Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Les économies d'Amérique latine et des Caraïbes à la traîne, alerte le FMI

15/04/2021 | 19:30
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

Washington (awp/afp) - Les pays d'Amérique latine et des Caraïbes sont à la traîne dans la reprise mondiale: ils ne retrouveront pas leur revenu par habitant avant 2024, a prévenu jeudi le FMI, préconisant des réformes pour atténuer l'impact durable de la crise attendu dans la région.

L'an passé, la zone Amérique latine-Caraïbes est celle qui a accusé la plus forte contraction du Produit intérieur brut dans le monde: -7% dépassant de loin la récession mondiale (-3,3%).

Pour 2021, le Fonds monétaire international table sur une croissance de 4,6% pour cette région, soit moins que les 5,8% estimés pour les marchés émergents (sans la Chine) et moins que les 6% projetés pour l'économie mondiale.

"Le revenu par habitant ne rattrapera pas son niveau d'avant la pandémie avant 2024, ce qui entraînera une perte cumulée de 30% par rapport à la tendance pré-pandémique", déplore Alejandro Werner, le directeur du FMI en charge de cette région dans un blog publié jeudi et co-signé avec ses collègues économistes Takuji Komatsuzaki et Carlo Pizzinelli.

Pour l'heure, la reprise est "lente et hétérogène", décrivent-ils, alors qu'une nouvelle vague d'infections par le Covid-19 affecte le Brésil, le Chili, le Paraguay, le Pérou, l'Argentine et l'Uruguay.

En outre, exception faite du Chili, la campagne de vaccination a pris du retard, ajoutent les auteurs dont le blog est publié à l'occasion des réunions de printemps du FMI.

"Les perspectives (économiques) sont sujettes à un degré d'incertitude extraordinaire", soulignent-ils, précisant que la priorité numéro 1 est de "maîtriser la pandémie".

Il y a bien quelques raisons d'espérer, par exemple au Chili, qui mène une campagne de vaccination "rapide". Le PIB chilien devrait ainsi retrouver son niveau d'avant-crise dès cette année.

Pour le Brésil, il faudra attendre l'année prochaine, en raison de la fin de l'aide budgétaire et d'une vaccination poussive.

Au Mexique, le PIB ne retrouvera pas son niveau d'avant-crise avant 2023, malgré des retombées positives du plan de relance des Etats-Unis, grand partenaire commercial du pays.

Le FMI incrimine "l'absence de soutien budgétaire" et la faiblesse "continue" des investissements.

Quelques retombées du plan Biden

Le plan de 1.900 milliards de dollars de l'administration Biden va, au contraire, contribuer à la croissance en Amérique centrale en stimulant le commerce et en dopant les envois d'argent, "ce qui va permettre à ces pays de rebondir d'ici 2022".

Les pays des Caraïbes, très dépendants des revenus générés par le tourisme -- secteur sinistré depuis la pandémie -- seront les derniers à se remettre, avec une reprise attendue seulement en 2024.

Comme dans le reste du monde, y compris dans les pays avancés, ce sont les femmes, les jeunes et les travailleurs les moins qualifiés qui paient le plus lourd tribut de cette crise.

"Pertes d'apprentissage"

La pauvreté s'y est aussi aggravée (+19 millions de pauvres supplémentaires) et les inégalités s'y sont accrues de 5% par rapport à avant la crise, selon les données du FMI.

La région est aussi celle qui enregistre le triste record des écoles restées le plus longtemps fermées.

Le Fonds note que c'est un dommage considérable et durable sur le capital humain.

"Bien que les pertes d'apprentissage soient difficiles à estimer précisément, l'analyse du FMI suggère que les élèves, âgés de 10 à 19 ans, pourraient s'attendre à un revenu inférieur de 4% en moyenne au cours de leur vie si les jours de scolarité perdus en 2020 n'étaient pas compensés", indiquent les auteurs du blog.

Les gouvernements doivent continuer à soutenir leurs économies autant que faire se peut en ciblant les créations d'emplois et l'aide aux travailleurs les moins qualifiés, disent-ils.

"Effacer les cicatrices à long terme sera plus difficile et nécessitera une accélération des réformes structurelles, une amélioration de l'accès à une éducation et à une santé de qualité", poursuivent-ils.

Ils préconisent enfin d'élargir les filets de sécurité sociale et d'améliorer le climat des affaires.

afp/rp


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie & Forex"
16:06France-Manifestations pro-palestiniennes dans plusieurs villes, tensions à Paris
RE
15:15La violence fait rage en Israël et à Gaza, un émissaire US sur place
RE
14:37Un immeuble de Gaza abritant des médias s'effondre après une frappe-témoin
RE
12:59Enlever le masque ? Des Américains confus face aux nouvelles règles
RE
11:26La Chine réussit à faire atterrir un robot sur Mars
RE
10:24Les violences frappent Israël, Gaza et la Cisjordanie, le bilan s'alourdit
RE
14/05Israël-Le ministre émirati des Affaires étrangères appelle à un cessez-le-feu
RE
14/05USA-Biden revient sur une décision de Trump sur l'immigration
RE
14/05USA : les consommateurs hésitent entre reprise économique et crainte d'inflation
AW
14/05Veolia et suez confirment que le prix d’acquisition par action du groupe suez sera relevé à 20,50 €
RE
Dernières actualités "Economie & Forex"