Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Les opposants à l'avortement remportent les suffrages des gouverneurs républicains dans le Wisconsin et le Minnesota.

10/08/2022 | 15:16
FILE PHOTO: Primary election held in Minneapolis

Mardi, les électeurs républicains du Wisconsin et du Minnesota ont nommé des adversaires de l'avortement au poste de gouverneur, garantissant ainsi que la question sera au cœur de ce qui devrait être deux des courses les plus médiatisées des élections générales de novembre.

Au Wisconsin, le magnat républicain de la construction Tim Michels affrontera le gouverneur démocrate Tony Evers, a prévu Edison Research, tandis qu'au Minnesota, l'ancien sénateur d'État républicain Scott Jensen défiera le gouverneur démocrate Tim Walz.

La nomination de Michels a également représenté une victoire pour l'ancien président Donald Trump, dont le soutien à Michels - ainsi que des millions de dollars de dépenses de campagne provenant de la fortune personnelle de Michels - ont contribué à le propulser devant la lieutenante-gouverneure Rebecca Kleefisch. Kleefisch, autrefois considérée comme la favorite, avait le soutien des principaux républicains de l'establishment, y compris Mike Pence, l'ancien vice-président de Trump.

M. Michels a affirmé à tort que c'est Trump, plutôt que le président démocrate Joe Biden, qui a remporté les élections de 2020 dans l'État, reprenant ainsi les affirmations de l'ancien président. Il a également juré d'appliquer une interdiction de l'avortement datant du 19e siècle qui est entrée en vigueur après que la Cour suprême des États-Unis ait éliminé en juin un droit national à la procédure.

Avec une législature à majorité républicaine, Michels pourrait faire passer de nouvelles restrictions à l'avortement s'il est élu. Le président sortant démocrate Tony Evers et son administration ont intenté un procès pour contester la loi de 1849 tout en promettant de ne pas poursuivre les médecins qui l'enfreignent.

Au Minnesota, Jensen, qui a également émis des doutes sur la gravité de la loi COVID-19, a déclaré qu'il chercherait à interdire la plupart des avortements. Le Minnesota est devenu une sorte de refuge pour les résidents des États voisins où les interdictions d'avortement sont entrées en vigueur après l'arrêt de la Cour suprême.

Le scrutin de la semaine dernière au Kansas, qui a vu environ 60 % des électeurs soutenir le droit à l'avortement, a fait naître chez les démocrates l'espoir que cette question mobilisera leur base et attirera les votes des indépendants et des républicains modérés. Cela fait suite à l'annulation par la Cour suprême de la décision Roe v. Wade qui a légalisé l'avortement dans tout le pays en 1973.

Contrairement à l'initiative du Kansas, qui était ouverte aux électeurs de tous les partis, les primaires républicaines de mardi refléteront la préférence des seuls électeurs républicains.

LA MAJORITÉ AU SÉNAT EN JEU

En plus d'une course au poste de gouverneur très médiatisée, le Wisconsin accueillera également une compétition cruciale au Sénat en novembre. Les démocrates ont nommé mardi le lieutenant-gouverneur Mandela Barnes pour défier le sénateur américain Ron Johnson, peut-être le sénateur républicain le plus vulnérable qui se représente cette année.

Barnes, qui a reçu le soutien des sénateurs américains libéraux Bernie Sanders et Elizabeth Warren pendant la campagne primaire, serait le premier sénateur noir de l'État.

La bataille pour le siège de Johnson pourrait déterminer quel parti contrôle le Sénat. La chambre est divisée à 50-50 avec la vice-présidente démocrate Kamala Harris qui départage les votes.

Alors qu'il n'est pas certain que les démocrates soient en mesure de conserver leur mince majorité au Sénat, les républicains ont la faveur de reprendre le contrôle de la Chambre des représentants des États-Unis, ce qui leur permettrait de bloquer une grande partie du programme législatif de Biden et de lancer des enquêtes politiquement dommageables.

Pendant une grande partie de l'année, la baisse de popularité de Biden associée à une inflation persistante ont pesé sur les chances des démocrates. Mais le dernier sondage Reuters/Ipsos, réalisé mardi, a montré que la cote de popularité de Biden a augmenté pour la troisième semaine consécutive pour atteindre 40 % - toujours historiquement faible mais à son plus haut niveau depuis début juin après une série de victoires législatives démocrates.

Les élections sénatoriales et du gouverneur du Wisconsin de cette année pourraient servir d'avant-première pour 2024, lorsque le Wisconsin sera probablement à nouveau un état majeur dans l'élection présidentielle. Trump, qui affirme toujours à tort que la victoire de Biden au niveau de l'État en 2020 était frauduleuse, a fortement laissé entendre qu'il avait l'intention de se représenter.

Vendredi, les républicains ont désigné Milwaukee comme site de leur convention nationale de 2024, soulignant l'importance stratégique de l'État.

Trump a soutenu des centaines de candidats cette année dans le but d'exercer son influence sur le parti républicain. Bon nombre de ses choix, pour la plupart des candidats sortants, ont été retenus, mais pas tous.

Le Minnesota a également tenu une élection spéciale mardi pour le siège de la Chambre des représentants laissé vacant lorsque le républicain Jim Hagedorn est décédé en février après une bataille contre le cancer.

Le républicain Brad Finstad, un ancien responsable de l'agriculture dans l'administration Trump, a remporté cette course en battant le démocrate Jeff Ettinger, un ancien PDG de Hormel Foods, pour garder le 1er district du Congrès du Minnesota aux mains des républicains, selon les projections d'Edison Research.

Dans le 5e district du Congrès de l'État, Ilhan Omar, l'une des voix libérales les plus importantes au Congrès, a survécu à un défi inattendu de son collègue démocrate Don Samuels, selon Edison Research.

Les électeurs du Connecticut et du Vermont ont également choisi des candidats pour les courses au Congrès et au niveau de l'État.


© Zonebourse avec Reuters 2022
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
HORMEL FOODS CORPORATION -1.09%46.43 Cours en différé.-4.94%
Dernières actualités "Economie & Forex"
16:42Marchés: les actions mises à mal par les taux obligataires élevés
AW
16:39France/edf-emmanuel macron propose la nomination de luc rémont c…
RE
16:38La Fed va lancer l'analyse de scénarios climatiques en 2023 avec six grandes banques
ZR
16:38Le détaillant britannique de meubles Made.com affiche des pertes semestrielles plus importantes
ZR
16:37L'Allemagne doit protéger les infrastructures gazières après les fuites de Nord Stream, selon le régulateur
ZR
16:35Le PDG de Maersk prévoit une reprise "modeste" du commerce pour les fêtes de fin d'année.
ZR
16:35La livre se reprend, la BoE insiste sur une intervention limitée
AW
16:32Les candidats à la présidence nigériane s'engagent à mener une campagne pacifique
ZR
16:31Dernières nouvelles sur l'état de ratification des syndicats ferroviaires américains pour éviter la grève
ZR
16:30DEUTSCHE POST : un meilleur pari que FedEx ?
ZB
Dernières actualités "Economie & Forex"