Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs

Réduction de l'approvisionnement en gaz russe : quelles raisons et quel impact ?

17/06/2022 | 15:04

Les prix de référence du gaz européen et britannique sont en passe de gagner plus de 50 % cette semaine après que la Russie a annoncé que la capacité de son gazoduc Nord Stream 1, qui achemine le gaz directement vers l'Allemagne, serait réduite d'environ 60 %, réduisant ainsi considérablement l'approvisionnement en gaz de l'Europe.

Vous trouverez ci-dessous quelques-uns des facteurs expliquant l'impact de l'approvisionnement russe sur les marchés européens du gaz, même ceux qui ne dépendent pas directement du gaz russe.

Quelle quantité de gaz la Russie fournit-elle ?

Historiquement, l'Europe dépend de la Russie pour environ 40 % de son gaz naturel, dont la plupart est acheminé par des gazoducs, notamment Yamal, qui traverse le Belarus et la Pologne jusqu'en Allemagne, ou encore Nord Stream 1, qui va directement en Allemagne, et des gazoducs traversant l'Ukraine. Un réseau de gazoducs d'interconnexion relie les marchés intérieurs du gaz en Europe.

Tous les pays ne reçoivent pas directement du gaz de la Russie, mais si des pays comme l'Allemagne, premier acheteur de gaz russe en Europe, en reçoivent moins, ils doivent combler le manque ailleurs, par exemple en Norvège, ce qui a un effet d'entraînement sur le gaz disponible pour les autres pays.

Par conséquent, les variations de l'approvisionnement russe peuvent entraîner une volatilité des prix du gaz aussi importante en Grande-Bretagne que dans le reste de l'Europe, même si la Grande-Bretagne reçoit généralement moins de 4 % de son gaz de Russie. Une baisse de l'approvisionnement russe signifie que la Norvège, son principal fournisseur, pourrait être moins disponible.

Que se passe-t-il maintenant ?

La Russie a déjà commencé à réduire les flux vers l'Europe au second semestre 2021. Les flux passant par les trois principales routes de gazoducs ont diminué d'environ 20 % par rapport au second semestre 2020.

L'approvisionnement en gaz de l'UE en provenance de Russie a été réduit de plus de moitié par rapport aux valeurs pré-Covid.

Les prix du gaz européen ont grimpé en flèche en 2021, l'offre n'ayant pas réussi à suivre le rythme de la demande stimulée par la reprise après la pandémie de coronavirus.

Malgré la baisse des flux, le principal producteur russe de gaz, Gazprom, a déclaré qu'il remplissait tous ses contrats à long terme, et les entreprises européennes contactées par Reuters l'année dernière ont confirmé que les obligations contractuelles avaient été respectées. La situation a changé après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, une action que Moscou a qualifiée d'"opération spéciale".

Cette année, Moscou a déjà coupé les flux de gaz vers la Bulgarie, la Pologne, la Finlande, le fournisseur danois Orsted, la société néerlandaise Gasterra et Shell pour ses contrats allemands, après qu'ils aient tous rejeté la demande du Kremlin de passer à des paiements en roubles, une mesure en réponse aux sanctions européennes. Plusieurs entreprises, telles que les sociétés allemandes Uniper et RWE et la société italienne Eni, ont effectué des paiements dans le cadre du nouveau système russe et ont continué à recevoir du gaz. Mais de nombreuses entreprises, dont Uniper et RWE, ont vu leur approvisionnement réduit après que la Russie a diminué la capacité du gazoduc Nord Stream 1.

Alors que le Premier ministre italien Mario Draghi a accusé Moscou d'utiliser ses approvisionnements en gaz pour des raisons politiques, la Russie a déclaré que les réductions d'approvisionnement étaient nécessaires en raison du retour tardif d'équipements qui avaient été envoyés en réparation.

Les flux de gaz en provenance de Russie par les trois principaux gazoducs ont chuté de 26 % en juin par rapport à mai pour atteindre une moyenne d'environ 1 771 gigawattheures par jour (GWh/j), selon les données de Refinitiv Eikon. La coupure de Nord Stream a fait grimper en flèche les prix du gaz en Europe et au Royaume-Uni.

Prix des futures à court terme sur le gaz en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas : les prix remontent en flèche après la baisse de l'acheminement de Nord Stream 1.

Qu'en est-il des alternatives ?

L'Union européenne a pour objectif de ne plus dépendre des combustibles fossiles russes d'ici 2027 et a commencé à chercher des solutions de remplacement, notamment en augmentant les importations de gaz naturel liquéfié (GNL) dans le monde.

Les importations de GNL ont augmenté d'environ 58 % au cours des cinq premiers mois de 2022 par rapport aux niveaux de 2021, selon les données de Refinitiv, reflétant une plus grande capacité aux États-Unis et des prix élevés en Europe attirant davantage de cargaisons.

Mais l'Europe a une capacité limitée pour recevoir du GNL et les préoccupations en matière d'approvisionnement se sont encore aggravées après que Freeport LNG, opérateur d'une importante usine d'exportation américaine, a déclaré mardi qu'il lui faudrait au moins 90 jours pour reprendre partiellement ses activités après une explosion la semaine dernière.


© Zonebourse.com 2022
Dernières actualités "Sociétés"
18:24BIC : acquisition en vue de la société AMI
AO
18:24VOLTALIA : plus de 700MW de projets en construction au Brésil
CF
18:21LA FRANÇAISE DES JEUX : Document AMF CP. 2022DD856891
PU
18:21AST GROUPE : Document AMF CP. 2022DD856887
PU
18:21VICAT : Document AMF CP. 2022DD856884
PU
18:21WORLDLINE : Document AMF CP. 2022DD856869
PU
18:21TF1 : Document AMF CP. 2022DD856846
PU
18:21BOUYGUES : Document AMF CP. 2022DD856845
PU
18:21COMPAGNIE DES ALPES : Document AMF CP. 2022DD856843
PU
18:20BIC : vers l'acquisition de la totalité du capital d'AMI
CF
Dernières actualités "Sociétés"