Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Indices & Marchés

Actualités : Toute l'info
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

Bourse de Paris : Paris recule, échaudée par Donald Trump

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
07/08/2020 | 09:56

Paris (awp/afp) - La Bourse de Paris évoluait en baisse vendredi peu après l'ouverture (-0,23%), affectée par une nouvelle annonce tonitruante de Donald Trump, cette fois au sujet des plateformes Tiktok et WeChat, dans un contexte de statistiques économiques mondiales relativement favorables.

L'indice CAC 40 perdait 11,03 points à 4.874,10 points vers 09H30 (07H30 GMT). La veille il avait clôturé en baisse de 0,98%, pour l'heure sa seule séance de recul de la semaine, handicapé notamment par des résultats du secteur bancaire.

Wall Street a clôturé de son côté en hausse jeudi, l'indice Nasdaq atteignant un nouveau record à 11.108,07 points (+1,00%), le Dow Jones prenant 0,68%, et l'indice élargi S&P 500 s'appréciant de 0,64%. Quelques heures avant une nouvelle sortie de Donald Trump.

Le président américain a encore fait monter la pression jeudi contre le populaire réseau social TikTok, ainsi que la plateforme chinoise WeChat, de nature à envenimer les tensions avec la Chine.

M. Trump a signé un décret interdisant, d'ici 45 jours, toute transaction "des personnes sous juridiction américaine" avec ByteDance, la maison-mère chinoise de TikTok. Une mesure du même ordre a été prise pour la plateforme WeChat, qui appartient au géant chinois Tencent. Ce groupe chutait lourdement à la Bourse de Hong Kong vendredi.

Guerre froide

Ces annonces, qui faisaient nettement reculer les places asiatiques, "visent à endiguer la puissance émergente chinoise dans la tech et à faire monter d'un cran la guerre froide que se livrent les deux pays", d'où la crainte des investisseurs vendredi, décrypte David Madden, analyste chez CMC Markets.

Pékin a dénoncé en retour vendredi "une manipulation et une répression politiques" des Etats-Unis.

Toutefois, une salve d'indicateurs macroéconomiques publiés vendredi à travers le monde permettaient à certains de voir le verre à moitié plein.

En Europe, la production industrielle allemande a rebondi de 8,9% et les exportations ont augmenté de 14,9% en juin dans le pays. La production industrielle française a pour sa part continué de rebondir (+12,7%) en juin mais le déficit commercial s'est fortement creusé au deuxième trimestre du fait du Covid-19.

Un peu plus tôt vendredi, les exportations chinoises ont été annoncées en hausse de 7,2% en juillet sur un an, soit leur plus forte hausse depuis le début de l'année.

Statistique traditionnellement très attendue par les marchés et encore davantage en période de pandémie, les chiffres mensuels de l'emploi et du taux de chômage aux Etats-Unis seront publiés plus tard en séance.

"Un chiffre moins élevé qu'attendu pourrait augmenter les chances d'avoir un nouveau stimulus budgétaire, et un chiffre plus élevé qu'attendu pourrait faire penser que la reprise économique est solide", analyse Ipek Ozkardeskaya, analyste senior pour Swissquote Bank.

La pandémie continuait de son côté sa course alarmante: plus de 2.000 morts en 24h aux Etats-Unis, la barre du million de cas dépassée en Afrique et celle des deux millions de cas en Inde.

Parmi les valeurs du jour, Airbus perdait 0,88% à 67,73 euros. Le groupe a annoncé jeudi avoir enregistré presque autant d'annulations que de nouvelles commandes au cours des sept premiers mois de l'année, avec 302 annulations pour 369 avions en commandes nettes au 31 juillet.

Le producteur d'hydrocarbures Maurel & Prom (-1,25% à 1,74 euros) a annoncé vendredi être tombé dans le rouge avec une lourde perte au premier semestre en raison de la chute des cours du brut, qui l'a aussi contraint à passer d'importantes dépréciations.

L'opérateur luxembourgeois de satellites SES avançait de 3,05% à 6,42 euros. Le groupe a revu ses objectifs en légère baisse pour l'année en cours, afin de tenir compte des conséquences de la pandémie de coronavirus en cours, après un premier semestre qui a vu son bénéfice net se réduire de moitié.

alb/vac/nth

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
AIRBUS SE -3.73%61.68 Cours en temps réel.-50.88%
CAC 40 0.05%4794.9 Cours en temps réel.-16.73%
DJ INDUSTRIAL -1.84%27147.7 Cours en différé.-4.87%
NASDAQ 100 0.40%10980.219627 Cours en différé.25.24%
NASDAQ COMP. -0.13%10778.79817 Cours en différé.20.29%
S&P 500 -1.16%3281.06 Cours en différé.2.75%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Marchés"
10:09Bourse de Francfort: le Dax rebondit (+0,88%)
AW
09:50Coronavirus-Boris Johnson va reconfiner partiellement le Royaume-Uni
RE
09:45BOURSE DE LONDRES : Londres retrouve des couleurs avant de nouvelles restrictions
AW
09:42BOURSE DE PARIS : Après la douche froide lundi, la Bourse de Paris remonte timidement de 0,23%
AW
09:31Bourse Zurich: rebond confirmé à l'ouverture, le SMI au-dessus de 10'400 points
AW
09:05BOURSE DE PARIS : Les valeurs à suivre à Paris et en Europe
RE
09:02Les valeurs à suivre mardi 22 septembre 2020 à Paris -
AO
08:46Bourse Zurich: rebond attendu après un lundi noir, volatilité au plus haut
AW
08:38CAC 40 : Wall Street encourage un timide rebond
CF
08:38Marché : après la correction, petit redressement en vue
CF
Dernières actualités "Marchés"