Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex
Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

USA-Biden réclame une enquête sur l'entretien Trump-Zelenski

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
21/09/2019 | 21:37

DES MOINES, Iowa, 21 septembre (Reuters) - L'ancien vice-président américain Joe Biden a réclamé samedi une enquête sur les informations de presse selon lesquelles Donald Trump aurait fait pression sur son homologue ukrainien Volodimir Zelenski afin d'obtenir des éléments supposés compromettants sur lui et son fils.

"Cela ressemble à un flagrant abus de pouvoir. Téléphoner à un dirigeant étranger qui cherche à obtenir de l'aide des Etats-Unis et lui demander des informations sur moi et sous-entendre des choses (...). C'est scandaleux", a déclaré avec colère Joe Biden, pour l'instant favori de la course à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2020.

"Trump fait ça parce qu'il sait que je le battrai à plates coutures et il se sert de cet abus de pouvoir et de toutes les attributions de la présidence pour tenter de me calomnier", a poursuivi Joe Biden lors d'un meeting électoral dans l'Iowa.

Selon le Wall Street Journal et d'autres médias américains, Donald Trump aurait pressé Volodimir Zelenski, à quelque huit reprises au cours d'un entretien téléphonique le 25 juillet dernier, d'ouvrir une enquête sur le fils de Joe Biden.

La conversation a été révélée par un lanceur d'alerte appartenant à la communauté américaine du renseignement et fait l'objet d'investigations de la part de trois commissions de la Chambre des représentants, dominée depuis janvier par les démocrates.

Hunter Biden a travaillé à partir de 2014 pour le groupe énergétique ukrainien Burisma Holding et le camp conservateur américain, qui le soupçonne d'actes de corruption, affirme qu'il aurait bénéficié de la protection de son père.

Joe Biden reconnaît qu'il a menacé, lorsqu'il était vice-président, de suspendre l'aide américaine à l'Ukraine si un procureur enquêtant sur Burisma Holding n'était pas limogé.

Mais le gouvernement américain dans son ensemble, ainsi que l'Union européenne et d'autres institutions internationales ont également réclamé à l'époque le départ de ce procureur qu'ils accusaient de ne pas agir suffisamment contre la corruption.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Vadim Pristaïko, a démenti samedi que Donald Trump ait fait pression sur le président ukrainien lors de la conversation du 25 juillet.

Donald Trump, qui doit rencontrer mercredi Zelenski en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, a quant à lui assuré samedi sur Twitter qu'il avait eu une discussion "de routine et parfaitement bonne" avec son homologue ukrainien.

(Amanda Becker, Jonathan Landay Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
HUNTER GROUP ASA 0.53%4.775 Cours en différé.49.69%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
04:05Chine - croissance du pib de 6,0% annualisés au t3, consensus a +6,1%
RE
04:00L'essentiel de l'actualite a 02h00 gmt (18/10)
RE
01:58La Turquie accepte une pause de cinq jours dans son offensive en Syrie
RE
01:21Le secrétaire US à l'Energie démissionnera à la fin de l'année, dit Trump
RE
18/10L'essentiel de l'actualite a 22h00 gmt (17/10)
RE
17/10Aramco repousse son IPO pour rassurer les investisseurs, selon des sources
RE
17/10BLOCKCHAIN : Rapport Financier Semestriel 2019
PU
17/10Renault-deutsche bank abaisse sa recommandation d'achat à conserver, objectif de cours ramené de 75 à 60 euros
RE
17/10Un attentat type "11-Septembre" récemment déjoué en France-Castaner
RE
17/10La livre volatile, ballotée par l'accord fragile sur le Brexit
AW
Dernières actualités "Economie / Forex"