Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Pegasus-Le Maroc dit qu'il va enquêter sur des "accusations infondées"

21/07/2021 | 22:40
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

TUNIS, 21 juillet (Reuters) - Le parquet général marocain a déclaré mercredi qu'il allait enquêter sur ce qu'il a décrit comme des "accusations infondées" selon lesquelles le Maroc a utilisé le logiciel Pegasus de la firme israélienne NSO à des fins d'espionnage, a rapporté la presse officielle.

D'après Le Monde et Radio France, qui ont mené avec d'autres organes de presse à travers le monde une enquête appuyée par des documents fournis par Amnesty International, les services de renseignement marocains ont notamment ciblé en 2019 le président français Emmanuel Macron et son Premier ministre de l'époque, Edouard Philippe, en vue d'une surveillance de leurs téléphones en utilisant Pegasus.

La justice française a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête suite à ces révélations.

On ne sait pas dans l'immédiat si Emmanuel Macron et l'ancien chef du gouvernement français ont effectivement été espionnés.

Dans un communiqué relayé mercredi par l'agence de presse MAP, le parquet général marocain estime que les informations de presse incluent "de graves accusations et allégations" qui "nuisent aux plus hauts intérêts du royaume".

Plus tôt dans la journée, le gouvernement marocain a accusé les médias d'"attaques haineuses" pour le traitement du dossier Pegasus, avec l'objectif selon lui de mettre Rabat "sous leur contrôle", et a demandé des preuves matérielles pour étayer les accusations à son encontre.

NSO a rejeté dimanche les accusations le visant, assurant que son logiciel était destiné seulement aux agences gouvernementales afin de les aider à lutter contre la criminalité et le terrorisme. (Reportage Angus McDowall; version française Jean Terzian)


© Reuters 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie & Forex"
14:15Italie-Des hackers bloquent une plateforme de rendez-vous de vaccination Covid
RE
11:46Afghanistan-Les taliban tirent des roquettes sur l'aéroport de Kandahar
RE
11:00Des régions de Suisse à nouveau copieusement arrosées
AW
09:59France/Auto-Le CCFA moins optimiste sur la reprise du marché en 2021
RE
09:59France-le marché automobile risque d'avoir du mal a atteindre la croissance de 9% environ visée jusqu'ici pour 2021-ccfa-pfa
RE
09:57Agé de 100 ans, un ancien gardien de camp nazi bientôt jugé en Allemagne-Presse
RE
08:01Afghanistan-Les taliban tirent des roquettes sur l'aéroport de Kandahar
RE
07:26Revue de presse du dimanche 1er août 2021
AW
06:26USA-Fin de l'interdiction de procéder à des expulsions locatives à cause du coronavirus
RE
05:46Birmanie-Le chef de la junte promet des élections, se dit prêt à coopérer avec l'Asean
RE
Dernières actualités "Economie & Forex"