Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

Les investisseurs doivent-ils s’inquiéter d’un ralentissement de l'économie chinoise ?

21/09/2021 | 11:32
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Bien qu'il soit difficile de quantifier l'ampleur de l'impact qu'un ralentissement en Chine pourrait avoir sur les marchés actions partout dans le monde, il semble à la fois inévitable et tout à fait logique, explique George Dent, gérant chez Walter Scott (boutique de BNY Mellon IM).

Depuis quelques années, la Chine est l'un des principaux moteurs de la croissance mondiale et il est rare de trouver une entreprise, quelque soit sa taille, qui n'y soit pas exposée d'une manière ou d'une autre. Dans les économies matures européennes, de nombreuses entreprises ont recherché activement cette exposition : qu'il s'agisse du fabricant finlandais d'ascenseurs Kone, qui cherche (avec succès) à tirer parti de l'urbanisation rapide du pays, ou de LVMH, qui profite du nombre croissant et du pouvoir d'achat des consommateurs chinois aisés.

Même des entreprises plus petites et plus axées sur le marché intérieur, comme les hôtels et les restaurants, ont profité de la propension croissante des Chinois à voyager. " En bref, l'exposition à la Chine est partout ! ", résume George Dent.

La question est donc la suivante : les investisseurs doivent-ils s'inquiéter d'un ralentissement en Chine ? Les résultats des entreprises opérant dans le pays continuent à indiquer une reprise rapide. Il reste bien sûr un certain degré d'incertitude autour du Covid, mais bien qu'elle se trouve à l'épicentre de l'épidémie, la Chine a, dans l'ensemble, très bien géré la crise sanitaire, estime le gérant.

Il convient également de noter qu'une fois passés les premiers mois de fermeture totale, le pays a réussi à revenir à une situation proche de la normale bien plus rapidement que de nombreux pays occidentaux, tout en continuant à faire face aux flambées locales rapidement et de manière efficace.

Les déplacements à l'intérieur et à l'extérieur du pays peuvent encore être difficiles, mais cela n'empêche pas les usines de fonctionner ou les consommateurs de consommer - et cela est très clair dans les résultats observés à la fois au sein des entreprises chinoises et chez les nombreuses entreprises occidentales exposées au marché chinois.

" La Chine reste une économie énorme, à croissance rapide, à laquelle nous pensons qu'il est judicieux d'être exposé. Notre conservatisme naturel nous conduit sur la voie d'une exposition indirecte via des sociétés telles que Kone et LVMH, mais cela pourrait changer avec le temps ", explique George Dent.

Ce dernier note que la volatilité actuelle du marché résultant du changement de réglementation dans le pays n'a pas le même potentiel d'impact négatif sur les marchés actions en Europe et aux États-Unis, mais peut représenter une opportunité intéressante pour ceux qui cherchent une exposition directe.

" Aucun investissement n'est sans risque et - au-delà de la connaissance et de la compréhension intime des entreprises par les investisseurs - la meilleure façon d'atténuer le risque est la diversification ", conclut George Dent.


© AOF 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
KONE OYJ -1.42%58.18 Cours en différé.-11.19%
LVMH MOËT HENNESSY LOUIS VUITTON SE -1.12%659.8 Cours en temps réel.30.61%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader