Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Indices & Marchés

Actualités : Toute l'info
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

Bourse de Paris : Paris progresse mollement

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
10/08/2020 | 18:16

Paris (awp/afp) - La Bourse de Paris a gagné 0,41% dans un marché calme lundi, se contentant de la publication des décrets de Donald Trump pour aider les Américains touchés par les répercussions de la pandémie de Covid-19.

L'indice CAC 40 a avancé de 19,99 points à 4.909,51 points, dans un volume d'échanges une nouvelle fois faible, de 2,1 milliards d'euros. Vendredi, il avait conclu une semaine positive sur une légère hausse de 0,09%.

La séance "n'est pas représentative d'une tendance", estime auprès de l'AFP Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

Le CAC a été tiré vers le haut par des valeurs cycliques, les plus sensibles à la conjoncture et touchées par les effets de la pandémie, mais "il n'y a pas eu d'annonce spécifique sur le front de la maladie ou de la recherche" pour soutenir le mouvement, poursuit M. Baradez.

La séance a été marquée par les quatre décrets signés par Donald Trump pendant le week-end et censés aider les Américains au chômage ou menacés d'expulsion de leurs logements à cause de la pandémie.

"A court terme, l'effet est positif car les décrets ont pu débloquer quelques craintes", selon le spécialiste. Les négociations sur les nouvelles mesures s'éternisaient au Congrès alors que les premières mesures d'aide de l'État fédéral se sont arrêtées le 31 juillet.

Toutefois, "à moyen terme, il y a un risque de bataille juridique", pointe M. Baradez, car c'est au Congrès que la constitution américaine confie la plupart des décisions budgétaires du pays.

Les effets de la pandémie, qui a fait au moins 731.518 morts dans le monde selon un bilan AFP, continuent d'être ressentis alors que de nombreux pays craignent une résurgence des contaminations.

Le port du masque est devenu obligatoire lundi matin dans certains quartiers très fréquentés de Paris, après des mesures similaires à Bruxelles et Madrid.

En France, la reprise économique s'est poursuivie au mois de juillet mais l'activité reste à un niveau inférieur à la normale, a confirmé une étude publiée par la Banque de France.

Mesures de rétorsion

Les investisseurs ont suivi par ailleurs les relations de plus en plus tendues entre les Etats-Unis et la Chine.

Pékin a annoncé lundi des sanctions à l'encontre de 11 responsables américains, dont les sénateurs Marco Rubio et Ted Cruz, en représailles à des mesures similaires de Washington contre des responsables chinois accusés de saper l'autonomie de Hong Kong.

Les mesures de rétorsion "restent symboliques", mais les tensions persistantes "pourraient peser sur les valeurs technologiques américaines", moteurs du rebond des marchés mondiaux, selon M. Baradez.

Sur le plan des valeurs, les plus sensibles à la conjoncture et touchées par la crise se sont un peu ressaisies.

C'est le cas de l'automobile, avec Renault qui a gagné 5,80% à 24,08 euros, revenant presque à son niveau d'avant le 30 juillet et la publication de ses résultats semestriels marqués par une perte record.

L'aéronautique, avec Airbus en progression de 3,98% à 72,06 euros, les matières premières avec ArcelorMittal (+4,86% à 10,29 euros) ou la foncière Unibail-Rodamco-Westfield, qui a avancé de 4,31% à 44,27 euros, en ont également profité.

Le groupe hôtelier Accor a avancé de 4,41% à 23,69 euros lundi à la suite de l'annonce dimanche d'un partenariat avec l'Arabie saoudite pour l'exploitation d'un complexe hôtelier dans le cadre du projet touristique d'Al-Ula (nord-ouest).

Le secteur du luxe a souffert pour sa part, avec Hermès qui a reculé de 1,36% à 683,40 euros ou Kering qui a cédé 0,67% à 482,10 euros.

Alstom a lâché 1,14% à 46,79 euros. Le constructeur ferroviaire français, qui a reçu le 31 juillet le feu vert de Bruxelles pour le rachat de Bombardier Transport, a déploré lundi les difficultés "non prévues" auxquelles fait face la branche ferroviaire du groupe canadien et a annoncé vouloir "en tenir compte (...) lors des discussions à venir".

fs/pn/eb

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ACCOR 0.61%23.06 Cours en temps réel.-45.03%
AIRBUS SE -2.98%59.96 Cours en temps réel.-52.64%
ALSTOM 0.28%43.28 Cours en temps réel.2.15%
ARCELORMITTAL -2.13%10.29 Cours en différé.-32.77%
BOMBARDIER INC. -4.00%0.36 Cours en différé.-81.35%
CAC 40 -0.62%4771.07 Cours en temps réel.-20.16%
KERING SA -1.25%570.4 Cours en temps réel.-1.28%
RENAULT -0.83%21.965 Cours en temps réel.-47.45%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Marchés"
09:46BOURSE DE PARIS : Paris chute de 0,84% en raison des craintes sanitaires
AW
09:35Bourse Zurich: ouverture en nette baisse jeudi
AW
09:33BOURSE DE LONDRES : Londres à la peine dans le sillage de Wall Street
AW
09:19BOURSE DE FRANCFORT : Francfort recule face à la progression de la pandémie (-0,83%)
AW
09:17Les valeurs à suivre aujourd'hui à Paris Jeudi 24 septembre 2020
AO
08:59BOURSE DE PARIS : Les valeurs à suivre à Paris et en Europe
RE
08:46Bourse Zurich: ouverture attendue en nette baisse jeudi
AW
08:40CAC 40 : le trou d'air à Wall Street a fait de dégâts
CF
08:21Wall Street : un nouveau 'sell-off' de très mauvais augure
CF
08:13Nikkei 225 : Tokyo finit en baisse de 1,11%
RE
Dernières actualités "Marchés"