Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Analyses  >  Briefings quotidiens  >  Morning Meeting

Analyses : Briefings quotidiens

Tous les articlesDécryptagesIndicesTrading ActionsProduits DérivésMatières PremièresDevisesBriefings quotidiensInterviews 
Clôture de TokyoMorning MeetingBriefing de midiPré-ouverture de WallstreetClôture de la Bourse de ParisClôture de Wallstreet

ANALYSE DU CAC 40 À COURT TERME

15/02/2019 | 08:03
En baisse pour les trois sorcières
CAC 40
A l’issue d’une séance volatile et après un plus haut à l’ouverture à 5117 points, le CAC40 est brusquement repassé dans le rouge suite aux statistiques américaines sous les attentes. Les ventes au détail ont reculé de 1.2% (consensus +0.1%), l’indice PPI est ressorti à -0.1% contre +0.1% attendu et les inscriptions hebdomadaires au chômage remontent à 239K (consensus 225K).
Des rumeurs indiquaient également que les Etats-Unis et la Chine étaient loin d’un accord sur les réformes demandées, ce qui a incité les opérateurs à prendre quelques prises de bénéfices en fin de journée.
Soutenu néanmoins par de bonnes publications de sociétés (Legrand +7.1%, Schneider Electric +3.7% et Airbus +2.7%), le CAC40 est parvenu à limiter la casse et clôturer en légère baisse de 0.23% à 5062.52 points.

Outre-Atlantique, le Dow Jones a terminé en baisse de 0.41% à 25439 points alors que le S&P500 et le Nasdaq100 ont clôturé autour de l'équilibre.
Malgré l'adoption par le Congrès de l'accord budgétaire pour éviter le "shutdown", D. Trump a déclaré l'urgence nationale aux Etats-Unis pour construire un mur à la frontière mexicaine, ce qui devrait notamment peser sur la tendance aujourd'hui.

Le CAC40 est ainsi attendu en baisse de 0.2%.
En données horaires, pas de changement, la dynamique est positive au-dessus des 5040 points. L'enfoncement de ce niveau militerait néanmoins pour des dégagements plus marqués en direction des 5015 points voire 4986 points par extension.


Négative sous les 5117 avec comme objectif 5040.
Laurent Polsinelli / Copyright (c) 2019 Zonebourse.com

LA CLÔTURE À TOKYO

15/02/2019 | 08:36
Le Nikkei à Tokyo finit en baisse de 1,13%
NIKKEI 225
La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 1,13% vendredi, rattrapée à son tour par l'annonce d'une baisse inattendue des ventes au détail aux Etats-Unis.L'indice Nikkei a fini en baisse à 20.900,63 points et le Topix, plus large, a cédé 0,79% à 1.577,29 points.

Les ventes au détail aux Etats-Unis ont subi en décembre leur plus forte baisse (-1,2%) depuis plus de neuf ans, ce qui paraît confirmer un net ralentissement de l'économie à la fin de l'année dernière et justifier la prudence de la Réserve fédérale dans la conduite de sa politique monétaire.
Les groupes du secteur financier ont reculé en raison de leur sensibilité à la baisse des rendements obligataires américains.
T&D Holdings, Dai-ichi Life Holdings et Mitsubishi UFJ Financial Group ont perdu entre 1,5% et 4,5%.
Au moment de la clôture, le yen reculait de 0,1% à 110,36 face au dollar.
Sur l'ensemble de la semaine, le Nikkei a progressé de 2,8%, sa meilleure performance hebdomadaire depuis la mi-novembre.

LA CLÔTURE À WALL STREET

15/02/2019 | 08:37
Plafonne après +18% en huit semaines
DOW JONES
NASDAQ
Wall Street consolide sans intensité : les scores tendaient vers la neutralité jusque vers 21H30, mais un biais plus baissier s'est dessiné en fin de séance, un scénario un peu inattendu en cette veille des 'trois sorcières' qui devrait couronner une huitième semaine de hausse consécutive et où la logique penchait en faveur d'un ultime 'coup de pouce' pour en terminer au plus haut de l'année.

