Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

Un amour impossible

14/07/2022 | 17:03

C'est l'histoire d'un amour impossible. Celui d'un prétendant milliardaire toxique, et d'une société mondiale méfiante mais pas indifférente. Comme toute histoire d'amour, il y a des hauts et des bas, des jeux de séduction et des tentatives de découvrir l'autre. Sauf que, lorsque l'autre ne répond parfaitement aux demandes du prétendant, il arrive parfois que celui-ci perde espoir et décide de lâcher l'affaire. C'est l'histoire du rachat échoué de Twitter par Elon Musk.

Voici la chronologie du feuilleton du rachat de Twitter par Elon Musk : 
Je t'aime...

  • Un peu :
    Le 14 mars 2022, Elon Musk acquiert une participation de 5% au capital de Twitter. Il dispose alors d'un délai de 10 jours pour déclarer publiquement sa position. Pourtant il met 21 jours à divulguer sa participation. 21 jours plus tard, le 4 Avril, Musk publie un document à la SEC (régulateur américain) indiquant une prise de position, non pas de 5%, mais de 9,2% dans Twitter, faisant de lui le plus grand actionnaire individuel du réseau social. Résultat ? L'action Twitter grimpe de 27% en une journée. Musk accepte par la suite d'entrer au conseil d'administration.

 

  • Beaucoup
    Le 10 Avril, Musk annonce refuser d'entrer au conseil d'administration, le CEO de Twitter Parag Agrawal disant que "c'est pour le mieux". Seulement 4 jours après, le 14 Avril, Musk annonce sa volonté de racheter le réseau social pour la somme de 43,3 Mds$. Le lendemain, le conseil d'administration dévoile une "pilule empoisonnée", permettant aux actionnaires autres que Musk, d'acquérir de nouvelles parts dans Twitter à un prix dérisoire, ce qui a pour but de diluer la position du milliardaire excentrique. 
  • Passionnément : 
    La semaine suivante, le 21 Avril, Musk dit avoir réuni plus de 46 Mds$ de financement pour l'acquisition de Twitter, et se dit prêt à négocier avec le board. 4 jours après, Twitter accepte l'offre de Musk à 54,20 $ par action, ce qui valorise la compagnie à près de 44 Mds$. Une clause de 1 Md$ est inscrite dans le dossier en cas de rupture du processus d'acquisition par une des parties.

 

  • Attendez une minute, pas tant que ça en fait :
    Elon Musk annonce le 13 mai sur twitter que la transaction est "en pause", en l'attente des chiffres réels de faux comptes et de bots sur le réseau, dont il souhaite qu'ils représentent moins de 5% de tous les comptes. Il se dit cependant toujours décidé à procéder à l'acquisition. 3 jours plus tard, Parag Agrawal déroule une longue liste de tweet concernant le problème des faux comptes. La réponse de Musk ? Un émoji caca. Le lendemain, il persiste et dit que l'acquisition ne peut pas se poursuivre tant qu'il n'a pas les informations nécessaires, au contraire de Twitter qui se dit "déterminé à conclure la transaction au prix et aux conditions convenus aussi rapidement que possible."
  • Plus du tout :
    Le 6 juin, Musk menace désormais de se retirer complètement de l'accord de fusion avec Twitter, car l'entreprise a commis une "violation matérielle évidente" de ses obligations en ne lui fournissant pas les informations concernant les bots et faux-comptes. Dans une lettre rédigée par ses avocats à l'intention des dirigeants de Twitter, on peut lire que "Musk estime que Twitter refuse de manière transparente de se conformer à ses obligations au titre de l'accord de fusion, ce qui renforce les soupçons selon lesquels l'entreprise retient les données demandées". Un mois après, le 8 juillet, Musk indique mettre fin à l'accord d'acquisition à cause d'informations "fausses et trompeuses", estimant que Twitter n'a pas respecté de nombreux engagements. Le président de Twitter Bret Taylor publie le même jour un tweet indiquant qu'il compte bien conclure l'acquisition aux termes signés auparavant, en faisant valoir le dossier auprès de la Cour de Chancellerie du Delaware. Le 12 juillet, Bret Taylor annonce que "Twitter a intenté une action en justice auprès de la Cour de chancellerie du Delaware afin d'obliger Elon Musk à respecter ses obligations contractuelles".

Et comme toute histoire d'amour qui se finit mal, la conclusion se fera devant une cour de justice. Affaire à suivre...


© Zonebourse.com 2022