Les investissements en capital-risque dans les entreprises britanniques ont chuté au cours des trois premiers mois de 2024, ce qui constitue le pire trimestre pour la collecte de fonds au Royaume-Uni depuis les premiers mois de la pandémie de grippe aviaire, selon un rapport publié mardi.

Les start-ups britanniques ont levé 3,9 milliards de dollars au premier trimestre 2024, contre 4,8 milliards de dollars au trimestre précédent, selon un rapport de HSBC Innovation Banking and Dealroom, soit le niveau le plus bas depuis le deuxième trimestre 2020.

HSBC Innovation Banking a déclaré dans un communiqué que l'investissement en capital-risque au Royaume-Uni s'est "stabilisé après une forte réinitialisation mondiale" au second semestre 2022.

L'investissement en capital-risque a bondi pendant la pandémie de COVID, les entreprises ayant levé des montants records de financement, mais les flux mondiaux se sont généralement taris depuis lors, les taux d'intérêt plus élevés ayant rendu les investisseurs plus averses au risque.

Le secteur britannique de la fintech a reçu le plus de fonds au premier trimestre 2024 - 1,4 milliard de dollars - avec en tête la levée de fonds de la banque numérique Monzo, annoncée en mars.

En termes d'investissements dans les start-ups, le Royaume-Uni se classe au troisième rang mondial, derrière les États-Unis et la Chine et devant l'Inde, selon le rapport.

Plus de la moitié des investissements en capital-risque dans les entreprises britanniques proviennent de l'étranger. Seulement 36 % des flux de 2024 proviennent à ce jour d'investisseurs nationaux, contre 64 % en 2013, selon les données.

Lundi, un organisme représentant les entreprises fintech britanniques a exhorté le gouvernement à faire davantage pour encourager les investisseurs nationaux à investir dans l'industrie.

HSBC Innovation Banking, anciennement la branche britannique de Silicon Valley Bank, est une filiale de HSBC lancée en juin 2023. (Reportage d'Elizabeth Howcroft ; Rédaction de Ros Russell)