Les ventes au détail australiennes ont légèrement augmenté en avril, les consommateurs restant économes face aux coûts d'emprunt élevés et à la hausse des loyers, un autre signe que les dépenses des ménages n'ajouteront que peu à la croissance économique ce trimestre.

Les données du Bureau australien des statistiques (ABS) ont montré mardi que les ventes au détail ont augmenté de 0,1 % en avril par rapport à mars, où elles avaient baissé de 0,4 %. Les analystes s'attendaient à une hausse de 0,2 %.

"Depuis le début de l'année 2024, le chiffre d'affaires du commerce de détail est resté stable, car les consommateurs prudents réduisent leurs dépenses discrétionnaires", a déclaré Ben Dorber, responsable des statistiques du commerce de détail à l'ABS.

"Si l'on considère les deux derniers mois, on constate que les dépenses sous-jacentes sont faibles dans la plupart des secteurs du commerce de détail.

Les ventes d'avril, d'un montant de 35,7 milliards de dollars australiens (23,78 milliards de dollars), ont connu une faible augmentation de 1,3 % par rapport à l'année précédente.

Cette croissance est d'autant plus faible que la population australienne augmente de plus de 2 % par an. Le volume des ventes par habitant a chuté pendant sept trimestres consécutifs, un type de faiblesse que l'on n'observe habituellement qu'en période de récession.

Cette situation s'explique en partie par la hausse des taux hypothécaires et des loyers, qui grèvent le pouvoir d'achat.

Les coûts des services non couverts par les données du commerce de détail ont également augmenté beaucoup plus rapidement que les prix des biens, notamment les assurances, l'éducation, la santé et l'électricité.

L'obstination de l'inflation des services est l'une des principales raisons pour lesquelles la Reserve Bank of Australia (RBA) estime qu'il est peu probable qu'elle abaisse les coûts d'emprunt cette année.

Les contrats à terme impliquent environ 30 % de chances d'une réduction d'un quart de point du taux d'escompte de 4,35 % d'ici décembre, et un assouplissement n'est pas entièrement pris en compte avant mai 2025.

Les chiffres des prix à la consommation pour le mois d'avril sont attendus mercredi et les analystes ne s'attendent qu'à une légère baisse de l'inflation annuelle à 3,4 %, contre 3,5 % en mars.

De nombreux ménages bénéficieront d'une augmentation de leurs revenus à partir de juillet, lorsque les réductions de l'impôt sur le revenu seront effectives, mais les enquêtes suggèrent que les travailleurs ont l'intention d'épargner la majeure partie de cette manne.

"Le résultat est que la croissance de la consommation restera probablement faible au second semestre, ce qui devrait contribuer à réduire encore l'inflation", a déclaré Marcel Thieliant, responsable de l'économie de l'Asie-Pacifique chez Capital Economics.

"Alors que nous nous attendons à ce que la RBA ne commence à réduire ses taux d'intérêt qu'au début de l'année prochaine, la faiblesse prolongée de la consommation ouvre la voie à une réduction plus précoce des taux". (1 $ = 1,5015 dollar australien) (Reportage de Wayne Cole ; Rédaction de Tom Hogue et Sonali Paul)