie par un ancien employé
AW
20:14La sénatrice Warren exhorte la FTC à stopper l'opération de rachat d'Aerojet par L3Harris
ZR
20:10Le fabricant de VE Lucid bondit suite aux informations selon lesquelles le PIF saoudien achèterait le reste de la participation.
ZR
20:06Le président mexicain s'apprête à rencontrer le PDG de Citigroup, selon un porte-parole
ZR
Dernières actualités "Économie"