"Nvidia, c'est bien-sûr la quatrième capitalisation boursière mondiale, devant Alphabet (Google) et Amazon. Mais c'est surtout le baromètre du marché et pas seulement pour l'IA. La bonne nouvelle, c'est que le spécialiste des semi-conducteurs n'a pas déçu avec ses solides résultats pour le quatrième trimestre ", introduit Christopher Dembik, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet AM. Depuis déjà plusieurs mois, les marchés se réduisent à seulement quelques thématiques, comme la croissance, l'inflation et surtout Nvidia, insiste le gérant.

"Dans un marché où les performances sont concentrées, chaque mouvement du cours de l'action de Nvidia a un impact direct sur le S&P500 mais aussi sur tous les autres segments du marché, jusqu'au crédit européen, comme on l'a vu ces dernières semaines", poursuit Pictet AM.

Pour Christopher Dembik, Nvidia continue de profiter de sa position dominante sur le segment des cartes graphiques qui sont les plus performantes pour être moteur d'IA (entraînement et inférences). Cela booste les ventes, évidemment. Certains craignent que Nvidia puisse connaître le même sort que Cisco à la fin des années 1990 et qu'il se fasse disrupter par un nouvel entrant. C'est toujours une possibilité, évidemment. Mais, dans l'immédiat, l'horizon est dégagé".