Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     

Jordan Dufee

Analyste Senior
Suivre
Suivre sur
Grand amateur de l'or, féru des questions pétrolières, enthousiaste des métaux rares et inconditionnel du cuivre, Jordan Dufee est sans surprise le spécialiste des matières premières sur ZoneBourse.
Expert de nos process d'investissements techniques et fondamentaux, véritable couteau suisse de l'équipe, il met sa vaste culture financière à votre disposition.

Bourse de Paris : Les doutes reviennent

12/07/2022 | 08:11
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Recevoir par email

Les temps sont toujours troublés pour les marchés actions. En dépit du sursaut de fin de semaine dernière, la visibilité reste mauvaise et la Chine nous l'a rappelé en lançant une nouvelle alerte sanitaire. En Europe aussi les mauvaises nouvelles l'ont emporté avec le retour en force d'un problème lancinant, celui de la dépendance énergétique du Vieux-continent au gaz russe, au point où l'UE se prépare désormais à une rupture totale des approvisionnements en provenance de la Russie. Quant à l'ambiance générale, elle est toujours marquée par les hausses de taux à venir aux Etats-Unis et ailleurs, mais surtout aux Etats-Unis.

Commençons cette chronique matinale par un rapide résumé de la veille. Hier, l'Europe a perdu du terrain, mais assez loin des plus bas touchés en début de séance. L'intensité de la baisse a également varié selon les régions. Le DAX allemand, plus riche en valeurs cycliques et industrielles, a abandonné 1.40% alors que le SMI suisse, richement doté en valeurs défensives, a grappillé 0.11% grâce à la bonne tenue de ses titres forteresses comme Givaudan, Roche, Nestlé et Novartis. Aux Etats-Unis, les trois principaux indices ont emprunté la même trajectoire en perdant du terrain. Là-bas aussi, les profils peu risqués ont dominé le palmarès des hausses : c'est la santé et les services aux collectivités qui ont mené la danse au détriment des valeurs sensibles aux cycles économiques et au loyer de l'argent comme les valeurs technologiques ou encore les valeurs minières dans le compartiment des matériaux de base. Dit d'une manière plus prosaïque, on achète des Merck & Co et des Sartorius pour vendre des Tesla et des Anglo American. Le décor est planté.

L'heure est donc à l'attentisme et il est fort à parier que ce sentiment va dominer la séance du jour avant le début de la saison des résultats trimestriels. Cette dernière aura une saveur toute particulière en Europe où les investisseurs prêteront une oreille attentive aux discours tenus par les sociétés et plus particulièrement par les industries énergivores, qui subissent de plein fouet l'emballement des prix de l'énergie. Pour revenir brièvement à cette histoire de gaz russe, Gazprom a cessé d'expédier son gaz vers l'Allemagne via le gazoduc Nord Stream 1. Il s'agit en réalité d'une opération de maintenance annuelle planifiée depuis longtemps et qui devrait durer jusqu'au 21 juillet au plus tard. Mais Berlin craint que ce gazoduc ne soit jamais remis en service, de quoi susciter une pression haussière sur les cours. Pour vous donner un ordre de grandeur, le TTF, le benchmark néerlandais, a brièvement dépassé la barre des 170 EUR/MWh, soit l’équivalent d’un baril de pétrole à 300 USD. On n'est plus très loin des niveaux atteints au début de l'année à 200 EUR/MWh alors que la crise était à son paroxysme avec l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Ceux qui pensaient que cette crise serait de courte durée grâce à l'alternative du GNL américain se sont donc trompés. Preuve en est, les contrats à terme qui permettent de fixer le prix de l'électricité en 2023 et 2024 se sont emballés en Allemagne et dans le reste de l'Europe, à des niveaux jamais vus : 340 EUR/MWh en Allemagne. Si on pense tout de suite aux futures factures des ménages pour se chauffer l'hiver prochain, il faut rappeler que ce sont surtout les industries qui en supportent le coût. A cet égard, la chimie allemande a déjà tiré la sonnette d'alarme il y a quelques jours en évoquant "une crise cardiaque pour l'économie allemande" dans le cas où Berlin ne parviendrait pas à sécuriser ses approvisionnements en gaz industriel. C'est vrai pour la chimie, mais également pour la sidérurgie et pour de nombreuses autres industries allant de la production d'engrais à l'élevage de poulets. En revanche, c'est une bonne nouvelle pour le charbon et des acteurs comme Drax Group, qui peuvent prolonger la durée de vie de leurs centrales au charbon.

Pour ne pas fermer cette longue parenthèse sur l'énergie en Europe d'une manière trop pessimiste, tâchons de garder à l'esprit que Nord Stream 1 est un moyen de pression qu'exerce Moscou sur les économies européennes, mais également une excellente source de revenus pour Gazprom, surtout à ces niveaux de prix. Fermer tout de suite le robinet du gaz serait donc tout aussi néfaste pour les finances de la Russie, qui se priverait d'un privilège tactique de taille : ralentir les flux à tout moment.

Revenons aux marchés actions et à la séance du jour en nous tournant vers la région Asie Pacifique où les marchés évoluent en ordre dispersé. Le Nikkei 225 japonais recule de 1,89% et le Hang Seng de Hong Kong de 1.21%. C'est l'Australie qui tient le mieux avec un indice ASX200 qui grappille 0,1% à l'heure où j'écris ces lignes. Les indicateurs avancés sont à nouveau baissiers en Europe avec un CAC40 attendu en baisse de près de 1%.

Les temps forts économiques du jour

L'indice ZEW de confiance des financiers allemands en juin sera publié à 11h00.

 L'euro se rapproche de la parité avec le dollar à 1,0015 USD. L'once d'or perd du terrain à 1727 USD. Le pétrole baisse également avec un Brent de Mer du Nord à 105,20 USD le baril et un brut léger américain WTI à 102 USD. La dette américaine affiche un rendement à 10 ans à 2,97%. Le bitcoin se négocie 20000 USD pièce.

Les principaux changements de recommandations

  • Arkema : JP Morgan passe de neutre à sous-pondérer et abaisse son objectif de 142 à 82,50 EUR.
  • Atos : Stifel dégrade sa recommandation de conserver à vendre avec un objectif de cours situé à 9 EUR.
  • Autogrill : Stifel passe d'acheteur à neutre avec un objectif de cours situé à 6,90 EUR.
  • BlackRock : UBS est toujours à l'achat mais abaisse sa cible de 825 à 718 USD.
  • Eli Lilly : Guggenheim est acheteur et revoit à la hausse son objectif de cours de 333 à 351 USD.
  • Epiroc : Société Générale dégrade sa recommandation de conserver à vendre et vise 155 SEK.
  • Hasbro : Stifel est acheteur mais abaisse son objectif de cours de 111 à 103 USD.
  • Julius Bar : JP Morgan maintient son avis à surpondérer mais abaisse sa cible de 65 à 61 CHF.
  • Klepierre : Goldman Sachs passe de neutre à acheteur et vise 21,80 EUR.
  • LEG Immobilien : Goldman Sachs reste à l'achat mais avec un objectif de cours réduit de 102,30 à 88,70 USD.
  • Meta Platforms : Stifel est toujours acheteur mais avec un objectif de cours réduit de 325 à 260 USD.
  • Roche : Berenberg abaisse son objectif de cours de 365 à 350 CHF.
  • Tempur Sealy : Keybanc Capital Market est à l'achat mais avec un objectif de cours réduit de 42 à 38 USD.
  • Twitter : Citigroup conserve sa recommandation neutre mais abaisse son objectif de 54,20 à 36 USD.
  • Unibail-Rodamco-Westifield : RBC Capital Market dégrade sa recommandation à sous-performance et abaisse son objectif de 77 à 42 EUR.
  • Vonovia : Goldman Sachs maintient son avis acheteur mais abaisse son objectif de cours de 47 à 39,90 EUR.
  • Wells Fargo : JP Morgan reste neutre mais avec un objectif de cours réduit de 52 à 47,50 USD.
  • Zur Rose : Deutsche Bank abaisse son objectif de cours de 180 à 84 CHF.

En France

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Le gouvernement français devrait débourser plus de 8 milliards d'euros pour prendre le contrôle total d'Electricité de France.
  • Les ventes de Renault ont reculé au premier semestre, lestées par la pénurie des semi-conducteurs et l'arrêt des activités en Russie.
  • Sephora (LVMH) signe un accord pour la vente de 100% des actions de sa filiale en Russie.
  • Thales met la main sur OneWelcome dans la cybersécurité pour 100 millions d'euros.
  • La coentreprise d'Alstom (Satee) remporte un contrat de fourniture pour le métro de Nanjing en Chine.
  • Airbus estime que le nombre d'avions dans le monde devrait doubler en 20 ans.
  • Eurazeo signe un accord avec Apax Partners en vue de la cession de sa participation dans Vitaprotech
  • Eiffage se renforce aux Pays-Bas à travers deux participations majoritaires dans Harwig et Eltra.
  • Bonduelle revoit à la baisse ses objectifs annuels de croissance.
  • Gaztransport & Technigaz reçoit une commande de Samsung Heavy Industries pour la conception de cuves de trois méthaniers.
  • Casino a réalisé une opération d'annulation d'obligations.
  • Ekinops a réalisé un chiffre d'affaires de 35.5 millions d'euros au cours du deuxième trimestre.
  • Figéac Aéro, 2CRSi, Kalray, Paragon Id, Lucibel dévoilent leurs comptes.

