Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Jordan
Dufee

Analyste

63
Publicité
Du même auteur
Plus d'articles

Pétrole : Que faut-il retenir de la dernière réunion de l’OPEP+ ?

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
3
03/07/2019 | 10:26

Le niveau des prix pétroliers demeure dans une grande partie lié aux interactions géopolitiques entre pays producteurs, qu’ils soient membres de l’OPEP ou non, et le reste du monde. A ce titre, les sanctions américaines prises à l’encontre de l’Iran, ou encore le déclin économique du Venezuela reflètent parfaitement cette réalité économique. Cette politisation croissante des marchés pétroliers confère un rôle de premier plan à l’Organisation des Pays Producteurs de Pétrole, qui ne porte plus à elle seule le rôle de régulateur. Le cartel s'allie à d'autres pays producteurs, dont la Russie, qui jouit d'un rôle centrale au sein de cette alliance élargie appelée OPEP+. A ce titre, Moscou a complètement rythmé le dernier sommet de l'OPEP+, attestant la suprématie russe au sein de la politique du cartel.

Ce qu'il faut retenir dans les grandes lignes : 
 
- L'alliance élargie prolonge les quotas de productions jusqu'au 31 mars 2020, soit un allongement de 9 mois. 
- Les restrictions de production demeurent inchangées à 1,2 mbj. 
- Une "charte de coopération" a été signée permettant de renforcer la coopération de l'OPEP avec d'autres pays producteurs, Russie en tête. 
- La prochaine réunion du cartel se tiendra le 6 décembre 2019.

Un rappel sur l’Organisation des pays exportateurs de pétrole

Crée en 1960 lors de la conférence de Bagdad, les premières missions de l’OPEP (formé par 5 pays : l’Arabie Saoudite, l’Iran, l’Irak, le Koweït et le Venezuela) se limitent à un meilleur contrôle des recettes pétrolières perçues par ses membres. Dès les décennies suivantes, les vagues de nationalisation de l’industrie pétrolière, couplées à une augmentation du nombre de membres et à une plus grande volatilité des cours pétroliers ont rapidement donné un rôle de premier plan au cartel.

Aujourd’hui, l’Institution intergouvernementale qui siège à Vienne compte 14 membres. En plus des membres fondateurs, l’OPEP compte donc dans ses rangs l’Algérie, l’Angola, les Emirats arabes unis, l’Equateur, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la Libye, le Nigeria et le Congo. 
 

 
Un rôle de swing producer …

Avec une production cumulée avoisinant 30% de la production mondiale, pour un contrôle de près de 70% des réserves mondiales de pétrole, l’OPEP s’impose comme le producteur d’appoint, ou « swing producer » des marchés pétroliers. Dit autrement, le cartel, avec en tête de liste l’Arabie Saoudite, dispose d’un poids suffisamment significatif pour affecter le prix du baril en ajustant sa production. L’OPEP a donc pour mission de répondre aux déséquilibres entre l’offre et la demande dans le but de garantir d’une part une stabilité des prix et d’autre part un prix rémunérateur à ses membres. In fine, l’intérêt demeure de limiter la volatilité des cours qui constitue à la fois un fléau pour les équilibres budgétaires des pays producteurs, mais aussi un sérieux frein aux investissements de la filière pétrolière.

… qui s’effrite avec l’essor des hydrocarbures non-conventionnels …

Si le cartel a su, avec plus ou moins de réussite, remplir cette tâche de régulateur, l’essor fulgurant du pétrole de schiste américain remet sérieusement en cause son influence. Beaucoup plus flexibles face à la demande grâce à un cycle d’investissement et de production significativement plus court, les producteurs américains de pétrole de schiste prennent des parts de marché à l’OPEP. Preuve en est, les Etats-Unis tendent à devenir un exportateur net de pétrole.

Face à une demande en berne et l’essor de la production US, l’OPEP perd des parts de marché

Répondant à une logique de suprématie énergétique, les Etats-Unis sont devenus le premier producteur mondial de pétrole, devant la Russie et l’Arabie Saoudite. En dépit de problèmes de rentabilité qui gangrène l’industrie américaine, les progrès technologiques, améliorant constamment le procédé de fracturation hydraulique, ont permis aux producteurs américains de multiplier leur production par deux depuis 2009, à plus de 12 millions de barils par jour.

Cette nouvelle concurrence a poussé l’OPEP à revoir radicalement sa stratégie. Si dans un premier temps, la priorité était à la défense de ses parts de marché face à l’essor de la production US (poussant les prix à la baisse en 2014 jusqu’à 25 USD le baril), le cartel s’est allié pour la première fois à des pays non membres de l’organisation, dont la Russie, pour enrayer la chute des cours via la mise en place de quotas de production.

Le rôle de producteur d’appoint n’est donc plus porté intégralement par l’OPEP. S’il s’agit d’un aveu d’échec pour le cartel, qui ne peut réguler à lui seul les marchés pétroliers, il paraît évident que cette alliance permet à l’OPEP de sauvegarder sa crédibilité, ou du moins ce qu’il en reste. A ce titre, le dernier sommet de l’OPEP et de ses alliés, regroupés sous l’appellation OPEP+, signe la mort de l’OPEP en tant que régulateur. En effet, une « charte de coopération permanente » a été adoptée afin de renforcer la coordination des actions du cartel avec ses alliés, avec en tête la Russie. Ce rapprochement désormais officialisé confère à Moscou une suprématie quasi-complète sur la politique de l’Organisation.

… et des conflits internes.

A cela s’ajoute des divisions internes, qui entachent significativement l’unité du cartel. Au-delà des divergences idéologiques bien ancrées qui compliquent la cohabitation de certains membres, notamment entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, il convient de relever que chaque pays membre ne dispose pas de la même résilience face aux fluctuations du prix du baril.

Plus concrètement, le degré de dépendance aux hydrocarbures ainsi que les prix de revient moyens varient selon les Etats. Difficile dans ce contexte de tendre vers des décisions qui satisfassent pleinement les 14 membres du cartel. Les risques de désaccords sont par conséquent importants.

Néanmoins, à l’issue de la réunion de l’OPEP et de ses partenaires, force est de constater que le cartel parvient à discipliner ses membres. En atteste l’accord voté à l’unanimité pour prolonger les réductions volontaires de production de 1,2 mbj jusqu’au 31 mars 2020, soit une durée de 9 mois
 
 

Jordan Dufee
© Zonebourse.com 2019
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
3
Réagir à cet article
Réagir
Publier
loader
razorfish
Le 03/07/2019 12:43
arrow option
@ Jordan Dufee

Le Qatar s'est retiré de l'OPEP au mois de Janvier.

Sinon, il me semble que la République du Congo fait également partie de l'Organisation. À vérifier...
1
1
  
Jordan Dufee
Le 03/07/2019 13:48
arrow option
Merci pour la correction ! Effectivement, certaines infos dataient sur cet article initialement dédié à la présentation de l'OPEP.

Ici, la composition exacte du cartel :

https://www.opec.org/opec_web/en/about_us/25.htm
1
  
nbelia
Le 03/07/2019 11:08
arrow option
N'importe quoi...
Je cite : "attestant la suprématie russe au sein de la politique du cartel". Euh, juste, les Russes ont souligné qu'un prix du baril à 40 dollars leur suffisait... Donc leur "suprématie" n'a pas eu d'effet, vu qu'ils se sont pliés aux exigences de l'Arabie Saoudite...
Je cite : "une demande de pétrole en berne"... Merci d'utiliser un dictionnaire... "en berne" ? Alors que la demande n'a jamais été aussi forte ? Maîtrisez mieux la langue avant de vous aventurer à écrire...
1
  
2
Jordan Dufee
Le 03/07/2019 14:09
arrow option
Disons qu'il est difficilement envisageable pour l'OPEP de porter à elle-seule le rôle de régulation du marché, qui dépend de plus en plus du soutien de ses alliés pour soutenir les prix . En ce sens, la Russie augmente bel et bien son influence sur les marchés pétroliers.

Concernant la demande, je vous rassure, j'utilise les bons mots. La dynamique de la demande inquiète (guerre commerciale oblige), c'est même la principale préoccupation de l'OPEP ou encore de l'Agence américaine de l'énergie. Je vous glisse ci-dessous un graphique un peu plus explicite.

Enfin, un conseil. Je me doute que vous souhaitez voir les prix pétroliers évoluer à la hausse, avec par effet d'entrainement, l'ensemble du compartiment des parapétrolières. Toutefois, cela ne vous prive nullement de faire preuve d'ouverture d'esprit. Cela justifie encore moins vos différents commentaires méprisants.
3