Cette séance se solde donc par un repli de -0,41% du Dow Jones (-103 points à 25.439), l'effritement du S&P500 (-0,27% à 2.745) et le Nasdaq (+0,1%) surnage in extremis à 7.427.
Le Dow Jones affichait initialement +18% sur ses planchers du 24 décembre et le Nasdaq termine à +20% : il s'agit tout simplement du plus spectaculaire écart en huit semaines depuis... mi-mars/début mai 2009.

Les statistiques publiées ce jour n'étaient pas du goût des investisseurs et il y avait matière à justifier une amorce de correction... qui n'est pas venue, sinon de façon marginale en toute fin de séance.

La grosse déception provient des ventes au détail qui ont plongé de -1,2% en décembre, déjouant un consensus de +0,2%... et hors automobile (décembre n'est pas un mois favorable, c'est bien connu), c'est encore pire avec -1,8% (au lieu de +0,1%).
Autre signe potentiel d'un affaiblissement conjoncturel, les prix à la production ont reculé de -0,1% en janvier et sur 12 mois, la hausse s'établit à +2% (contre +2,1% anticipé), la plus faible depuis juillet 2017 (les prix de gros de l'énergie ont chuté de -3,8% en janvier après -4,3% en décembre). Le 'core rate' ressort à +2,5%, après +2,8% en décembre.

Enfin, les inscriptions aux allocations chômage hebdomadaires ont augmenté de +5.000 (à 239.000) la semaine dernière alors qu'une amélioration de -10.000 (à 225.000) était anticipée : aucune réaction de Wall Street à 14H30.

Le Nasdaq a été soutenu par Incyte +2,9%, Netflix +2,1%, Cisco Systems +1,3%, Tripadvisors +1,4%, AMD +1,2%, Hess +1,9%.

Le Dow Jones a été plombé par Coca-Cola qui a plongé de -8,4%, et le S&P500 par AIG qui a dévissé de -9%.

Peu après la clôture, Nvidia s'envolait de +8% sur l'annonce d'un bénéfice de 567 millions de dollars, soit 92 cents par titre (pour l'anecdote, un bénéfice divisé par deux en un an) et le chiffre d'affaire décline à 2,21 milliards (contre 2,20 milliards attendus). Mais les profits sont supérieurs aux attentes, de même que les anticipations pour 2019.


STATISTIQUES ÉCONOMIQUES DU JOUR

Heure Pays Statistique Impact* Attendu Précédent
11:00 EUR Balance commerciale Faible 15.6B 15.1B
14:30 USA Indice manufacturier Fed de New York Faible 7.1 3.9
14:30 USA Prix à l'importation Faible -0.1% -1.0%
15:15 USA Taux d'utilisation des capacités de production Faible 0.1% 0.3%
16:00 USA Indice du Michigan Moyen 93.3 91.2
* Impact attendu sur le marché suite à la publication de la statistique.
Publicité

VALEURS À SUIVRE

ELECTRICITÉ DE FRANCE

Le résultat net part du groupe d'EDF s'est élevé à 1,2 milliard en 2018, en baisse de 62,9 %. Outre la variation du résultat financier, cette baisse s'explique par l'effet positif de la plus-value enregistrée en 2017 au titre de la cession de 49,9 % de la participation du groupe dans CTE, sans équivalent en 2018. L’Ebitda a progressé de 11,3% à 15 265 milliards d’euros pour un chiffre d’affaires e ... Lire plusn progression de 6,3% à 68,976 milliards d’euros. Le croissance organique est ressortie à 4%. La progression à deux chiffres de l'Ebitda en ligne avec les objectifs.

" Les résultats 2018 confirment le rebond attendu, principalement grâce à la bonne performance de la production nucléaire et hydraulique en France, à la croissance d'EDF Renouvelables et aux très bons résultats d'EDF Trading ", a commenté l'électricien.

La production nucléaire en France s'établit à 393,2 TWh, en hausse de 14,1 TWh par rapport à 2017.

