Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Analyses  >  Briefings quotidiens  >  Morning Meeting

Analyses : Briefings quotidiens

Tous les articlesDécryptagesIndicesTrading ActionsProduits DérivésMatières PremièresDevisesBriefings quotidiensInterviews 
Clôture de TokyoMorning MeetingBriefing de midiPré-ouverture de WallstreetClôture de la Bourse de ParisClôture de Wallstreet

ANALYSE DU CAC 40 À COURT TERME

18/06/2018 | 08:00
Test des 5500 points
CAC 40
Après avoir gagné 1.39% jeudi dernier alors que la BCE a prolongé son programme de rachats d'actifs jusqu'à décembre (au rythme de 15 milliards d'euros par mois à partir de septembre), le CAC40 a subi quelques prises de bénéfices vendredi et clôturé en baisse de 0.48% à 5501 points.
Les opérateurs ont réagi à l'annonce de l'instauration de droits de douane de 25% sur 50 milliards de dollars d'importations chinoises. Pékin, a riposté dans les mêmes proportions, relançant ainsi les craintes d'une escalade des tensions commerciales.

Les indices américains ont également cédé du terrain, le DOW JONES a perdu 0.34% à 25090 points, le S&P500 a cédé 0.11% à 2779 points et le NASDAQ COMPOSITE 0.19%.

Aujourd'hui, le CAC40 devrait ouvrir en baisse de 0.1% et tester dès l'ouverture la zone des 5500 points.
En données horaires, la dynamique est haussière au-dessus des 5500 points, niveau correspondant à la moyenne mobile à 20 heures. Un retour sous cette zone militerait néanmoins pour l'amorce d'une consolidation en direction des 5450 points voire 5410 points par extension.
Négative sous les 5560 avec comme objectif 5450.
Laurent Polsinelli / Copyright (c) 2018 Zonebourse.com

LA CLÔTURE À TOKYO

18/06/2018 | 08:29
Tokyo finit en repli (-0,75%) après un séisme à Osaka
NIKKEI 225
La Bourse de Tokyo a terminé dans le rouge lundi après un séisme dans la région d'Osaka qui a contraint plusieurs groupes à suspendre leurs opérations, tandis que persistaient les inquiétudes face aux tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.
A l'issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 0,75% (-171,42 points) à 22.680,33 points, et l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a reculé de 0,98% (-17,61 points) à 1.771,43 points.
Sur le volet des changes, le dollar valait au même moment 110,48 yens, contre 110,89 yens vendredi à la clôture de la Bourse, et l'euro s'affichait à 128,06 yens, contre 128,16 yens.

LA CLÔTURE À WALL STREET

18/06/2018 | 08:30
Wall Street fragilisée par la crainte d'une guerre commerciale
DOW JONES
NASDAQ
Wall Street a terminé dans le rouge vendredi, la crainte d'une escalade des hostilités commerciales entre la Chine et les Etats-Unis après l'annonce de nouvelles barrières douanières troublant les investisseurs.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a perdu 0,34% à 25.090,48 points.

Le Nasdaq, à forte composante technologique, a reculé de 0,19%, à 7.746,38 points.

L'indice élargi S&P 500 a baissé de 0,11%, à 2.779,42 points.

Sur la semaine, par ailleurs marquée par des indicateurs encourageants sur l'économie des Etats-Unis et l'optimisme de la banque centrale américaine, le Dow Jones a perdu 0,89% tandis que le Nasdaq a gagné 1,32% et que le S&P 500 est resté quasiment stable.

Le marché a été bousculé vendredi par la décision de Donald Trump de mettre ses menaces à exécution en annonçant de nouveaux droits de douane de 25% sur 50 milliards de dollars d'importations chinoises. Une décision à laquelle Pékin a immédiatement répliqué.

"On savait que la menace de tarifs douaniers était réelle mais on pensait que l'administration allait finir par négocier un accord, ou reporter la date limite", a souligné Art Hogan de Wunderlich Securities.

"En tant que tel, imposer des tarifs sur 50 milliards de dollars de biens n'est pas économiquement très important mais l'effet psychologique est réel et le marché craint les mesures de représailles, et l'escalade de tensions qui peut en découler", a-t-il ajouté.

"Par ailleurs, cette incertitude va sans doute affecter les décisions d'investissement à long terme des entreprises qui peuvent difficilement engager de grosses dépenses pour de nouveaux équipements ou usines si elles ne savent pas quel en sera le coût", a noté le spécialiste.

