Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Liban-Le patriarche maronite exige une justice exempte de toute ingérence

17/10/2021 | 12:14
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

BEYROUTH, 17 octobre (Reuters) - Le patriarche maronite libanais Bechara Boutros al-Rai, le plus haut dignitaire religieux chrétien, a déclaré dimanche que le système judiciaire du pays devait être exempt de toute ingérence politique et d'"activisme" sectaire, dans un contexte de tensions croissantes autour l'enquête sur l'explosion du port de Beyrouth en août 2020.

Bechara Boutros al-Rai a également déclaré qu'il était inacceptable qu'un parti ait recours à des menaces ou à la violence après les troubles meurtriers de la semaine passée liés à l'enquête, qui ont été le pire bain de sang dans les rues du Liban depuis plus d'une décennie.

"Nous devons libérer le pouvoir judiciaire de toute ingérence politique, de tout activisme politique sectaire et partisan et respecter son indépendance selon le principe de la séparation des pouvoirs", a déclaré le patriarche maronite dans son sermon.

"Personne n'est au-dessus de la loi et du système judiciaire".

Bechara Boutros al-Rai joue un rôle influent en tant que chef religieux de la plus grande communauté chrétienne du Liban, où le pouvoir politique est divisé entre les principales formations religieuses chrétiennes, musulmanes et druzes.

L'enquête sur l'explosion du 4 août 2020, qui a tué plus de 200 personnes et dévasté des pans entiers de Beyrouth, a peu progressé en raison de l'opposition de puissantes factions politiques.

Les tensions autour de l'enquête sur l'explosion meurtrière dans le port de Beyrouth ont donné lieu jeudi aux pires violences dans la capitale libanaise depuis plus de dix ans, six chiites ayant été abattus lors d'une manifestation au cours d'une journée ravivant le souvenir de la guerre civile de 1975-1990.

Des échanges de coups de feu ont été entendus pendant plusieurs heures, provoquant des mouvements de panique à Tayouneh, là même où passait l'ancienne ligne de front entre quartiers chiites et chrétiens lors de la guerre civile dont le Hezbollah et les Forces libanaises (FL) furent deux acteurs majeurs.

(Reportage Suleiman al-Khalidi, version française Matthieu Protard)


© Reuters 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie & Forex"
03:00JO de Pékin-La GB envisage un boycott ministériel-Telegraph
RE
02:01Le Japon revoit à la baisse son PIB du T3
RE
01:39Reprise des discussions sur le nucléaire iranien jeudi, la France découragée
RE
01:05Nestlé va céder sa participation dans L'Oréal pour un montant de 10 milliards de dollars.
ZR
00:57La banque centrale d'Australie voit un potentiel dans la monnaie numérique de gros.
ZR
00:51JO de Pékin-L'Australie n'enverra pas de représentants officiels-Premier ministre
RE
00:30Coronavirus-Un nouveau couvre-feu instauré en Martinique
RE
07/12Ukraine-Poutine et Biden conviennent de consultations sur les "questions sensibles"-Kremlin
RE
07/12DEVISES : le $ profite peu de l'accord sur le déficit fédéral
CF
07/12BOURSE DE WALL STREET : Wall Street finit en forte hausse, portée par les "tech"
RE
Dernières actualités "Economie & Forex"