Dans le monde

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Le nombre d'abonnés "Prime" d'Amazon stagne selon un rapport de Bloomberg.
  • Le chimiste BASF dépasse les attentes au deuxième trimestre grâce à sa filiale énergétique Wintershall DEA.
  • Le chiffre d'affaires de Plus500 bondit de 48% au premier semestre.
  • Galenica acquiert la totalité des parts de la société argovienne Aquantic.
  • Holcim réalise l'acquisition de Teko Mining en Serbie.
  • Ascom signe un contrat de 1.5 million de dollars avec la division belge de Korian.
  • Twitter se prépare à une longue bataille judiciaire.
  • Principales publications du jour : Pepsico, DNB BankTout l'agenda ici.

Lectures et vidéos


© Zonebourse.com 2022
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Recevoir par email
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
AIRBUS SE -0.57%89.29 Cours en temps réel.-20.53%
ALSTOM -0.26%17.455 Cours en temps réel.-44.09%
AMAZON.COM, INC. 3.15%118.01 Cours en différé.-29.22%
ARKEMA 1.53%74.3 Cours en temps réel.-40.01%
ASCOM HOLDING AG -2.17%5.87 Cours en différé.-48.98%
ATOS SE 1.22%7.82 Cours en temps réel.-79.09%
AUTOGRILL S.P.A. 0.00%6.36 Cours en différé.1.83%
BASF SE -0.20%39.415 Cours en différé.-36.20%
BLACKROCK, INC. 1.18%585.43 Cours en différé.-36.06%
BONDUELLE -0.35%11.46 Cours en temps réel.-45.04%
CASINO, GUICHARD-PERRACHON SA 1.47%10.36 Cours en temps réel.-55.25%
DNB BANK ASA -1.44%174.45 Cours en temps réel.-12.38%
DRAX GROUP PLC 2.17%637 Cours en différé.5.29%
EIFFAGE S.A. 0.56%82.14 Cours en temps réel.-9.20%
EKINOPS -1.25%6.31 Cours en temps réel.-18.48%
ELECTRICITÉ DE FRANCE 0.17%11.91 Cours en temps réel.20.59%
ELI LILLY AND COMPANY 7.48%334.38 Cours en différé.12.63%
EPIROC AB (PUBL) 3.94%158.25 Cours en différé.-33.57%
EURAZEO SE 1.32%53.7 Cours en temps réel.-30.08%
FIGEAC AÉRO -2.48%5.12 Cours en temps réel.-14.67%
GALENICA AG -0.71%70.1 Cours en différé.2.99%
GAZPROM 0.04%198 Cours en clôture.-42.32%
GAZTRANSPORT & TECHNIGAZ -1.35%109.5 Cours en temps réel.33.13%
HASBRO, INC. -0.09%69.38 Cours en différé.-31.83%
HOLCIM LTD -0.95%40.69 Cours en différé.-11.67%
KLÉPIERRE 1.44%17.64 Cours en temps réel.-15.40%
KORIAN 0.18%11.13 Cours en temps réel.-60.02%
LEG IMMOBILIEN SE 3.64%60.94 Cours en différé.-50.33%
LVMH MOËT HENNESSY LOUIS VUITTON SE 1.49%613.2 Cours en temps réel.-15.65%
META PLATFORMS, INC. 5.36%141.61 Cours en différé.-57.90%
PEPSICO, INC. 1.60%168.67 Cours en différé.-2.90%
RENAULT 2.40%29.45 Cours en temps réel.-3.58%
ROCHE HOLDING AG 4.11%325.45 Cours en différé.-17.54%
TEMPUR SEALY INTERNATIONAL, INC. 3.93%25.65 Cours en différé.-45.46%
THALES -0.23%110.5 Cours en temps réel.47.73%
TWITTER, INC. 2.76%43.25 Cours en différé.-2.61%
VONOVIA SE 3.61%21.83 Cours en différé.-54.99%
WELLS FARGO & COMPANY 1.95%40.81 Cours en différé.-14.94%
ZUR ROSE GROUP AG -1.61%31.7 Cours en différé.-86.32%
Plus d'actualités
Les marchés sont taquins
Les marchés sont taquins
Jour de grandes manœuvres
Jour de grandes manœuvres
Calme plat avant la BCE ?
Calme plat avant la BCE ?