Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Sociétés  >  Toute l'info

Actualités : Sociétés
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs

Où placer son argent en 2020 ?

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
18/10/2019 | 15:06

Tout le monde se pose toujours la question de savoir où placer son épargne. Alors que les investissements les plus sécurisés ne rapportent plus rien… et ne sont pas forcément sans risque, la réponse est encore plus difficile. Si vous en avez assez du Livret A ou de l'Assurance-vie, Zonebourse vous apporte la solution.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Cette phrase accompagne en France toute promotion d'un produit financier, pour que l'investisseur garde à l'esprit que le parcours d'un actif est soumis à certains aléas qui rendent les performances incertaines. Généralement, plus le rendement est attractif, plus le risque est élevé.

Les actions entrent dans la catégorie des actifs plutôt risqués. Un placement monétaire est plus sûr qu'un placement obligataire à notation élevée, qui lui-même est plus sûr qu'un placement en actions. Les matières premières et l'immobilier font aussi partie de la liste classique des placements, avec des atouts et des inconvénients propres. La plupart des matières première sont volatiles, donc risquée, tandis que l'immobilier apparaît moins risqué, mais s'avère moins souple.

Les actions, le meilleur placement

L'avantage des actions, c'est qu'elles offrent le meilleur couple risque / rendement possible avec un tel degré de liquidité et des frais aussi faibles. La statistique généralement citée à l'appui de cette affirmation est la hausse moyenne de l'indice phare américain, le S&P500, entre 1957 et 2018 : près de 8% par an (7,55% en incluant l'inflation et les dividendes). Sur la période plus récente (1998 à 2018), la performance annualisée est un peu moins élevée : 6,16% (5,90% avec l'inflation et les dividendes), mais elle intègre deux krachs majeurs : la bulle internet et la crise des subprimes. Pour le CAC40 sur les 20 dernières années, le rendement annuel atteint 5,45% dividendes réinvestis, malgré les deux mêmes crises.

Cette solide tenue des actions dans le temps est souvent reléguée au second plan par la frénésie médiatique entourant les krachs boursiers, ces événements brutaux qui secouent les cycles économiques à intervalles plus ou moins réguliers. L'être humain a un goût prononcé pour la dislocation des systèmes.

Pour autant, les économies des actionnaires de long terme sont préservées des remous boursiers. Il est prouvé qu'il est nettement plus judicieux de rester positionné quand les marchés tanguent que de capituler en pleine tempête et de revenir trop tard, sauf à souscrire au mythe de l'investisseur parfait, celui qui vendrait au plus haut et se repositionnerait au plus bas. Le problème, c'est qu'il n'existe pas.

La panique est mauvaise conseillère

Pour se persuader de l'intérêt de rester investi sur le long terme, observons un modèle éprouvé. La banque américaine Charles Schwab a simulé l'épargne accumulée par trois types d'investisseurs sur la période 1978 à 2017. Chacun commence à placer de l'argent au début de sa carrière (10% de ses revenus annuels, évalués à 18 580 USD à l'époque), d'abord avec une allocation risquée (100% actions) puis progressivement avec une allocation plus conservatrice (pour terminer au bout de 30 ans avec 60% d'actions, 5% de cash et 35% d'obligations).

Trois profils, trois performances boursières différentes (Zonebourse d'après Charles Schwab)

Le profil A (en vert) a toujours investi une proportion égale de son salaire, quelles que soient les circonstances. Il a accumulé 1,19 M$ in fine avec son portefeuille. Le profil B (en rouge) est resté discipliné jusqu'en 2008, lorsqu'il a retiré ses billes. Il a continué à épargner 10% de son salaire, mais sans l'investir. Son bilan final est de 0,557 M$. Le profil C (en bleu) a retiré son argent après chaque année de rendement négatif, puis l'a réinvesti à chaque fois après s'être assuré de deux ans de hausses. Il a continué à épargner 10% de son salaire et se retrouve avec un portefeuille de 0,762 M$. Moralité ? Rester investi, même en marché baissier, est la stratégie la plus pertinente, et de loin. "Rester positionné, c'est mauvais pour vos nerfs mais c'est bon pour votre portefeuille", résume Charles Schwab.

Des outils pour investir en 2020

Il ne suffit évidemment pas de prendre des positions à la légère pour bonifier son épargne. Il faut aussi être sélectif et se positionner sur des dossiers offrant de solides perspectives de long terme. Pour les trouver, les outils de sélection Surperformance développés par Zonebourse vous ouvrent accès à la totalité de la cote mondiale, avec un système synthétique de recherche et d'identification des meilleures opportunités, de classement et de gestion de l'exposition.

A l'heure où les fonds en euro sont moribonds, l'investissement en actions reste le meilleur placement pour l'épargnent de long terme.

 
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
CAC 40 -1.57%4154.58 Cours en temps réel.-26.46%
DJ INDUSTRIAL -1.69%21052.53 Cours en différé.-24.97%
NASDAQ 100 -1.41%7528.113802 Cours en différé.-10.53%
NASDAQ COMP. -1.53%7373.08309 Cours en différé.-14.18%
S&P 500 -1.51%2488.65 Cours en différé.-22.97%

La Rédaction
© Zonebourse.com 2019
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Sociétés"
06:46Quibi lance son service de streaming nomade en plein confinement
AW
00:02Le PDG d'Axa veut un mécanisme mutualisé pour créer un "régime d'assurance
AW
00:02L'Etat apportera les moyens financiers pour éviter le "naufrage" de l'économie
AW
04/04VIRUS : plus de 7.500 morts en France, pas de relâchement malgré les vacances
AW
04/04CORONAVIRUS : Fedex mis en demeure par l'Inspection du travail pour son hub de
AW
04/04USA : 5,4 mrd USD de prêts sollicités par les PME dans le cadre du plan d'urgence
AW
04/04VIRUS : grands moyens pour tuer toute velléité de départ en vacances
AW
04/04CORONAVIRUS : le principal sponsor des Girondins suspend provisoirement son
AW
04/04FRANCE : feu vert à un essai clinique avec du sang de ver marin pour malades du
AW
04/04VIRUS : contrôles renforcés et locations interdites en France pour éviter les
AW
Dernières actualités "Sociétés"