Les prix du pétrole ont baissé pour la deuxième fois vendredi, plombés par les inquiétudes persistantes concernant le ralentissement de la demande mondiale, mais se dirigeaient toujours vers un deuxième gain hebdomadaire consécutif, compte tenu des prévisions de resserrement de l'offre.

Les contrats à terme sur le Brent ont baissé de 33 cents, soit 0,4%, à 89,59 dollars le baril à 0050 GMT, tandis que les contrats à terme sur le brut américain West Texas Intermediate (WTI) ont baissé de 33 cents, soit 0,4%, à 86,54 dollars.

Les deux références ont atteint des sommets de 10 mois plus tôt cette semaine sur les craintes de pénuries potentielles pendant la saison de pointe de la demande hivernale après que l'Arabie saoudite et la Russie aient prolongé leurs réductions volontaires de l'offre jusqu'à la fin de l'année.

Pour la semaine, le Brent et le WTI sont toujours en voie de gagner environ 1 %.

"Les investisseurs ont pris leurs bénéfices après le récent rebond qui a été motivé par les craintes d'un resserrement de l'offre suite à l'extension des réductions de production en Arabie Saoudite et en Russie", a déclaré Tatsufumi Okoshi, économiste principal chez Nomura Securities.

"Le marché a intégré la nouvelle de la réduction de l'offre et il faudrait des signes clairs d'une demande mondiale plus forte, en particulier en Chine, pour aller plus haut", a-t-il ajouté, notant que le consensus des investisseurs est que les mesures de relance de Pékin n'ont jusqu'à présent pas réussi à stimuler l'économie du pays.

Les exportations et les importations de la Chine ont chuté en août, selon des données publiées jeudi, alors que la double pression de la baisse de la demande à l'étranger et de la faiblesse des dépenses de consommation a pesé sur les entreprises de la deuxième plus grande économie du monde. Cependant, les importations de brut de la Chine ont augmenté de 30,9 % le mois dernier, les raffineurs ayant constitué des stocks et augmenté la transformation afin de bénéficier des bénéfices plus élevés provenant de l'exportation de carburant.

Une réduction plus importante que prévu des stocks de pétrole brut aux États-Unis a apporté un soutien mitigé aux prix du pétrole.

Les stocks américains de pétrole brut ont diminué pour la quatrième semaine consécutive, avec des stocks en baisse de plus de 6% le mois dernier, alors que les raffineurs de pétrole fonctionnent à des taux élevés pour répondre à la demande mondiale d'énergie, selon les données de l'Administration de l'information sur l'énergie (Energy Information Administration) ce jeudi.

Les stocks de brut ont baissé de 6,3 millions de barils, soit le triple de la baisse de 2,1 millions de barils attendue par les analystes. (Reportage de Yuka Obayashi ; Rédaction de Jamie Freed)