Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Franck
Morel

Dirigeant de Zonebourse.com

93
Abonnés
Du même auteur
Plus d'articles

Publications des résultats: gare au retour de bâton

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
16/10/2013 | 17:18

L’Europe, l’Europe… on entend parler que de l’Europe depuis quelques semaines. Les brokers, les analystes, les stratégistes semblent tous miser sur un redressement de l’économie européenne et se focalisent sur les niveaux médians de valorisation, relativement raisonnables, qu’affiche le vieux continent, surtout en comparaison aux autres zones géographiques.

Les flux reviennent sur l'ensemble des marchés européens. Nous avons même observé ces dernières semaines une forte appréciation de sociétés en situation difficile telles que Peugeot, Alcatel ou encore Orange. La hausse des marchés a engendré un regain d’intérêt pour les « recovery » potentielles ce qui confirme un retour de l'appétit pour le risque... ou bien tout simplement un manque d'idées.

Nombreux sont les analystes qui ont revu leurs objectifs de cours à la hausse sur les titres européens qu’ils suivent. Néanmoins, il est intéressant de noter qu’ils n’ont pas revu pour autant leurs estimations de résultats pour les exercices en cours ou suivants. L’immense majorité des révisions de bénéfices demeurent négatives, comme c’est le cas depuis près de 2 ans.

Pour une grande partie de la cote, la hausse des cours observée ces derniers mois s’effectue donc par le biais d’une tension de la valorisation des actions européennes et non par une amélioration de leur situation économique.

Entre d’autres termes, le marché est prêt à payer plus cher qu’avant, une situation pourtant moins bonne.

Pourquoi un tel engouement ? Nous observons une hausse de la prime de risque au profit des actions. Il est clair que les rendements sans risque n’existent plus et il faut bien placer l’épargne. Par ailleurs, le risque systémique européen semble s’être évaporé, incitant les investisseurs étrangers à revenir en zone euro. Alors que les pays émergents ont vu leurs monnaies dévissées et que les Etats Unis se servent de leur dollar comme d’une variable d’ajustement, l’euro semble devenir une monnaie forte aux yeux des institutionnels.

Néanmoins, pour l’heure, la situation micro-économique des entreprises européennes ne s’améliore pas et ce regain d’intérêt pourrait bien être fortement contrarié par les prochaines publications de résultats.

En effet, alors que les publications du troisième trimestre viennent de démarrer en Europe, les déconvenues ont été nombreuses et violentes. En France et en l’espace de trois jours, Nexans, UbiSoft, Vallourec, LVMH, Danone, GL Events et Dassault Systemes ont soit publié des résultats très inférieurs aux attentes, soit effectué des « profit warning » avec à la clé, de très lourds replis.

Nous vous incitons donc vivement à être prudent ces prochaines semaines sur les titres dont les perspectives bénéficiaires ont été revues à la baisse au cours de ces derniers mois, d’autant plus concernant les sociétés qui ont une activité à faible visibilité et/ou qui ont la fâcheuse habitude de publier en dessous des attentes.

Voici la liste des titres français concernés


Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
DANONE -1.80%54.58 Cours en temps réel.-26.14%
DASSAULT SYSTÈMES SE 1.16%152.15 Cours en temps réel.3.82%
GL EVENTS -1.82%10.8 Cours en temps réel.-55.09%
LVMH MOËT HENNESSY - LOUIS VUITTON SE 0.00%374 Cours en temps réel.-9.71%
NEXANS 0.39%46.5 Cours en temps réel.6.92%
ORANGE -0.35%9.704 Cours en temps réel.-26.04%
PEUGEOT SA -0.14%14.39 Cours en temps réel.-32.44%
UBISOFT ENTERTAINMENT -0.09%69.7 Cours en temps réel.13.19%
VALLOUREC -2.45%28.29 Cours en temps réel.-74.85%

Franck Morel
© Zonebourse.com 2013
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
poutine7 - Il y a 6 ans arrow option
Merci pour l'avertissement surtout en cette période d'aveuglement volontaire : accord assuré aux US, économies qui repartent, etc etc
  
  
Gunderic - Il y a 6 ans arrow option
ça veut dire quoi une hausse de la prime de risque au profit des actions ?
  
  
Gunderic - Il y a 6 ans arrow option
au contraire, la prime de risque des actions est en baisse !
  
  
lexium - Il y a 6 ans arrow option
ces baisses ne sont que des opportunites pour se repositionner
  
  
Voir les 4 réponses précédentes
Clownpeste - Il y a 6 ans arrow option
l'économie qui repart.. lundi des patates!! mardi des patates!! mercredi des patates!!jeudi des patates !!vendredi du colin pané!!etc!!etc!!
  
  
alphahunt - Il y a 6 ans arrow option
Le taux sans risque augmente, la prime de risque diminue, bientot nous aurons des taux exiges de rentabilite de 5%!

J'ai note que eBay et Black & Decker ont revise en forte baisse leur perspectives en invoquant le shutdown, bien que n'etant pas directement concernees par le gel du fonctionnement de la Defence, le plus gros departement touche.
L'EPA, qui delivre les permis de forer dans le GoM, va probablement faire des victimes du cote des loueurs de rigs.

On vit une epoque formidable.

Alphahunter
  
  
Gunderic - Il y a 6 ans arrow option
La prime de risque est encore très au-dessus de sa moyenne historique... 5% contre 6,8% actuellement.

En tablant sur une poursuite du processus de retour à la moyenne, cela laisse encore de la marge pour une progression de l'appétit pour les actions...
  
  
Franck Morel - Il y a 6 ans arrow option
@Gunderic : Oui, et c'est justement ce processus qui explique notamment l'appréciation des cours des valeurs européennes plus qu'une amélioration de leurs fondamentaux, qui au contraire, se dégradent pour la majorité des sociétés.

Cela ne veut pas dire pour autant qu'il n'y ait pas d'opportunités ou que nous soyons baissiers, nos portefeuilles investisseurs sont très investis et sur de très bons dossiers.
  
  
Gunderic - Il y a 6 ans arrow option
Les chiffres n'indiquent pas une dégradation des fondamentaux de la majorité des sociétés !

Faut pas confondre dégradation des fondamentaux et révision à la baisse des anticipations de bénéfices de la part des analystes financiers !

ça fait des décennies qu'à chaque début d'année, les analystes financiers font preuve d'un excès d'optimisme pour ensuite au cours de l'année réviser leurs perspectives...

Les investisseurs savent tout ça et l'intègrent dans leurs anticipations !
  
  
  • Publier
    loader