Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex
Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Les rebelles syriens créent une Armée nationale avec la Turquie

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
12/08/2018 | 10:47

* L'Armée nationale réunit des rebelles soutenus par Ankara

* Elle se met difficilement sur pied

* Elle pourrait aider les rebelles syriens à Idlib

par Khalil Ashawi

AZAZ, Syrie, 12 août (Reuters) - L'"Armée nationale" en cours en création par des insurgés syriens avec l'aide de la Turquie pourrait être un obstacle au plan de Bachar al Assad de reprendre le contrôle du nord-ouest du pays, dernier grand bastion rebelle en Syrie - pour peu que ses membres fassent taire leurs rivalités délétères.

Bachar al Assad, soutenu par la Russie et l'Iran, a promis de récupérer "chaque centimètre" du territoire syrien. Bien qu'il ait reconquis la majeure partie de la Syrie, le nord-ouest du pays est la dernière grande zone encore aux mains des combattants qui veulent le renverser. Ils s'y sont regroupés dans le cadre d'accords d'évacuation d'autres zones conclus chaque fois que des parties du pays étaient reprises par Damas.

Le nord-ouest de la Syrie est limitrophe de la Turquie et comprend essentiellement la province d'Idlib, une partie de la province de Hama et une partie de la province d'Alep.

Selon le colonel Haitham Afissi, chef de l'"Armée nationale", la mise en place de cette force qui réunit quelque 35.000 combattants provenant de certaines des milices les plus importantes de la guerre en Syrie, n'est pas chose facile.

"Nous en sommes au début. Nous sommes confrontés à de nombreuses difficultés, mais nous travaillons à les surmonter", déclare le colonel rencontré à Azaz, près de la frontière turque.

Ainsi, récemment, il raconte avoir dû ordonner à ses combattants de cesser "d'ouvrir le feu au hasard", de porter l'uniforme et de coopérer avec la police militaire nouvellement créée qui représente "la force du droit et de la justice et non un concurrent aux autres groupes".

Les groupes armés se sont également vu interdire de gérer leurs propres prisons et tribunaux et de procéder à des arrestations extrajudiciaires.

TROIS ENNEMIS

Le soutien turc inclut les salaires des combattants, le soutien logistique "et les armes si nécessaire".

Les soldats de l'Armée nationale font également l'objet d'attaques. Un certain nombre de recrues ont été blessées dans un bombardement le 5 août dernier à al Bab alors que se déroulait la cérémonie de remise de leurs diplômes.

Selon le colonel Afissi, il s'agit du travail d'un "ennemi de la révolution, qu'il soit interne ou externe". Le coupable a été identifié, mais le colonel ne veut pas donner son identité.

De nombreux efforts précédent visant à unifier la rébellion ont échoué, en raison notamment des rivalités sur le terrain.

Ce pourrait être différent avec l'Armée nationale en raison de la présence de la Turquie sur le terrain.

L'armée turque a poussé vers le Nord-Ouest syrien à la faveur de deux campagnes. La première dite "Bouclier de l'Euphrate", qui a démarré en 2016, a chassé l'Etat islamique des territoires situés entre Azaz et Djarablous. La seconde, dite "Rameau d'olivier", a permis de prendre la région voisine d'Afrin aux milices kurdes YPG au début de cette année.

La région est importante pour la Turquie en raison de ce qu'elle considère comme une menace des YPG (Unités de protection du peuple) pour sa sécurité nationale. Ankara considère les YPG comme une émanation du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), en lutte depuis plus de 30 ans contre le pouvoir turc.

Le colonel Afissi énumère trois ennemis: Assad, le PKK et l'État islamique.

La Turquie a également installé 12 postes militaires dans la province d'Idlib et dans les zones adjacentes situées au sud-ouest d'Afrin, dans le cadre d'un accord avec la Russie et l'Iran. L'objectif déclaré est de parvenir à un accord de "désescalade" dans la région d'Idlib.

Selon le colonel Afissi, l'Armée nationale pourrait être rapidement fusionnée avec les rebelles soutenus par la Turquie à Idlib si nécessaire.

La situation à Idlib est compliquée par la présence de djihadistes bien armés qui se sont battus avec les autres groupes.

"Nous sommes prêts et tendons la main à tous les groupes qui représentent les objectifs de la révolution", déclare le colonel. (Danielle Rouquié pour le service français)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir
Publier
loader
mirinn77
Le 12/08/2018 16:04
arrow option
Les arabes n'ont pas attendu Israël pour se faire une guerre de croisade.
  
  
guerberand
Le 12/08/2018 13:11
arrow option
Cela doit satisfaire les occidentaux : la guerre va durer jusqu' à la fin de l' Islam : Israël maitre d' œuvre...!
  
  
Dernières actualités "Economie / Forex"
20/02BOURSE DE WALL STREET : Timide hausse de Wall Street après les minutes de la Fed
RE
20/02Wall Street termine en légère hausse face à une Fed toujours prudente
AW
20/02L'euro monte face au dollar après la confirmation de la prudence de la Fed
AW
20/02CROISSANCE PLUS LENTE, BRAS DE FER COMMERCIAL : la Fed préfère être "patiente"
AW
20/02Brexit-Le "backstop" est temporaire, soulignent May et Juncker
RE
20/02La Fed adopte la "patience" face à une moindre croissance économique
AW
20/02Etre patient ne pose que peu de risques-Minutes de la Fed
RE
20/02EESC EUROPEAN ECONOMIC AND SOCIAL COMMITTEE : The EESC reinforces its rules of procedure and adopts a new code of conduct for its members
PU
20/02Venezuela-Amnesty dénonce "l'impunité totale" des forces fidèles à Maduro
RE
20/02Une Britannique déchue de sa nationalité pour avoir rejoint l'EI
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"
Publicité