Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Publicité
Du même auteur
Plus d'articles

Les parapétrolières reviennent en grâce

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
3
0
10/10/2018 | 12:13

Quand les marchés tanguent, les valeurs pétrolières ont tendance à attirer les investisseurs. L'épisode en cours l'illustre tout à fait. Surtout quand le prix du baril en profite pour prendre l'ascenseur et que les majors pétrolières ont reconstitué leurs capacités d'investissement en réduisant drastiquement leurs coûts.

La montée des cours pétroliers a conduit Barclays à revisiter la thématique sectorielle à travers les sociétés spécialisées dans l'exploration-production et les entreprises de service à l'industrie. "Au cours des semaines qui viennent de s'écouler, nous avons interceptés suffisamment de signaux pour estimer que la reprise s'est installée. Et sans pouvoir parler de scénarios de ruée, le ton est devenu résolument positif", explique la banque britannique, qui s'attend à une note d'optimisme dans les publications du troisième trimestre. Avec un peu de chance, les entreprises du secteur seront déjà en mesure de donner des tendances pour 2019, ce qui pourrait rassurer les investisseurs sur des lendemains enfin plus chantants. Barclays a relevé tous ses objectifs après avoir changé de mode de valorisation : l'approche par les cash-flows (DCF) n'apparaît plus suffisamment pertinente pour refléter la nature cyclique du regain d'appétit des investisseurs. Les objectifs sont à nouveau fondés sur des multiples EV / EBITDA. 
 
Les grands donneurs d'ordres du secteur ont reconstitué d'importantes capacités d'investissement, après avoir mis tout l'écosystème à la diète pendant plusieurs années. Pour prendre un exemple bien connu, Total a abaissé son "point mort organique avant dividende" à 27 USD le baril en 2017 et vise 25 USD à l'issue de l'exercice en cours (le niveau a déjà été atteint au T2). A partir de ce niveau, le cash-flow organique du groupe est positif avant la distribution d'un dividende. Avec un Brent à 84 USD, le matelas de sécurité est donc très épais et permet d'avoir de la visibilité sur les investissements à lancer et donc aux sous-traitants.

Nous avons listé ci-dessous les valeurs préférées de l'analyste dans les deux sous-compartiments (E&P / Services&Forage) ainsi que la position sur le trois françaises ou apparentées (CGG, Vallourec, TechnipFMC).
 

Recommandations de Barclays au 10 octobre 2018 - Cliquer pour agrandir
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
CGG -1.07%2.21 Cours en temps réel.18.34%
TECHNIPFMC -1.69%29.75 Cours en différé.-3.93%
VALLOUREC 0.26%4.616 Cours en temps réel.-9.47%

Anthony Bondain
© Zonebourse.com 2018
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
3
0
Réactions à cet article
Réagir
Publier
loader
spcmg71
Le 15/10/2018 à 09:36
arrow option
slb n'a jamis été aussi bas à 59.33 usd...
  
  
calcucius
Le 10/10/2018 à 16:02
arrow option
Il n'y a que les pétrolières et le luxe qui montaient en Europe, et les grosses techs aux USA comme Apple. Tout le reste plongeait en toute discrétion.

La chute de LVMH aujourd'hui siffle peut être la fin de la récré pour le luxe
1
  
jack40
Le 10/10/2018 à 15:49
arrow option
sauf que si Total vient de repeter qu il ne comptait pas relancer les investissements c est qu il doit y avoir une raison dont personne ne parle....