Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs

Les banques européennes s'apprêtent à vivre des moments plus difficiles

22/07/2022 | 08:09
FILE PHOTO: 20 Euro banknotes are seen in a picture illustration

Les banques européennes, confrontées à une tempête économique potentielle et à une hausse des coûts d'emprunt pour la première fois depuis plus d'une décennie, vont montrer leurs points faibles lorsqu'elles informeront les investisseurs de l'évolution de leurs activités cette année.

Ils ont déjà dû faire face à la flambée de l'inflation et à la hausse des taux d'intérêt, un mouvement de pincement qui comprime les emprunteurs, ainsi qu'au conflit en Ukraine qui a ébranlé l'économie européenne, notamment en limitant ses approvisionnements en énergie.

UBS, Deutsche Bank, Credit Suisse, BNP Paribas et UniCredit pourraient donner le ton aux investisseurs lorsqu'ils publieront leurs résultats du deuxième trimestre la semaine prochaine.

D'un côté, des taux d'intérêt plus élevés sont bons pour les banques car elles peuvent facturer davantage pour les prêts. Mais elles souffrent si les clients, aux prises avec la hausse des prix et des coûts d'emprunt, ne peuvent pas rembourser.


Valorisation des banques européennes

Les conditions économiques difficiles ont mis les investisseurs dans une humeur prudente, ce qui signifie que les banques européennes, comme leurs rivales américaines, gagneront moins d'argent sur les transactions et la vente de produits d'investissement. En Europe, les banques allemandes sont au centre de la tempête car le pays est particulièrement dépendant de l'énergie russe et son économie sera durement touchée par toute pénurie d'approvisionnement.

Giles Edwards, un analyste de l'agence de notation S&P, a déclaré que toute crainte concernant les banques européennes cette année dépendra de la manière dont les emprunteurs parviendront à rembourser leurs prêts. Bien qu'il ne s'attende pas à une forte augmentation immédiate des créances douteuses, il a déclaré qu'il surveillait "les indicateurs d'alerte précoce, les signes qu'il y a une pression, une sorte de pression lente commençant essentiellement à faire sauter quelques boutons ici et là".

Les analystes attendent également de voir ce qu'il adviendra d'Uniper, la compagnie d'électricité allemande qui est en pourparlers avec le gouvernement pour un renflouement. Les banques allemandes pourraient encore devoir provisionner davantage pour les pertes sur prêts qui en résulteraient, a déclaré Michael Rohr, analyste de l'agence de notation Moody's.

Au cours des deux derniers mois, les analystes ont réduit les prévisions de bénéfices de la plus grande banque allemande, la Deutsche Bank, qui est sortie d'une série de crises, et ont relevé les prévisions concernant le montant des provisions pour créances douteuses dont elle a besoin. Pour Deutsche, le plus grand risque est "une récession sévère", a déclaré Rohr.

D'autres signes d'avertissement clignotent.

Les banques de la zone euro ont resserré l'accès au crédit au deuxième trimestre et continueront à être prudentes, selon une enquête de la Banque centrale européenne. Les banques coopératives allemandes ont déclaré qu'elles s'attendaient à une "baisse considérable" de leurs bénéfices cette année, car elles se préparent à des pertes de crédit. Soulignant ces inquiétudes, les actions des banques de la zone euro ont chuté de plus de 22 % depuis le début de l'année, sous-performant l'indice paneuropéen STOXX 600 des actions qui a baissé d'environ 13 %.

Taux d'intérêt du G10

Ralentissement de l'économie

La BCE, qui a relevé les taux d'intérêt de manière surprenante de 50 points de base jeudi afin de maîtriser l'emballement des prix, a également mis en garde auparavant contre des périls potentiels, tels qu'une surchauffe du marché immobilier. Pendant la pandémie, les gouvernements ont dépensé des milliards pour soutenir une grande partie de l'économie, mais la BCE a déclaré que cette fois-ci, ils pourraient ne pas être en mesure de le faire.

En Espagne, un haut responsable économique espagnol, qui a demandé à ne pas être nommé, a déclaré que les banques sont généralement vulnérables, soulignant un grand nombre de prêts sous surveillance spéciale pour défaut de paiement et la levée potentielle des moratoires de paiement. "Je ne sais pas quel sera l'impact réel ... et ... cela m'inquiète", a déclaré le responsable. Santander et BBVA publient leurs résultats du deuxième trimestre à la fin du mois.

En Italie, en proie à une crise politique, la pression s'accentue sur les obligations d'État du pays, ce qui érode également les coussins de capital des banques, car les obligations d'État italiennes qu'elles détiennent perdent de la valeur. La dépendance de l'Italie au gaz russe et l'importance de son secteur manufacturier, composé principalement de petites entreprises, augmentent les risques de récession. Près de 300 milliards d'euros (soit plus de 40 %) des prêts aux entreprises italiennes sont garantis par l'État après que les banques ont utilisé des mesures d'urgence pendant la pandémie pour refinancer les dettes existantes.

Alors que les banques britanniques devraient afficher des résultats solides, Tom Merry, consultant en stratégie bancaire chez Accenture, a déclaré qu'il s'attendait à une augmentation des provisions pour créances douteuses. Selon un sondage d'analystes, NatWest devrait passer de la libération de 38 millions de livres (45,43 millions de dollars) de liquidités mises de côté contre les défauts de paiement potentiels dans ses résultats du premier trimestre, à de nouvelles charges de dépréciation de 136 millions de livres.

Dans les services bancaires d'investissement à marge plus élevée, les banques européennes sont susceptibles de voir une chute des frais bancaires en glissement annuel similaire à celle signalée par leurs rivales américaines plus tôt ce mois-ci, selon les analystes.

JPMorgan et Morgan Stanley ont déclaré que les frais de banque d'investissement ont chuté de plus de la moitié par rapport à l'année précédente. Les volumes de fusion aux États-Unis ont chuté de 29 % au cours du premier semestre de cette année, selon les données de Refinitiv, alors qu'ils ont augmenté de 1 % en Europe.

Barclays, avec son importante activité aux États-Unis, pourrait connaître une performance similaire à celle de ses rivaux de Wall Bourse, tandis que des banques comme HSBC et Standard Chartered, avec leur concentration sur l'Asie, pourraient s'en sortir mieux.


© Zonebourse.com 2022
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ACCENTURE PLC 2.95%264.89 Cours en différé.-37.93%
AUSTRALIAN DOLLAR / EURO (AUD/EUR) 1.02%0.66196 Cours en différé.2.29%
BARCLAYS PLC 0.54%145.08 Cours en différé.-22.83%
BBVA 1.34%4.6825 Cours en différé.-11.99%
BNP PARIBAS 0.63%43.88 Cours en temps réel.-28.25%
BRITISH POUND / EURO (GBP/EUR) 1.40%1.15261 Cours en différé.-4.34%
CANADIAN DOLLAR / EURO (CAD/EUR) 0.75%0.746224 Cours en différé.5.98%
CREDIT SUISSE GROUP AG -0.93%3.939 Cours en différé.-55.18%
DEUTSCHE BANK AG -0.21%7.63 Cours en différé.-30.60%
HSBC HOLDINGS PLC -1.26%461.4 Cours en différé.4.16%
INDIAN RUPEE / EURO (INR/EUR) -0.28%0.012484 Cours en différé.6.17%
JPMORGAN CHASE & CO. 3.09%107.73 Cours en différé.-34.01%
MOODY'S CORPORATION 3.19%250.87 Cours en différé.-37.76%
MORGAN STANLEY 1.73%80.38 Cours en différé.-19.51%
NATWEST GROUP PLC 0.49%227 Cours en différé.-7.06%
STANDARD CHARTERED PLC -0.42%564.4 Cours en différé.26.41%
STOXX EUROPE 600(EUR)(TR) 0.77%900.66 Cours en différé.-18.65%
UBS GROUP AG 1.42%14.68 Cours en différé.-11.85%
UNICREDIT S.P.A. 2.39%10.708 Cours en différé.-22.79%
UNIPER SE 0.20%3.914 Cours en différé.-90.66%
US DOLLAR / EURO (USD/EUR) -0.42%1.016839 Cours en différé.16.00%
Dernières actualités "Sociétés"
01:06La société coréenne Naver va acquérir Poshmark aux États-Unis pour 1,6 milliard de dollars.
ZR
01:00La Chine puise dans son sac d'astuces pour le yuan afin de résister au rouleau compresseur du dollar.
ZR
00:57Bollore : Document AMF CP. 2022DD864027
PU
00:57Valneva : Document AMF CP. 2022DD863996
PU
00:57Bnp Paribas : Document AMF CP. 2022DD864284
PU
00:57Tikehau Capital : Document AMF CP. 2022DD864198
PU
00:47Groupe Ober : Premier semestre 2022 : croissance de l'activité et des résultats
PU
00:47Jcdecaux : Document AMF CP. 2022DD864194
PU
00:47Sidetrade S A : Document AMF CP. 2022DD864135
PU
00:47Sidetrade S A : Document AMF CP. 2022DD864134
PU
Dernières actualités "Sociétés"