Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Publicité
Du même auteur
Plus d'articles

Luxe : de quoi le "cluster chinois" est-il le nom ?

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
2
14/01/2019 | 11:09

Le ralentissement de la dynamique de l'économie chinoise est l'une des thématiques importantes de l'année 2019. Elle crée des interrogations sur l'univers du Luxe, puisque les Chinois pèsent quasiment le tiers du marché, en additionnant les achats qu'ils réalisent chez eux mais aussi lors de leurs voyages à l'étranger. En quelques tableaux, voici un état des lieux de la situation.


Pour bien comprendre la consommation chinoise de luxe, il faut commencer par se demander où sont réalisés les achats. Grâce aux données récoltées par l'UBS Evidence Lab, on sait que le consommateur chinois n'achète que 32% de ses produits de luxe étrangers à l'intérieur des frontières "continentales" de son pays. Il se fournit aussi largement à Hong Kong (22%) et au gré de ses voyages vers des horizons plus lointains, comme au Japon (10% des dépenses) ou en France (8%), mais seulement lorsqu'il peut accéder aux magasins des Champs Elysées. 
Proportion des dépenses de luxe chinoises par régions, sur les 12 derniers mois (Source UBS – Cliquer pour agrandir)
 
Chez Jefferies, les analystes ont cherché à estimer la part de chiffre d'affaires réalisée par les grandes marques avec le "Cluster Chinois". Cela dépasse 40% pour Bottega Veneta (Kering) ou Burberry mais atteint ou dépasse 30% pour Louis Vuitton, Christian Dior Couture, Céline et Fendi, quatre marques de LVMH. Brunello Cucinelli est moins exposé. La part précise de chiffre d'affaires d'Hermès réalisée en Chine n'est malheureusement pas précisée dans le tableau dressé par l'analyste. Le sellier est assez discret sur la sous-répartition régionale de son activité. On sait que 48% de ses revenus 2017 étaient issus d'Asie-Pacifique, dont 13% au Japon et 35% dans les autres pays, dont la Chine. Dans le tableau qui suit, le bloc de gauche agrège les grandes marques LVMH, celui du milieu celles de Kering et celui de droite les autres acteurs.
 L'exposition des grandes marques au "Cluster Chinois" (Source Jefferies – Cliquer pour agrandir)
 
Pour terminer, un sondage réalisé périodiquement par UBS sur les marques préférées des Chinois. En décembre 2018, Hermès dominait toujours largement les débats, devant Balenciaga et Chanel.
Les marques préférées des Chinois, en nombre de citations (Source UBS – Cliquer pour agrandir)

Anthony Bondain
© Zonebourse.com 2019
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
2
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader