Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Trump donne une "dernière chance" à l'accord sur le nucléaire iranien

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
12/01/2018 | 20:25

(Inclut réactions iranienne et allemande, édité)

WASHINGTON, 12 janvier (Reuters) - Donald Trump a confirmé vendredi, pour la "dernière fois", la suspension des sanctions économiques dont bénéficie l'Iran aux termes de l'accord sur le nucléaire de 2015.

Le président américain a en effet fixé un ultime délai, de 120 jours, pour permettre aux Etats-Unis et à leurs partenaires européens de corriger, a-t-il dit, les "terribles défauts" dont souffre cet accord signé à Vienne le 14 juillet 2015.

Si ces modifications ne sont pas apportées d'ici quatre mois, les Etats-Unis se retireront unilatéralement de l'accord, a expliqué un haut responsable de l'administration américaine.

L'Iran a immédiatement réagi, par la voix de son ministre des Affaires étrangères qui a souligné que l'accord sur son programme nucléaire n'était pas "renégociable".

Dans un message sur son compte Twitter, Mohammad Javad Zarif estime que le président américain ne fait que se livrer "à des tentatives désespérées de saper les fondements d'un accord multilatéral solide".

Depuis son arrivée au pouvoir il y a un an, Donald Trump ne fait pas mystère de son intention de voir annulée cette convention d'encadrement du programme nucléaire iranien, conclue entre l'Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (Chine, France, Royaume-Uni, Etats-Unis et Russie) plus l'Allemagne et l'Union européenne.

Dans un communiqué émis par la Maison blanche, le président américain parle de "dernière chance" et invite les pays européens signataires "à se joindre aux Etats-Unis pour corriger les défauts significatifs dont souffre cet accord, à s'opposer à l'agression iranienne et à soutenir le peuple iranien".

Donald Trump accuse l'Iran de ne pas se conformer aux dispositions du Plan global d'action conjoint (PGAC), dénomination officielle de l'accord de Vienne, et promet de tout faire pour que la République islamique ne puisse jamais acquérir la maîtrise du feu nucléaire.

Fin octobre, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a conclu que l'Iran remplissait les engagements pris dans le cadre de l'accord et que ses inspecteurs ne rencontraient pas de difficultés dans leurs opérations de vérification.

SANCTIONS CIBLÉES

Le Congrès américain oblige le président à redire périodiquement s'il certifie que l'Iran applique l'accord de Vienne et à émettre une dispense pour que les sanctions américaines restent suspendues.

Donald Trump a émis cette dispense vendredi, mais pour la "dernière fois", a-t-on souligné à la Maison blanche.

Le fait nouveau, explique-t-on, est qu'il donne donc au Congrès des Etats-Unis et aux pays européens parties prenantes une date limite pour durcir les termes d'un accord qu'il juge trop favorable envers Téhéran.

L'Allemagne a réagi en disant qu'elle allait "engager des consultations avec ses partenaires européens pour déterminer la marche à suivre".

Dans un communiqué; le ministère allemand des Affaires étrangères rappelle néanmoins que Berlin "continuera à faire campagne pour une mise en oeuvre complète de l'accord sur le nucléaire".

Les partenaires européens des Etats-Unis ont multiplié les pressions ces derniers jours pour convaincre Donald Trump de ne pas torpiller l'accord de Vienne.

Le président français, Emmanuel Macron, a ainsi téléphoné à son homologue américain jeudi pour lui demander de respecter l'accord de Vienne. La Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne et l'Union européenne ont lancé un appel commun.

Tout en maintenant la levée des sanctions économiques, Donald Trump a décidé d'imposer de nouvelles sanctions ciblées contre l'Iran, a-t-on en outre fait savoir vendredi.

Elles visent 14 entités et hommes d'affaires et des personnalités de la République islamique, dont le chef de l'appareil judiciaire, l'ayatollah Sadeq Larijani.

Dans un communiqué, le département du Trésor écrit que ce proche du guide suprême de la Révolution iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei, s'est rendu coupable "de graves violations des droits de l'homme en Iran". (Steve Holland, avec la rédaction de Washington, Gilles Trequesser pour le service français)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
11:49TRIBUNAL PÉNAL FÉDÉRAL : trois Suisses face aux juges pour une fraude en millions
AW
11:19SEARS : Le distributeur américain Sears se déclare en faillite
RE
10:18BREXIT : Un accord reste possible mais cela prendra plus de temps qu'espéré, dit le ministre irlandais des affaires étrangères
RE
10:17L'Europe prudente à l'ouverture, les tensions restent vives
RE
10:01Harry et Meghan attendent un enfant pour le printemps prochain
RE
09:58France-Un remaniement dans les 24 heures, dit Blanquer
RE
09:52Marchés-Hausses de taux et conflits commerciaux pèsent sur les émergents
RE
09:48L'espagnol Cepsa reporte à son tour son introduction en Bourse
RE
09:45Conseil ministériel consacré au budget en Italie avant évaluation à Bruxelles
RE
09:25Réouverture du poste-frontière de Nassib entre la Syrie et la Jordanie
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"
Publicité