Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Les produits d'une firme de cybersécurité russe interdits aux agences fédérales US

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
13/09/2017 | 22:04

WASHINGTON, 13 septembre (Reuters) - L'administration américaine, qui a retiré en juillet la société Kaspersky Lab de la liste de ses fournisseurs agrées, a ordonné mercredi aux agences fédérales de désinstaller tous les produits fabriqués par ce spécialiste russe des antivirus.

Washington redoute que la société de cybersécurité, dont les logiciels antivirus sont populaires aux Etats-Unis, soit vulnérable à l'influence du Kremlin et que ses logiciels soient une menace sur la sécurité des systèmes informatiques.

Une directive émanant du département de la Sécurité intérieure (DHS) ordonne mercredi aux agences fédérales de recenser dans les 30 jours tous les produits Kaspersky utilisés sur leurs systèmes informatiques et de les désinstaller dans les 90 jours.

Le DHS explique dans un communiqué être "inquiet des liens entre certains cadres de Kaspersky et des agences russes du renseignement".

Dans un communiqué, Kaspersky Lab a rejeté ces soupçons et estimé que la décision de Washington était liée à une mauvaise interprétation de la législation russe sur le partage des données, également évoquée par le département de la Sécurité intérieure à l'appui de sa décision.

La directive va plus loin que l'initiative prise en juillet: les produits Kaspersky avaient alors été retirés de la liste de l'Administration américaine des services généraux (General Services Administration, GSA) mais les agences gouvernementales américaines pouvaient encore en acquérir s'ils ne passaient pas par la procédure agréée par la GSA.

A l'époque, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov avait dénoncé une "décision politisée". (Dustin Volz; Jean-Stéphane; Brosse, Nicolas Delame et Henri-Pierre André pour le service français)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
17:20OFI AM : "la dette émergente en devises locales reste une classe d’actifs incontournable"
AO
17:17Lazard Frères Gestion n'exclut pas une accélération du resserrement monétaire de la Fed
AO
17:16Résumé des principales informations économiques du lundi 23 juillet 2018
AW
17:01USA : les reventes de logements baissent en juin, à un plus bas depuis janvier
AW
16:14L'euro baisse face à un dollar sous pression mais soutenu par les tensions
AW
16:13USA : -0,6% de ventes de logements anciens en juin
CF
16:00ETATS-UNIS : ventes de logements anciens moins bonnes qu'attendu à 5.38M
16:00ZONE EURO : confiance des consommateurs comme attendu à -1
13:48La croissance des PME stable à un haut niveau
RE
13:00Les investisseurs prudents, commerce et banques centrales pèsent
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"
Publicité