" La bonne maîtrise du plan de performance a été confirmée en 2018, l'ensemble des objectifs étant dépassés ", a souligné l'électricien.

Les charges opérationnelles ont été réduites de 256 millions d'euros en 2018 par rapport à 2017, soit une réduction cumulée de 962 millions d'euros entre 2015 et 2018, au-delà de l'objectif fixé à 800 millions à fin 2018 et en ligne pour atteindre un cumul de 1,1 milliard d'euros sur 2015-2019.

L'ensemble des plans d'optimisation du groupe permettent une évolution positive du besoin en fonds de roulement, soit une optimisation cumulée de 2,1 milliards d'euros sur la période 2015-2018, ce qui permet de dépasser l'objectif fixé à 1,8 milliard d'euros.

Le plan de cession de 10 milliards d'euros a été achevé fin 2018, soit avec deux ans d'avance.

Complété de l'augmentation de capital réalisée en 2017, le plan de performance a permis un renforcement significatif du bilan du Groupe et contribue pleinement à la réussite de Cap 2030 en affectant les moyens nécessaires à la stratégie.

EDF affiche un endettement financier net (EFN) de 33,4 milliards d'euros soit un ratio EFN sur Ebitda de 2,2.

Cette année, le groupe cible un Ebita compris entre 15,3 et 16 milliards d'euros, une réduction des charges opérationnelles de 1,1 milliard par rapport à 2015 et un cash flow hors HPC et Linky supérieur à 0.

Sur 2019-2020, EDF prévoit des cessions pour un montant de 2 à 3 milliards d'euros, un ratio EFN sur Ebitda d'au plus 2,5 et un taux de distribution cible du résultat net courant de 45%-50. L'Etat s'est engagé à opter pour un paiement en actions pour le solde 2018 et au titre des exercices 2019 et 2020.



VIVENDI

Vivendi a affiché un résultat net part du groupe de 127 millions d’euros sur l’ensemble de l’année 2018 contre 1,2 milliard en 2017. Il comprend la dépréciation des titres TIM (-1,1 milliard) mais pas la plus-value liée à Ubisoft (1,2 milliard) Le résultat opérationnel ajusté est en hausse de 33% à 1,288 milliards d’euros et le résultat opérationnel courant progresse de 31% à 1,439 milliards. Quan ... Lire plust au chiffre d’affaires, il ressort à 13,932 milliards d’euros, en hausse de 11,3% et +4,9% à change et périmètre constant, notamment en raison de la consolidation d’Havas (+ 1,108 milliards d’euros).

 "Pour la deuxième année consécutive, le chiffre d'affaires d'Universal Music Group (UMG) augmente de 10% à taux de change et périmètre constant par rapport à 2017", précise le groupe. Celui-ci ressort à 6,023 milliards d'euros sur l'ensemble de l'année.

Le groupe proposera au titre de l'exercice 2018, un dividende de 0,50 euro par action, en hausse de 11,1%.

Concernant ses perspectives, Vivendi est confiant quant à l'évolution de ses principales activités en 2019. Après une forte progression de sa rentabilité en 2018, le groupe Canal+ poursuit ses efforts d'amélioration et la profitabilité de 2019 devrait encore marquer une progression par rapport à 2018.



UBISOFT ENTERTAINMENT

Ubisoft a confirmé ses objectifs annuels à l’occasion de la publication de ses ventes du troisième trimestre, clos fin décembre. L’éditeur de jeux vidéo des réservations nettes (net bookings), qui correspondent au chiffre d'affaires avant l'application de la norme comptable IFRS 15, de 2,05 milliards d'euros, un résultat opérationnel courant d'environ 440 millions d'euros et un free cash flow de 3 ... Lire plus00 millions d'euros. Au quatrième trimestre, le net bookings est attendu aux alentours de 698,0 millions d'euros, en hausse d’environ 29%.

Le net bookings du troisième trimestre 2018-19 s'est élevé à 605,8 millions d'euros, en baisse de 16,4% (-16,6% à taux de change constants).

