* Wall Street a fini dans le vert vendredi avec Powell en soutien

* Les décisions des grandes banques centrales attendues

* PMI et rapport sur l'emploi américain au menu de la semaine

* Le dollar et les rendements US globalement stables

* L'or au niveau record de 2.111,39 dollars l'once

par Claude Chendjou

PARIS, 4 décembre (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues de nouveau dans le vert lundi dans un contexte d'optimisme sur la baisse des taux d'intérêt des grandes banques centrales, à un peu plus d'une semaine des réunions de la Réserve fédérale américaine (Fed), de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Banque d'Angleterre (BoE).

Dans le prolongement des gains de la semaine dernière, le CAC 40 parisien devrait grignoter 0,06% à l'ouverture, d'après les premières indications disponibles. Le Dax à Francfort pourrait avancer de 0,19%, tandis que le FTSE 100 à Londres pourrait reculer de 0,11%. L'indice EuroStoxx 50 devrait grappiller 0,07%.

En l'absence d'indicateur majeur ou presque pour la séance du jour, l'attentisme devrait dominer et entraîner une certaine volatilité. D'autant que Christine Lagarde, la présidente de la BCE, doit s'exprimer à partir de 14h00 GMT alors que Joachim Nagel, le président de la Bundesbank, a estimé dimanche qu'il était prématuré de crier victoire sur l'inflation.

Les investisseurs sont dans l'attente des indices de l'activité des services prévus mardi en Europe et aux Etats-Unis alors que ceux du secteur manufacturier ont agréablement surpris la semaine dernière, l'activité s'étant moins contractée que prévu en zone euro en novembre.

L'autre grand rendez-vous de la semaine concerne le rapport officiel sur les créations d'emplois, le taux de chômage et les salaires aux Etats-Unis, qui sera publié vendredi, dernière semaine avant la réunion des 12 et 13 décembre de la Fed. La BCE et la BoE rendront leurs décisions de politique monétaire au lendemain de la fin de cette réunion. Celles de la Banque du Canada (Boc) et de la RBA, la banque centrale d'Australie, sont prévues mardi.



A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en hausse vendredi, soutenue par des propos jugés encourageants de Jerome Powell sur le front de l'inflation qui ont poussé le S&P-500 à un niveau de clôture inédit depuis le début de l'année.

L'indice Dow Jones a gagné 0,82%, ou 294,61 points, à 36.245,50 points. Le Standard & Poor's 500, plus large, a pris 26,83 points, soit 0,59% à 4.594,63 points. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 78,81 points (+0,55%) à 14.305,032.

Sur la semaine, le Dow Jones a pris 2,4%, le S&P 500 a avancé de 0,77% et le Nasdaq a gagné 0,38%.

Les risques que la Réserve fédérale américaine ne durcisse trop ses taux d'intérêt et les risques que les taux ne soient pas assez hauts pour ramener l'inflation à sa cible sont actuellement "plus équilibrés", a déclaré vendredi le président de la Fed, Jerome Powell, dans des propos qui mettent aussi l'accent sur la prudence dont devra faire montre la banque centrale pour ses prochaines décisions.

Aux valeurs, Tesla, a cédé 0,5%, les investisseurs jugeant trop élevés les prix de son pick-up électrique Cybertruck, tandis qu'Alibaba a perdu 1,19% après que Morgan Stanley a abaissé sa recommandation.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei a terminé en repli de 0,69% à 33.201,33 points, tandis que le Topix, plus large, a perdu 0,83% à 2.362,65 points. Le principal indice japonais est tombé à un creux de près de trois semaines sur fond d'affermissement du yen qui affecte les entreprises exportatrices comme les constructeurs automobiles.

L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) gagne 0,30%, tiré par les Bourses sud-coréenne et australienne.

En Chine, le SSE Composite de Shanghai reflue de 0,08% et le CSI 300 abandonne 0,47%.

LES VALEURS A SUIVRE EN EUROPE:

CHANGES/TAUX

Le dollar reprend une partie du terrain perdu vendredi à la suite du discours de Jerome Powell, gagnant 0,16% face à un panier de devises de référence.

L'euro recule de 0,08%, à 1,0872 dollar, tandis que la livre sterling s'affiche à 1,2682 dollar (-0,14%).

Dans les cryptomonnaies, le bitcoin a touché pour la première fois en près d'un an la barre symbolique de 40.000 dollars, les traders anticipant l'approbation imminente des fonds bitcoin négociés sur le marché boursier américain.

Dans l'obligataire, le rendement des bons du Trésor américain à dix ans remonte d'environ un point de base, à 4,2357%, après un recul de 13 points vendredi à la suite du discours de Jerome Powell.

Les marchés prévoient désormais avec une probabilité de 70% une baisse des taux de la Fed en mars contre une probabilité d'environ 43% jeudi, selon le baromètre FedWatch de CME Group.



PÉTROLE

Le marché pétrolier, qui a accusé vendredi un repli de plus de 2% en raison du scepticisme des investisseurs quant à la politique de l'Opep+, est de nouveau dans le rouge.

Le Brent reflue de 0,81% à 78,24 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) de 0,73% à 73,53 dollars.

OR

L'or a touché un sommet historique à 2.111,39 dollars à l'entame d'une semaine riche en données économiques qui mettront à l'épreuve les paris des marchés sur des baisses rapides de taux d'intérêt. Vers 06h30 GMT, il s'affiche à 2.085,99 dollars l'once (+0,73%).

PRINCIPAL INDICATEUR ÉCONOMIQUE À L'AGENDA DU 4 DÉCEMBRE: PAYS GMT INDICATEUR PÉRIODE CONSENSUS PRÉCÉDENT EZ 09h30 Indice Sentix dec. -16,4 -18,6 (Rédigé par Claude Chendjou, édité par Zhifan Liu)