1er mars (Reuters) - Emmanuel Macron a exprimé sa "profonde indignation" et sa "ferme réprobation" après que des civils palestiniens ont été tués jeudi dans la bande de Gaza lors d'une distribution d'aide humanitaire, le président français réclamant que la "vérité" soit faite sur cet incident.

Les autorités sanitaires de l'enclave palestinienne, assiégée depuis près de cinq mois par l'armée israélienne en représailles à l'attaque du Hamas du 7 octobre, ont accusé les soldats de Tsahal d'avoir ouvert le feu sur la population, faisant plus de 100 morts et 280 blessés. Israël a démenti.

"Profonde indignation face aux images qui nous parviennent de Gaza où des civils ont été pris pour cible par des soldats israéliens", a écrit Emmanuel Macron sur le réseau social X dans la nuit de jeudi à vendredi.

"J'exprime ma plus ferme réprobation envers ces tirs et demande la vérité, la justice et le respect du droit international", a-t-il ajouté.

Evoquant une situation "dramatique" dans la bande de Gaza, le président français a rappelé que "toutes les populations civiles doivent être protégées". "Un cessez-le-feu doit être mis en place immédiatement pour permettre à l'aide humanitaire d'être distribuée".

Plus tôt, le ministère français des Affaires étrangères a demandé que la lumière soit faite sur les informations faisant étant de la mort de dizaines de civils gazaouis lors d'une distribution d'aide dans l'enclave.

Le dernier bilan des autorités sanitaires de la bande de Gaza fait état de plus de 30.000 tués et plus de 70.400 blessés depuis le début de l'offensive israélienne, qui a ravagé l'enclave, déplacé plus de la moitié des 2,3 millions d'habitants et provoqué une catastrophe humanitaire. (Rédigé par Jean Terzian)