Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie & Forex

Actualités : Toute l'info
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Les sanctions contre Moscou vont geler de gros projets pétroliers

14/09/2014 | 18:45
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
LES SANCTIONS CONTRE MOSCOU VONT GELER DE GROS PROJETS PÉTROLIERS

MOSCOU (Reuters) - Les nouvelles sanctions économiques imposées par les Etats-Unis et l'Union européenne à la Russie vont avoir pour effet de geler ou de compliquer le financement de nombreux projets pétroliers impliquant des groupes étrangers.

En vertu des sanctions décidées vendredi par les Etats-Unis, Gazprom, Gazprom Neft, Lukoil, Surgutneftegas et Rosneft ne pourront plus coopérer avec des firmes occidentales dans l'exploration ou la production en eaux profondes, dans l'offshore arctique ou dans le gaz ou le pétrole de schiste.

Ces nouvelles mesures, destinées à punir l'attitude du président Vladimir Poutine dans la crise ukrainienne, durcissent les précédentes sanctions qui se bornaient à interdire les exportations d'équipements de haute technologie à l'industrie pétrolière russe.

Parmi les projets désormais menacés figure un programme clé de forage que la compagnie américaine Exxon Mobil a débuté en août dans l'Arctique russe dans le cadre d'une coentreprise avec Rosneft.

Ce projet sera suspendu, comme des dizaines d'autres conclus par Rosneft et Gazprom Neft avec Exxon, Royal Dutch Shell, Statoil ou l'Eni.

"Le fait de ne plus pouvoir disposer des ressources technologiques et des services des firmes américaines et européennes rend impossible, ou du moins très compliquée, la poursuite de ces projets (...) Il n'existe pas vraiment de moyens de substitution ailleurs", a déclaré vendredi un haut responsable de l'administration américaine.

Un délai de 14 jours a été imparti aux firmes pour se mettre en conformité avec les sanctions, pour lesquelles il n'y aura "aucun sanctuaire", selon l'expression du responsable américain.

"TROP TARD"

La Russie, le deuxième exportateur mondial de pétrole, compte sur ses réserves en Arctique et sur le pétrole de schiste pour compenser le déclin de ses gisements vieillissants en Sibérie afin de maintenir sa production à environ 10,5 millions de barils par jour.

Valeri Nesterov, de la banque nationale Sberbank - également visée par des sanctions - prévoit des lendemains difficiles.

"Le plus préoccupant, ce sont les sanctions ciblant le pétrole dit 'difficile'. Les compagnies russes n'ont pas investi assez dans la recherche et la technologie, elles se reposaient sur les technologies occidentales et maintenant c'est trop tard", dit-il.

Parmi ces réserves de pétrole difficile à extraire figure notamment la formation géologique dite de Bajenov, située sous des gisements matures en Sibérie occidentale et censée renfermer jusqu'à 3.000 milliards de barils de pétrole - soit quatre fois le montant des réserves de l'Arabie saoudite.

Rosneft et Gazprom Neft travaillent sur le site en tandem avec Exxon et Shell, et Lukoil y a un projet de coentreprise avec Total.

"Quand on a eu connaissance des premières sanctions, on a décidé d'accélérer le travail sur tous les fronts pour minimiser les dégâts", rapporte une source de Rosneft.

Igor Setchine, le patron de Rosneft qui est un proche de Vladimir Poutine, a affirmé début septembre que le groupe avait approuvé un programme visant à remplacer toutes les technologies occidentales sur le moyen terme.

Selon Mikhaïl Leontiev, porte-parole de Rosneft, le service juridique de la firme étudie les sanctions et leurs implications pour les forages en commun avec Exxon dans l'Arctique.

Rosneft a au total 44 dépôts offshore dans l'Arctique et en mer noire, avec des réserves estimées de 300 milliards de barils qu'il comptait exploiter avec Exxon, Eni et Statoil.

Une source de Lukoil, principal compagnie pétrolière privée de la Russie, a reconnu que les sanctions faisaient l'effet d'un choc. "On ne pensait vraiment pas se retrouver sur la liste", a-t-elle dit.

LE ROBINET DU CRÉDIT FERMÉ

Lukoil est le groupe russe le plus présent à l'étranger avec, entre autres, des actifs au large du Ghana, en mer Caspienne ou en Irak.

Les sanctions décidées vendredi, de l'aveu des Etats-Unis, visent à épargner le plus possible la production conventionnelle ou les projets étrangers des compagnies russes.

"Les opérations de Lukoil aux Etats-Unis, par exemple ses stations-service, ne seront pas affectées", a dit le haut responsable lors d'un point de presse.

Mais les sanctions entraveront sa capacité à obtenir des financements, y compris pour ses projets à l'étranger et notamment au large du Ghana, selon des banquiers et traders.

Lukoil a été la dernière compagnie pétrolière russe à emprunter à l'étranger - 1,5 milliard de dollars levés, y compris auprès de banques américaines - mais le robinet du crédit est fermé depuis les sanctions de juillet.

"Une fois que vous êtes sur la liste, emprunter devient impossible ou presque", dit un trader d'une maison de négoce occidentale qui a l'habitude de travailler avec les Russes.

Selon Washington, les nouvelles sanctions aggraveront les difficultés de l'économie russe menacée de récession sur fond de chute du rouble et de fuite des capitaux.

Si les compagnies pétrolières se tournent vers la banque centrale pour obtenir des financements, elles réduiront les ressources de l'Etat.

Vitali Krouikov, directeur du laboratoire d'idées Small Lettres, estime que la Russie, avec ses réserves de devises de 460 milliards de dollars (355 milliards d'euros), a suffisamment de ressources pour tenir pendant deux ans avec les sanctions actuelles. "Ensuite il lui faudra aller chercher des financements en Asie, mais Dieu sait ce qu'il lui en coûtera. Les prêteurs asiatiques auront vite fait d'augmenter leurs taux", prédit-il.

(avec Vladimir Soldatkine et Dmitri Jdannikov, Véronique Tison pour le service français)

par Olesya Astakhova et Katya Golubkova


© Reuters 2014
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ENI S.P.A. -1.93%8.831 Cours en différé.3.31%
EQUINOR ASA -1.14%165.1 Cours en temps réel.13.90%
EXXON MOBIL CORPORATION -4.81%47.89 Cours en différé.16.18%
GAZPROM -0.91%226 Cours en clôture.6.26%
GAZPROM NEFT -0.22%341.35 Cours en clôture.7.70%
LUKOIL -0.13%5900 Cours en clôture.14.16%
ROSNEFT OIL COMPANY 2.04%514.3 Cours en clôture.18.18%
SURGUTNEFTEGAS -2.20%36.68 Cours en clôture.1.52%
TOTAL SE -1.87%37.095 Cours en temps réel.5.09%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie & Forex"
12:01La fusion entre fca et psa est bouclée
RE
11:58JEAN-DOMINIQUE SENARD : Renault compte rembourser son PGE aussi vite que possible, dit Senard
RE
11:45Allemagne-Le centriste Armin Laschet élu à la tête de la CDU
RE
11:37Ouganda/présidentielle-Museveni proche de la victoire, son rival conteste
RE
10:48Le nombre des décès liés au Covid dans le monde dépasse les 2 millions
RE
10:01Renault va pouvoir rembourser son prêt garanti par l'etat aussi vite que possible, sans avoir besoin de délai-senard sur france inter
RE
09:35France-Vacciner des enfants pourrait devenir nécessaire-Fischer
RE
07:38Coronavirus-La reprise de l'épidémie en Chine est due à des cas importés-CCTV
RE
06:25Coronavirus-L'Allemagne recense 18.678 cas supplémentaires
RE
06:20Allemagne-La CDU choisit un nouveau président pour succéder à Merkel
RE
Dernières actualités "Economie & Forex"