Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Pierre Moscovici juge sérieux le problème du déficit français

13/09/2014 | 16:33
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
5
PIERRE MOSCOVICI JUGE SÉRIEUX LE PROBLÈME DU DÉFICIT FRANÇAIS

PARIS (Reuters) - Le futur commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, a déclaré samedi que le déficit de la France, revu à 4,4% fin 2014, était "un problème sérieux" qu'il aurait à examiner en tant que gendarme du pacte de stabilité.

Paris pousse en faveur d'une plus grande souplesse sur la question des déficits au sein de la zone euro afin de relancer une croissance atone. Le ministre français des Finances Michel Sapin a annoncé cette semaine que le déficit public avait augmenté en 2014 et que l'objectif de le ramener à 3% du PIB était repoussé à 2017.

La nouvelle trajectoire annoncée par la France, qui a déjà obtenu deux reports pour redresser ses comptes, en 2007 et 2013, n'est pas conforme à ses engagements, a réagi la Commission européenne.

"Les 4,4% de déficit, c'est un problème sérieux, c'est un problème qu'il faut traiter, c'est un problème qu'il m'appartiendra aussi d'examiner", a déclaré samedi Pierre Moscovici sur BFM Business.

Dans le cadre des discussions avec la France, "il faut partir de données objectives", a-t-il ajouté. "Par exemple, Michel Sapin évoque des circonstances exceptionnelles, le rôle de la Commission, c'est de voir si, au regard de nos règles, ces circonstances sont réellement exceptionnelles ou pas."

Pierre Moscovici, prédécesseur de Michel Sapin aux Finances en France, sera sous surveillance à Bruxelles, où il sera le représentant d'un pays jugé peu crédible dans sa lutte contre les déficits.

Il a déjà indiqué qu'il ne donnerait aucune dérogation à Paris sur le respect des règles de redressement de ses finances publiques, tout en précisant qu'il examinerait les efforts entrepris, les économies réalisées et les réformes menées.

"Quand on devient commissaire européen, on reste quelqu'un qui a sa nationalité (...) en même temps, on devient quelqu'un qui défend l'intérêt général européen", a-t-il répété samedi, estimant qu'il lui faudrait "naviguer" entre deux écueils, celui de "l'indulgence excessive" et celui de "l'approche purement punitive".

"UNE ÉPREUVE AU BON SENS DU TERME"

Interrogé sur ce qui allait concrètement changer avec la nomination d'un socialiste français en remplacement du libéral Olli Rehn au poste de commissaire aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici a répondu : "Je ne peux pas vous le dire, là, maintenant, mais je peux vous dire une chose, vous le verrez."

Il a notamment indiqué qu'il souhaitait consacrer du temps à "faire la pédagogie de l'Europe" dans son pays.

Comme tous les autres commissaires, Pierre Moscovici va maintenant subir une audition devant la commission du Parlement européen chargée de son dossier, qui donnera son avis sur ses compétences et son engagement européen.

Cet avis des commissions parlementaires n'est que consultatif mais, par le passé, plusieurs candidats ont dû être remplacés, les députés européens disposant de facto d'un droit de veto puisqu'ils doivent accorder leur confiance à la Commission tout entière lors d'un vote d'investiture.

"Je m'attends à une épreuve, au bon sens du terme", a dit samedi Pierre Moscovici sur BFM Business. "Je veux la réussir, et je veux la réussir bien, je ne veux pas passer ras."

Pour lui, le nouvel exécutif européen a un "rôle historique" à jouer.

"Si cette Commission ne réussit pas à donner de la dynamique économique, à créer de la croissance et de l'emploi (...) à ne pas se contenter du sérieux budgétaire, indispensable mais pas suffisant, alors à ce moment-là, dans cinq ans, ça sera la fin du projet européen", a-t-il estimé.

Invoquant la faible croissance et une inflation au plus bas, Michel Sapin a indiqué que le déficit public français atteindrait 4,4% du PIB fin 2014, au lieu de 3,8% prévu auparavant, soit plus que les 4,1% de 2013, selon la dernière révision par l'Insee.

Le dérapage serait ainsi de plus de 6 milliards d'euros cette année et de plus de 25 milliards en 2015, année où le déficit serait à peine réduit à 4,3%, au lieu des 3% promis auparavant. Il reviendrait sous cette barre fin 2017.

(Chine Labbé)


© Reuters 2014
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
5
Réagir à cet article
gun58 - Il y a 7 ans arrow option
il va manque beaucoup plus que 6 milliards après la chute du
gouvernement prévus pour mardi
1
  
Calculor - Il y a 7 ans arrow option
honte de rien les mecs
1
  
yopsis - Il y a 7 ans arrow option
il faut bien affoler les gents pour leur pompé 10°/° de leur épargne !!!!!
parceque ces ce qui nous atent !!!!!!!

pour la chute du gouvernement ces pas dit .........
1
  
Calculor - Il y a 7 ans arrow option
20 000 euros par mois les commissaires européens ...
1
  
bubu70 - Il y a 7 ans arrow option
Il a une femme jeune ... ...
  
  
  • Publier
    loader
Dernières actualités "Economie & Forex"
08:11FRANCE : hausse confirmée de l'emploi dans le privé au 3e trimestre
AW
07:52Les actions européennes devraient marquer une pause
RE
07:44Le Japon revoit à la baisse son PIB du troisième trimestre
RE
07:17Les actions indiennes ouvrent en hausse avant la décision sur les taux de la banque centrale.
ZR
06:31JAPON : le PIB au 3e trimestre légèrement révisé en baisse
AW
06:05Visa lance un service de conseil sur les crypto-monnaies pour les institutions financières et les commerçants.
ZR
03:48Woodside est convaincu que les actionnaires soutiendront la fusion avec la branche pétrolière de BHP
ZR
03:00JO de Pékin-La GB envisage un boycott ministériel-Telegraph
RE
02:01Le Japon revoit à la baisse son PIB du T3
RE
01:39Reprise des discussions sur le nucléaire iranien jeudi, la France découragée
RE
Dernières actualités "Economie & Forex"