Toutefois, a-t-il aussi relevé, les tensions avec la Chine, la difficile renégociation de l'accord de libre-échange avec le Canada et le Mexique, ou les représailles déclenchées par les tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium, "peuvent être vues comme une guerre froide commerciale".

Une telle vision implique certes "la faible probabilité d'une escalade destructive pour tous mais relève surtout d'un lent processus marqué par des accrochages sérieux mais limités à des secteurs spécifiques", a-t-il estimé.

Time Warner disparaît

"Il est difficile de savoir si tout cela n'est pas qu'un vaste jeu de négociations qui se conclura avant que quiconque ne soit vraiment affecté ou si c'est le début d'un cycle pouvant créer de réels dégâts économiques", a aussi souligné Patrick O'Hare, de Briefing.

De grandes multinationales américaines ont quand même pâti de la perspective de tensions commerciales accrues, à l'instar de Boeing (-1,25%) ou Caterpillar (-2,04%).

Le marché obligataire a progressé: signe d'une demande accrue, le taux d'intérêt sur la dette américaine à 10 ans reculait vers 20H30 GMT à 2,919%, contre 2,935% jeudi soir, et celui à 30 ans à 3,041%, contre 3,055% à la précédente fermeture.

Les indicateurs du jour sur l'économie américaine étaient mitigés, entre une nette accélération de l'activité manufacturière dans la région de New York en juin et un léger repli de la production industrielle dans l'ensemble du pays en mai.

Parmi les valeurs en vue, le géant des télécoms AT&T a gagné 1,94%. Après le feu vert accordé par un juge mardi, le groupe a annoncé jeudi soir la finalisation officielle du rachat du groupe de médias Time Warner, retiré dans la foulée de la cote et rebaptisé WarnerMedia.

La société de logiciels Adobe Systems a reculé de 2,43%. L'entreprise a fait part d'un chiffre d'affaires record pour le deuxième trimestre de son année fiscale, en hausse de 24% sur un an. Mais ses prévisions ont déçu.

Snap est monté de 1,08%. Sa messagerie Snapchat va officiellement s'ouvrir aux applications extérieures mais promet de limiter au minimum les données personnelles auxquelles elles peuvent accéder.


STATISTIQUES ÉCONOMIQUES DU JOUR


- Pas de Statistiques économiques aujourd'hui -
Publicité

VALEURS À SUIVRE

NEXANS

Nexans a lancé un avertissement sur ses résultats annuels. Il vise désormais une stabilité organique de ses ventes et un Ebitda en baisse, qui pourrait ressortir à 350 millions d'euros en 2018 contre 411 millions d'euros en 2017. Le fabricant de câbles fait état de décalages de contrats et de faibles prises de commandes sur le marché de la haute tension. Les ventes de cette activité sont désormais ... Lire plus attendues en baisse organique d'environ 160 millions d'euros et son Ebitda en repli de l'ordre de 50 millions d'euros par rapport à 2017.

Nexans a d'ores et déjà engagé un ensemble de mesures correctives visant à atténuer l'impact négatif de cette réduction des ventes.

Par ailleurs, l'Ebitda du groupe au 30 juin devrait marquer un point bas compte tenu de la baisse des volumes d'activité dans le domaine des projets de haute tension et des effets de l'application de la norme IFRS15 ainsi que de l'impact négatif de l'inflation des matières premières. Dans ce contexte, Nexans anticipe un chiffre d'affaires pour le premier semestre 2018 en légère contraction et un Ebitda voisin de 150 millions d'euros contre 211 millions d'euros au premier semestre 2017.

Enfin, Nexans a décidé de mettre en place un programme de rachat d'actions portant sur un nombre maximum de 500 000 actions. Ce programme a pour objectifs en premier lieu de réduire le capital social à hauteur de 400 000 actions au maximum afin de limiter l'effet dilutif futur de l'augmentation de capital en cours dans le cadre du plan d'actionnariat salarié international Act 2018, et en second lieu, dans le but de servir les autres programmes de rémunération en action du personnel pour un nombre maximum de 100 000 actions.



PERNOD RICARD

Pernod Ricard annonce la nomination de Fabien Darrigues au poste de directeur de la communication externe. Il sera rattaché à Olivier Cavil, directeur de la communication groupe de Pernod Ricard. En 2016, Fabien Darrigues était devenu responsable de la communication pour l'Europe du Sud de PayPal.