Sur 9 mois, le net bookings de l'investissement récurrent des joueurs (ventes d'items, DLC/Season Pass, abonnements, publicités) est en hausse de 38,9% à 444,3 millions d'euros, soit 32,9% du net bookings total vs 26,8% un an plus tôt. Le net bookings back catalogue est en hausse de 38,6% à 842,9 millions d'euros sur neuf mois. Il a représenté 62,3% du net booking total contre 51,1% un an plus tôt.



BASTIDE LE CONFORT MÉDICAL

Le groupe Bastide a réalisé un chiffre d’affaires de 86,4 millions d’euros au deuxième trimestre de son exercice 2018-2019, en hausse de 20,1%. La croissance organique s’est accélérée sur ce trimestre, avec une progression de 7,3%. « Cette performance est tirée par la très bonne dynamique des prestations de services à forte valeur ajoutée en ‘Respiratoire’ et en ‘Nutrition-Perfusion-Stomathérapie’ ... Lire plus, qui contribuent pour 52,1% au chiffre d’affaires du trimestre (à comparer à 42% au deuxième trimestre 2017-2018) », a commenté Bastide.

Cette progression porte le chiffre d'affaires semestriel à 165,8 millions d'euros (+24%, dont +6,9% en organique) " parfaitement en ligne avec le plan de marche ", assure le groupe.

En parallèle, Bastide annonce avoir acquis d'une part la société Promefa en Suisse, spécialisée dans le Maintien à Domicile afin de renforcer ses positions localement, et d'autre part, la société Entedom en France, qui développe les mêmes métiers que le groupe Bastide dans les Vosges. Ces deux sociétés, qui seront consolidées au 1er janvier, réalisent un chiffre d'affaires annuel cumulé de 5 millions d'euros.

Compte tenu de ces éléments, le groupe revoit à la hausse son objectif de chiffre d'affaires 2018-2019 qui se situe désormais entre 335 et 340 millions d'euros, tout en confirmant son objectif d'une marge opérationnelle courante de 8,5% sur l'exercice.



AGENDA DU JOUR


HeureValeurType d'événement
Taiwan Semiconductor Mfg. Co. Ltd. January 2019 Publication évolution de l'activité
12h00 PepsiCo, Inc. Année 2018 Publication de résultats
07h00 Allianz SE Année 2018 Publication de résultats
13h00 Enbridge Inc Année 2018 Publication de résultats
Eni SpA Année 2018 Publication de résultats
Deere & Company Q1 2019 Publication de résultats
Electricite de France SA Année 2018 Publication de résultats
Royal Bank of Scotland Group plc Année 2018 Publication de résultats
13h00 Moody's Corporation Année 2018 Publication de résultats
Bridgestone Corp Année 2018 Publication de résultats
12h00 Fortis Inc Année 2018 Publication de résultats
Ayala Land, Inc. Année 2018 Publication de résultats
Yandex NV Année 2018 Publication de résultats
12h30 Newell Brands Inc Année 2018 Publication de résultats
Nippon Building Fund Inc. Année 2018 Publication de résultats
SEGRO plc Année 2018 Publication de résultats
Vicinity Centres Re Ltd Premier semestre 2019 Publication de résultats
12h00 AIR CANADA CL A VV Année 2018 Publication de résultats
12h30 WABCO Holdings Inc. Année 2018 Publication de résultats
Medibank Private Ltd Premier semestre 2019 Publication de résultats

Avertissement : Les informations, graphiques, chiffres, opinions ou commentaires mis à disposition par SURPERFORMANCE SAS s'adressent à des investisseurs disposant des connaissances et expériences nécessaires pour comprendre et apprécier les informations développées. Ces informations sont données à titre informatif et ne représentent en aucun cas une obligation d'investissement ni une offre ou sollicitation d'acquérir ou de vendre des produits ou services financiers. Elles ne constituent par ailleurs pas un conseil en investissement.
L'investisseur est seul responsable de l'utilisation de l'information fournie, sans recours contre SURPERFORMANCE SAS, qui n'est pas responsable en cas d'erreur, d'omission, d'investissement inopportun ou d'évolution du marché défavorable aux opérations réalisées.