Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

USA: hausse de taux plus rapide après l'été si l'inflation persiste

13/05/2022 | 21:41

Washington (awp/afp) - Une responsable de la banque centrale américaine (Fed) a affirmé vendredi s'attendre à des hausses de taux supérieures à un demi-point dès septembre si l'inflation ne ralentit pas, en avertissant que les mesures nécessaires pourraient faire augmenter le chômage et ralentir la croissance.

"A moins qu'il n'y ait de grosses surprises, je m'attends à ce qu'il soit approprié de relever le taux directeur de 50 points de base supplémentaires (un demi-point de pourcentage, NDLR) à chacune de nos deux prochaines réunions", mi-juin puis fin juillet, a souligné Loretta Mester, présidente de la Fed de Cleveland.

Et si d'ici la réunion de septembre, "l'inflation baisse, alors le rythme de relèvement des taux pourrait ralentir, mais si l'inflation ne s'est pas modérée, alors un rythme plus rapide d'augmentation des taux pourrait être nécessaire", a-t-elle détaillé.

La Fed a commencé à relever ses taux pour ralentir la demande, d'un quart de point de pourcentage en mars, puis d'un demi-point le 4 mai --la plus forte hausse depuis 2000. Les taux directeurs sont désormais compris entre 0,75 et 1,00%.

"Il sera difficile de mener le nécessaire resserrement de la politique monétaire pour maîtriser l'inflation tout en maintenant des conditions saines sur le marché du travail", a par ailleurs averti cette membre votante du comité monétaire de la Fed, dans un discours vidéo lors d'un évènement organisé par la Banque centrale européenne à Francfort (Allemagne).

"La croissance pourrait ralentir un peu plus que prévu pendant quelques trimestres et le taux de chômage pourrait augmenter temporairement", a-t-elle prévenu.

La veille, le président de l'institution monétaire, Jerome Powell, dont le Sénat vient de confirmer la nomination pour un second mandat de quatre ans, avait averti que contrôler l'inflation ne serait pas indolore.

"Cela prendra sans doute du temps de ramener l'inflation à notre objectif à long terme de 2%", a pour sa part ajouté Loretta Mester.

L'inflation, qui avait atteint en mars son plus haut niveau depuis 40 ans, a un peu ralenti en avril aux Etats-Unis mais est restée très élevée, à 8,3% sur un an, selon l'indice CPI.

"J'aurai besoin de voir plusieurs mois de baisse substantielle de l'inflation avant de conclure" qu'elle a "atteint un sommet", a encore dit Mme Mester.

afp/rp


© AWP 2022
Dernières actualités "Taux"
18:58COLUMN - LA BCE A UN GROS PROBLÈME AVEC L'EURO ; LE MARCHÉ DES CHANGES NE PROPOSE AUCUN SOULAGEMENT : McGeever
ZR
18:40ANALYSE - LES CRAINTES DE RÉCESSION PORTENT UN COUP AU RARE GAGNANT DU MARCHÉ 2022 : Les actions énergétiques américaines
ZR
18:04Les étrangers réduisent la dette chinoise et achètent des actions en juin - IIF
ZR
16:15Les marchés émergents affichent la plus longue série de sorties mensuelles de capitaux depuis 2015, selon l'IIF.
ZR
16:13Les offres d'emploi aux États-Unis diminuent moins que prévu en mai
ZR
15:56Alors que le gouvernement canadien dépense, la banque centrale porte le fardeau de maîtriser l'inflation
ZR
15:44Le dollar canadien se renforce, aidé par le calme des marchés mondiaux
ZR
15:37La Bourse ouvre à plat en se concentrant sur les minutes de la réunion de la Fed.
ZR
15:17La livre sterling devrait regagner le terrain perdu au cours de l'année prochaine - sondage Reuters
ZR
14:46EMPRUNT : Nationwide lève 360 millions en deux tranches
AW
Dernières actualités "Taux"