ELECTRICITÉ DE FRANCE

L'option pour le paiement du solde du dividende en actions nouvelles au titre de l'exercice 2017 a retenu l'intérêt des actionnaires d'EDF. Ainsi, 93,39 % des droits ont été exercés en faveur d'un paiement en actions à l'issue de la période d'option, ouverte du 25 mai au 11 juin 2018 inclus.Pour mémoire, l'Assemblée Générale Mixte d'EDF du 15 mai 2018 a décidé de verser un dividende ordinaire au t ... Lire plusitre de l'exercice 2017 de 0,46 euro par action, avec option pour le paiement en actions nouvelles sur le solde de 0,31 euro par action du dividende ordinaire restant à distribuer.

Le prix d'émission de l'action nouvelle remise en paiement du dividende a été fixé à 10,23 euros, égal à 90 % de la moyenne des premiers cours cotés sur le marché règlementé Euronext Paris lors des vingt séances de bourse précédant le 15 mai 2018, jour de l'Assemblée Générale Mixte, diminuée du montant du dividende et arrondi au centième d'euro supérieur.

Cette opération entraîne la création de 82 828 872 actions nouvelles (représentant après augmentation de capital environ 2,75 % du capital), dont la livraison et l'admission aux négociations sur le marché Euronext Paris interviendront à compter du 19 juin 2018. Les actions ainsi émises porteront jouissance courante et comporteront les mêmes droits et restrictions que les actions ordinaires en circulation, tels que décrits dans les statuts de la Société et le document de référence 2017 disponible sur le site internet de la Société. Le montant de la soulte en espèces à verser aux actionnaires qui ont fait le choix du paiement du solde en actions s'élève à environ 0,884 million euros.

Le montant du dividende en numéraire à verser aux actionnaires n'ayant pas retenu l'option du paiement du solde du dividende en actions au titre de l'exercice 2017 s'élève à environ 60,331 millions euros et sera payé à compter du 19 juin 2018.

Xavier Girre, directeur exécutif groupe en charge de la Direction Financière groupe a déclaré : " avec cette option largement souscrite par nos actionnaires s'achève le plan de renforcement des fonds propres annoncé en avril 2016 qui aura atteint 9,06 milliards d'euros répartis entre l'option de paiement en titres des dividendes relatifs aux exercices 2015 à 2017 (5,04 milliards) et l'augmentation de capital réalisée en mars 2017 (4,02 milliards). "



COFACE

Coface a annoncé la nomination de François Riahi comme président de son Conseil d'administration. Ce dernier est directeur général de Natixis et succède ainsi à son prédécesseur Laurent Mignon qui quitte le conseil d'administration de Coface pour se consacrer à ses nouvelles responsabilités au sein du Groupe BPCE. Natixis est l'actionnaire principal de Coface avec plus de 41% de son capital.
... Lire plus
Valeurs citées dans l'article : Coface, Natixis



AGENDA DU JOUR


HeureValeurType d'événement
08h00 DS Smith plc Année 2018 Publication de résultats
Premier Investment Corporation Année 2018 Publication de résultats
PPC Ltd Année 2018 Publication de résultats
07h30 Kapsch TrafficCom AG Année 2018 Publication de résultats
22h00 Santos Brasil Participacoes SA Q1 2018 Publication de résultats
Nippon Healthcare Investment Corp Année 2017 Publication de résultats
Volex PLC Année 2018 Publication de résultats
China Technology Solar Power Hldgs Ltd Année 2018 Publication de résultats

Avertissement : Les informations, graphiques, chiffres, opinions ou commentaires mis à disposition par SURPERFORMANCE SAS s'adressent à des investisseurs disposant des connaissances et expériences nécessaires pour comprendre et apprécier les informations développées. Ces informations sont données à titre informatif et ne représentent en aucun cas une obligation d'investissement ni une offre ou sollicitation d'acquérir ou de vendre des produits ou services financiers. Elles ne constituent par ailleurs pas un conseil en investissement.
L'investisseur est seul responsable de l'utilisation de l'information fournie, sans recours contre SURPERFORMANCE SAS, qui n'est pas responsable en cas d'erreur, d'omission, d'investissement inopportun ou d'évolution du marché défavorable aux opérations réalisées.