Les producteurs français de cognac sont "profondément" inquiets des résultats d'une enquête chinoise sur les importations de cognac européen, a déclaré un organisme commercial mercredi, après que la Commission européenne a imposé des droits de douane sur les importations de véhicules électriques chinois.

La Commission européenne a annoncé mercredi aux constructeurs automobiles qu'elle imposerait des droits de douane sur les véhicules électriques chinois.

des droits supplémentaires

jusqu'à 38,1 % sur les voitures électriques chinoises importées à partir de juillet, ce qui risque d'entraîner des représailles de la part de Pékin, qui a qualifié cette mesure de protectionniste.

La Chine a déjà lancé une enquête antidumping sur le brandy importé de l'Union européenne en janvier, une mesure considérée comme une réponse aux différends commerciaux croissants entre Pékin et Bruxelles.

La quasi-totalité des eaux-de-vie européennes exportées vers la Chine sont fabriquées en France, Pernod Ricard et Remy Cointreau réalisant tous deux d'importantes recettes sur le marché asiatique.

"Nous prenons acte de la décision européenne et réitérons notre profonde inquiétude quant aux conséquences de l'enquête antidumping lancée par la Chine sur le brandy européen", a déclaré Florent Morillon, président du Bureau national interprofessionnel du cognac.

Le mois dernier, le président français Emmanuel Macron a remercié son homologue chinois Xi Jinping pour sa "

attitude ouverte

"concernant les mesures provisoires sur le cognac, relayée lors d'une visite d'État à Paris. (Reportage de Mimosa Spencer et Dominique Patton. Rédaction : Jane Merriman et David Gregorio)